Cryptomonnaies: une pyramide de Ponzi démantelée en Belgique

©Bloomberg

Cinq Belges sont sous les verrous pour une suspicion d'arnaque à la cryptomonnaie vitae. Un exemple éclatant du nombre croissant de dossiers judiciaires liés aux cryptodevises dans le pays.

C'est un dossier symptomatique que vient d'exhumer la justice belge, cette semaine. Le parquet fédéral a annoncé, ce mercredi, les résultats d'une importante opération visant à démanteler une plateforme de réseaux sociaux et un site web liés à la cryptomonnaie vitae. Mardi, des perquisitions ont été menées à 17 endroits différents en Belgique, surtout en Flandre (Anvers, Flandre orientale et occidentale, Limbourg), mais aussi en Suisse, là où les sociétés en cause sont domiciliées.

223.000
Plus de 223.000 personnes ont utilisé la plateforme vitae.co et le site internet lié à travers le monde.

Il s'agissait, selon le parquet fédéral, de démanteler une "fraude à la Ponzi", c’est-à-dire une fraude pyramidale dont le fonctionnement consiste à rémunérer les investissements surtout par les fonds procurés par les nouveaux entrants.

Organisation criminelle et blanchiment

L'enquête est dirigée par le juge d'instruction malinois Philippe Van Linthout, spécialisé dans le domaine de la technologie. Plusieurs personnes ont été interpellées et cinq d'entre elles, de nationalité belge, ont été inculpées et placées sous mandat d'arrêt, mercredi soir. Les chefs d'inculpation sont la participation à une organisation criminelle, l'escroquerie et le blanchiment.

Le parquet fédéral a également annoncé la mise hors service de la plateforme vitae.co. Plusieurs saisies ont été réalisées: 1,1 million d'euros en fiduciaire; 1,5 million de monnaie virtuelle (soit 37% de toute la monnaie vitae en circulation); 17 véhicules de luxe et de l'or. Plus de 223.000 personnes ont utilisé la plateforme et le site à travers le monde.

Comme pour illustrer le phénomène, en début de semaine, la presse française révélait l'ouverture d'une enquête judiciaire sur la "disparition" de plusieurs dizaines de millions d'euros en crypto-actifs placés par l'association bourguignonne RR Crypto.

"Un phénomène connu"

37%
1,5 million de monnaie virtuelle vitae, soit 37% de toute cette monnaie en circulation dans le monde, a été saisi par la justice belge lors des perquisitions, cette semaine.

En Belgique, le nombre de dossiers judiciaires liés à l'exploitation des cryptomonnaies est en progression, de l'aveu de nombreux magistrats spécialisés, ainsi que de la FSMA, l'autorité des marchés financiers, et la Ctif, la cellule de traitement des informations financières. Ainsi, selon des informations de la FSMA, le nombre de signalements reçus liés à des fraudes aux cryptomonnaies progresse régulièrement: de 21 au second trimestre 2020, on est passé à 29 au troisième, 37 au quatrième et 45 au premier trimestre 2021.

"La fraude aux cryptodevises est un phénomène connu. Le nombre de dossiers judiciaires est en train d'augmenter, que ce soit au niveau fédéral ou local", observe un magistrat. Un de ses confrères opine et précise: "La plupart des fraudes existantes aux cryptomonnaies ne concernent pas, en fait, de vraies cryptomonnaies, mais plutôt des fraudes à l'investissement. Il y a quelques années ou mois, ils proposaient des investissements bidon dans les diamants ou l'or. Aujourd'hui, les cryptos sont à la mode, demain ce sera autre chose." Pour Marc Penna, conseiller de direction à la Ctif, le phénomène des fraudes aux (vraies) cryptomonnaies est bien réel et en progression. Reste à l'objectiver par des chiffres précis.

"La fraude aux cryptodevises est un phénomène connu. Le nombre de dossiers judiciaires est en train d'augmenter."
Un magistrat spécialisé

La justice redoute aussi le développement des cryptomonnaies, car elles sont un moyen supplémentaire pour les criminels de blanchir l'argent issu des trafics tout en restant en dehors du secteur bancaire classique. C'est ainsi que, récemment, le parquet fédéral s'inquiétait du rôle de la puissante plateforme hongkongaise Binance, la plus importante du monde en termes de volume, qui ne jouait pas le jeu de la transparence avec la justice belge dans le cadre d'enquêtes sur des réseaux criminels.

Le résumé

  • Cinq personnes ont été placées sous mandat d'arrêt pour leur implication présumée dans une fraude pyramidale impliquant la gestion de la cryptomonnaie vitae.
  • 37% des crypto-actifs de cette devise ont été saisis lors des perquisitions.
  • Cette importante enquête judiciaire illustre le nombre croissant de dossiers impliquant l'utilisation de cryptomonnaies en Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés