Enfin un cadre pour les hébergements "Airbnb" dans toute la Belgique

©AIRBNB

Chaque Région a désormais un cadre plus ou moins similaire pour les propriétaires qui offrent des locations à court terme. Bruxelles a même déjà mis en place une taxe.

La zone grise autour des biens mis en location sur la plateforme AirBnB s'éclaircit peu à peu en Belgique.

♦ A Bruxelles, où une réglementation plus stricte est entrée en vigueur au printemps, des contrôles ont lieu depuis mi-novembre auprès des exploitants, selon le cabinet du ministre-président bruxellois en charge du Tourisme, Rudi Vervoort.

Tous les exploitants d'hébergements touristiques (et donc aussi les "hôtes" AirBnB) doivent remplir certaines conditions et faire enregistrer leur bien auprès de Bruxelles Économie et Emploi.

Des contrôles ont lieu avec des visites sur place depuis mi-novembre pour vérifier que les conditions sont respectées. "Il n'y a pas encore eu de sanctions, mais des avertissements sont dressés et s'ils ne sont pas suivis d'effet par l'exploitant, ils aboutiront à des sanctions", indique le cabinet Vervoort. Avec à la clé des amendes de 250 à 25.000 euros.

Une taxe à Bruxelles

La Région bruxelloise vient de décider de taxer tous les logements touristiques par une taxe à la nuitée.

En l'occurrence, les propriétaires de logements touristiques devront payer 3 euros par nuitée mais ne devront plus payer de taxes à la commune.

Selon le ministre président Rudy Vervoort, cette opération vise à redorer l'image de Bruxelles.


♦ En Wallonie, des règles similaires entrent en vigueur le 1er janvier 2017. Les exploitants devront s'enregistrer en ligne auprès du Commissariat général au tourisme (CGT).

Il y aura ensuite une période d'adaptation au cours de laquelle AirBnB est censé informer ses utilisateurs et les diriger vers le CGT, explique le cabinet du ministre wallon du Tourisme, René Collin.

Dans un premier temps, le ministre compte sur la "bonne compréhension" des différents acteurs, mais des sanctions sont prévues pour la suite, précisément l'obligation d'arrêter la location du bien. Des amendes ne sont pas prévues.

♦ En Flandre, un nouveau décret sur ce type d'hébergements occasionnels doit entrer en vigueur en avril, comme le relève le quotidien De Tijd vendredi. Ici aussi, les hôtes devront prévoir une assurance responsabilité civile, un certificat de bonne vie et mœurs et une attestation sécurité-incendie. Les récalcitrants risqueront une amende de 250 à 25.000 euros, comme à Bruxelles.

Il y a deux semaines, AirBnb a appelé ses hôtes à critiquer la nouvelle réglementation bruxelloise. Quelque 2.000 propriétaires se seraient signalés à la Région alors qu'ils sont 6.000 inscrits sur la plateforme pour proposer des séjours.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés