analyse

Comment sortir du burn-out?

©Herman Wouters/Hollandse Hoogte

Une personne sur quatre est épuisée professionnellement. Une sur deux parmi les indépendants. Mais bonne nouvelle, le burn-out, on peut s'en sortir. Mode d'emploi.

On sous-estime souvent le risque qu'il y a à ne pas changer de boulot. Psychologues et coachs sont tous d'accord là-dessus. Et que risque-t-on? Ni plus ni moins que le burn-out. Or, un burn-out sur deux aboutit à un divorce (autant le savoir).

Autre stat alarmante: une personne sur quatre et un indépendant/chef d'entreprise sur deux souffre de ce mal. "Cela ne va pas s'améliorer, sauf changement majeur dans le monde du travail", prédit Florence Blaimont, coach et fondatrice du Programme Hero.

C'est un syndrome d’épuisement professionnel qui se traduit par une fatigue profonde, un désinvestissement de l'activité professionnelle, et un sentiment d'échec et d'incompétence au travail.

Vous craignez de frôler le burn-out? Quelques questions à vous poser:

  • Évaluez votre niveau d'énergie entre 0 et 10.
  • Vous sentez-vous physiquement ou psychologiquement épuisé, même lorsque vous ne travaillez pas?
  • Avez-vous des migraines, des maux de tête?
  • Votre sommeil est-il léger ou perturbé?
  • Votre consommation de sucre/de snacks salés/d'alcool/de cigarettes a-t-elle augmenté?
  • Les pauses au travail sont-elles pour vous une perte de temps?

=> Pour savoir si vous êtes en burn-out, faites le test complet ici

Votre job ne vous passionne pas (ou plus)? Vous rêvez d’autre chose? Mais êtes-vous prêt à sauter le pas? Suivez le parcours de Julie qui nous raconte, dans son blog, sa reconversion professionnelle.

La bonne nouvelle dans tout cela, c'est que le burn-out, on s'en sort.

Florence Blaimont ©Florence Blaimont

Comment? "Nous avons construit une méthode en neuf étapes, que l'on peut concevoir comme une renaissance à soi-même", explique Florence Blaimont. "Cela prend du temps. Il s'agit d'un long travail sur soi. On peut parfois continuer à travailler pendant le processus. Mais le plus urgent est d'éteindre l'incendie".

Alors voici neuf étapes pour que cet épuisement professionnel fasse partie du passé.

1. Faire barrage. Le temps d'un week-end, se mettre en mode pause, en "cruise control". "Il faut se sortir de la situation pour pouvoir prendre du recul", explique la coach.

2. Le sens.
S'interroger sur ce qui fait sens pour soi. De nombreuses personnes sont face à un emploi qui n'a pas ou plus de sens pour eux. Ils travaillent, mais la finalité de leur prestation leur semble vaine.

3. Gérer ses émotions. Etape fondamentale au cours de laquelle on apprend à gérer ses émotions et non pas à les contrôler.

4. Questionner ses pensées et ses croyances. Confronter ses propres croyances à la réalité. Est-il vrai

- que je dois tout assumer, tout porter?
- qu'il n'y a pas d'issue, pas de solution?
- que le monde va vraiment mal?
- que je vais tomber malade (ou j'ai peur d'être malade)?
- que je suis à bout?
- que je suis dans une impasse sans fin?
- que je vais perdre mon boulot?
- que les autres me jugent et ne comprennent rien?

    Il s'agit bien souvent de croyances profondément ancrées, mais qui ne tiennent pas compte de la réalité. Un parallèle? Le GPS qui nous indique un rond-point qui n'existe pas ou plus. Le GPS (autrement dit nos croyances) croit qu'il y a un rond-point, la réalité est différente.

    Tout le monde n'est pas égal face à ce syndrome. Deux facteurs de risques:

    • Les personnes qui, dans leur enfance, ont eu un parent déficient ou faible (maladie, dépression, parent solo,...). Très tôt, l'enfant doit prendre des responsabilités, estime qu'il doit être fort. Quand il devient adulte, il estime toujours qu'il doit tout assumer.
    • Les personnes confrontées à un changement de vie majeur: changement de travail (soi-même ou un conjoint), déménagement, naissance d'un enfant, modification de la situation financière, perturbation dans la vie de couple...

    Ces éléments trouvent, dans le monde du travail, une caisse de résonnance  d'autant plus importante quand la personne est confrontée à un contenu professionnel vide de sens à ses yeux ou des problèmes organisationnels (leader qui ne gère pas, manque de feedback, manque de reconnaissance...).

    5. Qu'est-ce que je veux vraiment? Ici, un petit outil pratique qui ne demande qu'une feuille et des bullet points. Ecrivez-y:
    - ce que vous savez faire, mais que vous n'avez plus envie de faire,
    - ce que vous savez faire et que vous voulez continuer à faire,
    - ce pour quoi vous êtes doué,
    - ce pour quoi vous aimeriez être doué.

    6. Gérer son temps. Distinguer ce qui est urgent de ce qui est important.

    7. Gérer son environnement.
    On pose ses limites, on apprend à dire non et à formuler ses propres demandes.

    8. Combattre les habitudes.
    Est-il nécessaire de faire un repas complet pour ses enfants tous les jours; une soirée pizza peut-elle vous soulager?

    9. Mesurer.
    Prendre régulièrement rendez-vous avec soi-même. Mesurer son niveau d'énergie.

    "Au bout de cette démarche, les personnes parviennent à trouver une intersection entre l'avoir, l'être, le savoir-faire, le savoir-être. À partir de ce moment-là, ils sont armés pour continuer à travailler dans la même fonction, mais différemment ou à entamer une reconversion professionnelle."

    Surmonter le burn-out, c'est également induire un cycle de changements synthétisé ici par la roue de Hudson.

    Cliquez sur les pastilles bleues pour obtenir des informations complémentaires

    Lire également

    Publicité
    Publicité
    Publicité

    Messages sponsorisés

    Messages sponsorisés