Delphine Boël change de nom et devient princesse de Belgique

Delphine est présentée comme la fille illégitime d'Albert II depuis 1999. ©Photo News

Selon un arrêt de la cour d'appel de Bruxelles, Delphine Boël est officiellement la fille légitime d'Albert II et devient princesse. Elle s'appelle désormais Delphine de Saxe-Cobourg-Gotha.

Delphine Boël est la fille légitime du roi Albert II et devient donc désormais princesse de Belgique, selon un arrêt rendu par la cour d'appel de Bruxelles. Elle prend le nom de la famille royale et devient Delphine de Saxe-Cobourg-Gotha.

Marc Uyttendaele, son avocat, a précisé: "Ses autres demandes visant à ce qu'elle soit traitée sur le même pied que ses frères et sa sœur ont également été satisfaites." Delphine s'exprimera sur cette affaire en présence de ses avocats, ce lundi 5 octobre.

Elle ne sera pas "Delphine de Belgique", ne recevra pas de dotation et n'entrera pas dans l'ordre de succession pour le trône.

Elle s'appellera désormais "Son Altesse Royale, Delphine de Saxe Cobourg Gotha, Princesse de Belgique". Sa carte d'identité va être changée, a expliqué, ce vendredi matin sur La Première, Vincent Dujardin, professeur d'Histoire contemporaine à l'UCLouvain.

Mais elle ne sera pas "Delphine de Belgique", ne recevra pas de dotation et n'entrera pas dans l'ordre de succession pour le trône, parce que la filiation n'a pas été établie dans le cadre d'un mariage contresigné par le gouvernement. La reconnaissance est surtout symbolique. Pour l'héritage, elle aura bien droit à une part de succession du roi Albert II, a rappelé le spécialiste de la monarchie.

"Crise conjugale"

En 1999, Delphine avait été présentée comme la fille illégitime d'Albert II par certains médias. Par la suite, elle avait déclaré être, en effet, la fille du roi Albert II avec qui sa mère, Sybille de Selys Longchamps, avait eu une liaison entre 1966 et 1984.

Albert II avait alors reconnu que son épouse, la reine Paola, et lui avaient "traversé une crise conjugale" dans les années 1970. Mais il n'avait jamais admis être le père de Delphine Boël, jusqu'au 27 janvier dernier.

Saga judiciaire

Cette saga judiciaire avait commencé en 2013, quand Delphine a introduit une procédure en contestation de paternité de Jacques Boël, qui l'avait reconnue comme sa fille à sa naissance. Cette démarche visait à ce qu'elle puisse, ensuite, introduire une procédure en reconnaissance de paternité du roi Albert II, qu'elle considérait comme son vrai père.

Une victoire judiciaire ne remplacera jamais l'amour d'un père.
Marc Uyttendaele
Avocat de Delphine de Saxe-Cobourg-Gotha

Jacques Boël n'avait pas contesté l'action en désaveu de paternité. Il s'était livré à un test ADN qui avait révélé qu'il n'était effectivement pas le père biologique de Delphine.

L'affaire est revenue plusieurs fois devant la justice. En janvier dernier, on apprenait que le test ADN auquel le Roi Albert avait dû se soumettre confirmait la paternité de celui-ci. Et la cour d'appel de Bruxelles vient de rendre ce dernier arrêt.

"Une victoire judiciaire ne remplacera jamais l'amour d'un père, mais offre un sentiment de justice, renforcé encore par le fait que nombre d'enfants qui ont traversé les mêmes épreuves pourront y trouver la force de les affronter", a expliqué Maître Uyttendaele.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés