Publicité

Clifford Chance et l'ex-top du RSCA inculpés pour la vente du club à Marc Coucke

Marc Coucke et Roger Vanden Stock en 2017, au moment de la vente du club. Le second a été inculpé pour son rôle dans la vente. ©BELGAIMAGE

L'enquête sur la vente du RSC Anderlecht par la famille Vanden Stock à Marc Coucke est bouclée. Plusieurs personnalités sont menacées d'un renvoi devant le tribunal correctionnel.

L'instruction judiciaire sur la vente du club de football d'Anderlecht par la famille Vanden Stock à l'homme d'affaires Marc Coucke réalisée en 2017 a pris fin avec l'inculpation d'une série de ténors du ballon rond, mais aussi du monde judiciaire.

Le grand cabinet d'affaires londonien Clifford Chance et deux de ses avocats bruxellois ont été inculpés dans le cadre de la vente du club.

Selon nos informations, les trois anciens hommes forts du RSC Anderlecht, Roger Vanden Stock, ex-propriétaire, Herman Van Holsbeeck, l'ancien manager général, et l'industriel Jo Van Bliesbroeck, ex-CEO du club, ont tous été inculpés des charges de faux et usage de faux, escroquerie au préjudice de l'acheteur, à savoir Marc Coucke.

Le grand cabinet d'avocats d'affaires londonien Clifford Chance – qui a réalisé la vente – est, lui aussi, inculpé pour les mêmes chefs d'inculpation de faux, usage de faux, blanchiment et escroquerie. Deux avocats bruxellois de la firme londonienne ont également été inculpés. L'avocat Luc Deleu, ancien conseil d'Anderlecht et actuel administrateur indépendant du club, a été inculpé pour les mêmes qualifications.

Enfin, le "super-agent" Christophe Henrotay, qui défendait les intérêts de plusieurs Diables rouges avant son inculpation dans un autre dossier, devra se défendre de charges de faux et usage de faux ainsi qu'escroquerie.

À l'origine, le dossier "Mitrocash"

Tous pourraient prochainement recevoir une convocation devant la chambre du conseil, en vue d'un possible renvoi devant le tribunal correctionnel. Contacté, le parquet fédéral n'a souhaité confirmer ni faire aucun commentaire.

Interrogé par L’Echo, Clifford Chance "nie fermement toute implication dans des actes criminels et espère que les autorités judiciaires parviendront également à cette conclusion".

C'est durant cette enquête qu'une audition de M. Van Holsbeeck a poussé la justice à ouvrir un nouveau volet qui concerne la vente du club à Marc Coucke.

Cette série d'inculpations a mis fin à une enquête menée par la discrète juge d'instruction bruxelloise Laurence Heusghem. Elle est, en quelque sorte, la spectaculaire queue de comète de l'enquête sur les transferts réalisés à Anderlecht par l'ancienne administration Vanden Stock.

Le parquet fédéral s'est intéressé au transfert de l'avant-centre serbe Alexsandar Mitrovic vers le club anglais de Newcastle. Dans ce dossier surnommé "Mitrocash" et ouvert par le parquet fédéral au cabinet du juge Michel Claise, l'agent du joueur, Christophe Henrotay, et l'ex-manager général d'Anderlecht Herman Van Holsbeeck ont été inculpés.

C'est durant cette enquête qu'une audition de M. Van Holsbeeck a poussé la justice à ouvrir un nouveau volet qui concerne la vente du club à Marc Coucke, alors que naissaient des soupçons sur l'existence d'un important mécanisme de blanchiment d'argent sale autour de la vente.

Soupçons de blanchiment

Début mars 2020, peu avant que la Belgique se confine, la juge Heusghem avait perquisitionné au siège bruxellois du cabinet Clifford Chance, situé avenue Louise. À la même époque, les enquêteurs avaient rendu visite à l'avocat Luc Deleu (Van Landuyt & Vennoten), dans son cabinet de Dilbeek. L'objectif était de récolter de la documentation sur la vente d'Anderlecht.

Cette vente avait été réalisée par Clifford Chance et annoncée triomphalement sur son site internet, en décembre 2017. Mais il y a un souci qui a alerté les enquêteurs et les magistrats: pour parachever la transaction, Clifford Chance n'a pas utilisé son propre compte tiers, mais bien celui de Luc Deleu, ce qui est tout à fait hors des usages en cours et provoqué des soupçons de blanchiment dans le chef des magistrats.

85 millions
d'euros
Marc Coucke avait acquis 70% des parts du RSC Anderlecht en 2017, alors qu'il ne présentait pas le meilleur dossier.

Des commissions perçues sans intervenir dans la vente

C'est en décembre 2017 que la vente a été conclue. Marc Coucke, fondateur d'Omega Pharma et alors propriétaire du KV Ostende, autre club de première division, avait déboursé 80 millions d'euros – une offre ensuite rehaussée à 85 millions pour acquérir 70% de parts du club, dont la majorité était détenue par la famille Vanden Stock-Collin, aux manettes du club depuis près d'un demi-siècle.

Il était apparu suspect, aux yeux de la justice, que l'offre de Marc Coucke soit acceptée, alors que d'autres, assez supérieures, avaient été déposées. On pense notamment à celle de Paul Gheysens, toujours président du club de l'Antwerp et CEO du groupe de construction Ghelamco, qui avait mis 91 millions sur la table, tout en faisant miroiter la construction d'un nouveau stade pour les Mauves et Blancs.

Selon nos informations, plusieurs personnes qui apparaissent dans le dossier sont soupçonnées d'avoir perçu des commissions issues de la vente, alors qu'elles n'ont participé à aucun acte, tandis que des charges issues d'un transfert sortant effectué par le club apparaissent dans le deal. Une réelle énigme qui pourrait être creusée devant un tribunal correctionnel, si la chambre du conseil devait renvoyer les inculpés devant cette juridiction.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés