analyse

Écoles fermées: seules les crèches tournent normalement cette semaine

Les crèches restent ouvertes, même si le secteur tire la langue et demande à être pris en considération. ©ANP

Les cours sont suspendus, de la maternelle au secondaire. Un accueil est organisé pour les enfants dont les parents n'ont pas de solution de garde prudente sur le plan sanitaire.

Un peu partout, la poussière est retombée autour du Comité de concertation. Aussi bien dans la sphère politique, faisant apparaître failles et craquelures, que dans le monde de l'enseignement et de l'accueil. Où, à vrai dire, pas mal de questions restaient en suspens fin de la semaine passée.

Jugez plutôt. "Les cours sont suspendus" dans l'enseignement primaire et secondaire, résumait le communiqué ramassant les décisions actées en Codeco. Rien de tel pour les maternelles, restant "ouvertes". Un traitement particulier, fruit d'un compromis politique, la Flandre ayant bataillé pour que le chemin de l'école ne soit pas barré aux plus petits.

"Nous ne vous demandons pas d’organiser l’enseignement à distance pendant cette période."
La Fédération Wallonie-Bruxelles

De quoi susciter des remous du côté de l'enseignement francophone, où pareille distinction passait mal, tant chez la ministre de l'Éducation Caroline Désir (PS) que dans les rangs syndicaux. Ce n'est pas tout: si les cours sont suspendus une semaine avant les vacances, devaient-ils se poursuivre à distance?

Ne pas mobiliser les personnes à risques

Après une première réunion houleuse mercredi, une seconde a permis d'aplanir le tout ce jeudi. Qu'en est-il ressorti? Si le Codeco suspend les cours en présentiel dans le primaire et le secondaire, la Fédération Wallonie-Bruxelles a convenu de ne "pas demander d'organiser d'enseignement à distance durant cette période". "L'idée est de ne pas mettre trop de pression sur les élèves", explique le cabinet Désir.

"Nous demandons que les équipes restent disponibles pour les élèves qui auraient besoin d’un soutien à distance."
La Fédération Wallonie-Bruxelles

Ce qui ne rime pas forcément avec semaine de vacances pour les enseignants. "Nous demandons que les équipes restent disponibles pour les élèves qui auraient besoin d’un soutien à distance." Par ailleurs, chaque établissement est tenu d'organiser l'accueil des élèves dont les parents ne peuvent prévoir de garde ne mobilisant pas des personnes à risques – grands-parents en tête.

"Pas une garderie géante"

Ce qui nous mène au cas des maternelles. Où, certes, les contaminations sont moins importantes, concède la circulaire envoyée par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais maintenir ce niveau ouvert posait "des problèmes très complexes sur le plan organisationnel" et soulevait "des questions d’égalité de traitement entre les membres du personnel".

"Je tiens à souligner avec force que l’enseignement maternel est un enseignement à part entière et ne peut être assimilé à une garderie géante."
Caroline Désir
Ministre francophone de l'Éducation

Autant d'interpellations que Caroline Désir ne pouvait "que comprendre et entendre". "Je tiens à souligner avec force que l’enseignement maternel est un enseignement à part entière et ne peut être assimilé à une garderie géante."

Tout ceci pour dire que les maternelles s'aligneront sur les autres niveaux. On y limitera "autant que possible les contacts". Autrement dit, l'accueil y sera organisé pour qui n'aura d'autre choix – les autorités invitant les parents à faire le maximum pour (faire) garder leurs enfants. Attention, dans le cadre de cet accueil, "ne pas prévoir d’activités pédagogiques impliquant l’acquisition de nouvelles compétences", précise la circulaire.

Crèches ouvertes

Reste la question des crèches, qui n'ont pas eu l'honneur d'être évoquées lors du Codeco. Cela signifiait-il qu'elles resteraient ouvertes, par défaut? La question s'est posée, chez la ministre de l'Enfance Bénédicte Linard (Ecolo). Fermer les crèches, non; mais fallait-il inviter les parents à garder leurs bambins chez eux autant que faire se peut? La piste n'a guère été retenue; les crèches restent ouvertes.

Par ailleurs, une concertation est organisée ce vendredi entre la ministre et le secteur de l'accueil et de la petite enfance. Secteur qui s'estime délaissé depuis un an et formule une triple demande: être "pris en considération", une "vaccination immédiate du personnel" et un "soutien financier".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés