Colruyt continue de chouchouter deux actionnaires à long terme

©BELGAIMAGE

Comme l’an passé, Colruyt réserve une "allocation de stabilité" à Korys et Sofina. Il s’est toutefois fait moins transparent dans sa convocation à l’assemblée.

Le groupe de distribution coté Colruyt continue de verser une "allocation de stabilité" à deux de ses actionnaires, le holding Korys, qui appartient à la famille Colruyt, et Sofina . Dans la convocation à son assemblée générale ordinaire du 26 septembre prochain, il explique qu’il compte verser, outre 166,9 millions d’euros de dividendes, quelque 3,7 millions d’euros au titre de tantièmes, sans indiquer à qui.

Dans son rapport annuel 2017-2018, il précise que ce montant est destiné à Korys et Sofina, à concurrence de 2,8 millions pour le premier et de 890.000 euros pour le second. Pourquoi cette prime à ces deux actionnaires-là? "Le conseil d’administration estime que la stabilité et la continuité de l’actionnariat de référence des personnes morales Korys et Sofina revêtent une importance capitale dans la politique commune durable menée à l’égard de la société", peut-on lire dans le rapport.

L’objectif est donc de récompenser la fidélité à long terme de ces deux actionnaires. Colruyt pratique de la sorte depuis une vingtaine d’années déjà. Il est toutefois le seul sociétaire de l’indice Bel 20 à agir de cette manière — et vraisemblablement le seul de l’ensemble des sociétés cotées sur Euronext Bruxelles. On sait que ce type de pratique ne plaît pas fort aux experts en corporate governance.

Pour l’institut des administrateurs Guberna, en effet, si différencier la rémunération du capital à risque selon que celui-ci est placé à court ou à long terme a du sens, le fait de réserver la prime de loyauté qui en résulte à deux actionnaires seulement, plutôt qu’à tous ceux dans le même cas, en a beaucoup moins (L’Echo du 2 septembre 2017).

Autrement dit, oui à une telle prime, du moment qu’elle est accessible à tout actionnaire adoptant un même comportement de "stabilité".

Pour la FSMA, le gendarme des marchés financiers, rien n’interdit ce genre de pratique dès lors qu’elle est approuvée en assemblée générale. Le dernier mot revient aux actionnaires, en somme. Sous cet angle, Colruyt agit différemment cette année que l’année passée.

Convo muette

L’an dernier, il avait mentionné clairement dans la convocation que les tantièmes proposés étaient destinés à Korys et Sofina en tant qu’allocation de stabilité. Cette année, cette précision ne figure plus, on l’a dit, dans la convocation: le point 5 de l’ordre du jour, qui a trait à la répartition bénéficiaire, se contente de citer les 3,7 millions d’euros de tantièmes. Pour savoir à qui ils sont destinés, l’actionnaire curieux doit faire l’effort d’aller consulter le rapport annuel.

Pourquoi ce changement? "Notre rapport est facile à consulter sur notre site web", nous répond Kris Castelein, le secrétaire du conseil d’administration du groupe. Tout en ajoutant: "Nous sommes bien sûr disposés à reprendre de telles propositions dans les convocations des années prochaines si cela peut faciliter la transparence vers nos actionnaires."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content