Publicité

Claire Tillekaerts présidente du Conseil de régence de la Banque nationale

©BELGA

Comme prévu, une femme prend la présidence du Conseil de régence de la banque centrale. Le ministre des Finances Alexander De Croo (Open VLD) a désigné Claire Tillekaerts, la CEO de Flanders Investment & Trade.

Ultra-masculine jusque-là, la nouvelle gouvernance de la Banque nationale (BNB) a été concrétisée ce lundi, jour d'assemblée générale.

À la demande du ministre des Finances Alexander De Croo, la gestion de la banque centrale devait en effet être allégée et féminisée. Désormais, le Conseil de régence, l'équivalent du conseil d'administration d'une société classique, doit être composé pour au moins un tiers de membres du sexe opposé à celui des autres membres. 

C'est donc Claire Tillekaerts, la femme qui dirige Flanders Investment & Trade, qui devient présidente du Conseil de régence. Elle a été nommée par Alexander De Croo, le ministre des Finances (Open Vld) ce lundi par arrêté royal. Jusqu'à présent, le gouverneur de la Banque nationale était également le président de l'institution, mais la réorganisation a modifié la donne. Pour plus d'équilibre, le conseil doit désormais être présidé par une personne du sexe opposé et de l'autre rôle linguistique que celui du gouverneur. 

"Ce n'est qu'un début"

Le gouverneur Pierre Wunsch étant francophone, c'est donc à une Flamande que revient la présidence du Conseil de régence. Outre Claire Tillekaerts, Marjan Maes (professeur et spécialiste des pensions à la KU Leuven) et Mia De Schamphelaere (auditeur à la Cour des comptes et ex-femme politique CD&V) étaient éligibles à la fonction.

Le Conseil de régence de la BNB compte désormais 20 membres: outre les six hommes du comité de direction, il accueille également quatorze membres issus de la société civile (syndicats, patronat, académiques), à savoir sept régentes et autant de régents.

"Ce n'est qu'un début", estime Alexander De Croo. "Le minimum légal, un tiers de femmes, est un pas en avant. Mais j'espère qu'on atteindra l'égalité  entre hommes et femmes dans les années à venir. Une gestion plus équilibrée signifie une Banque nationale plus forte."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés