Enseignement, plein air: qu'attendre du Codeco de ce vendredi?

Une reprise partielle des cours en présentiel dans le supérieur - ici, en train de manifester devant l'ULB en ce début mars - devrait être au menu du comité de concertation. ©Tim Dirven

Après une semaine de pause, le comité de concertation reprend les discussions là où il les avait laissées vendredi dernier. Et devrait poursuivre sa politique des petits pas.

L'histoire repasse-t-elle les plats? En tout cas, le menu du comité de concertation de ce vendredi sera sensiblement le même que celui de la semaine passée. Assez logique, finalement, puisque toutes les velléités d'assouplissement ont été gelées une semaine durant, au vu des données épidémiologiques inquiétantes reçues vendredi dernier, à l'entame des discussions. D'où cette pause, le temps de vérifier si l'on assistait juste à un rebond, ou s'il s'agissait là du démarrage d'une troisième vague.

20%
hausse des admissions
Si la reprise exponentielle de l'épidémie, crainte vendredi dernier, ne semble pas se confirmer, il reste que la moyenne des admissions à l'hôpital a grimpé de 20%, tout comme l'occupation des lits de soins intensifs (+17,6%).

Justement, où en est-on? La réponse sera à l'image de la période, mitigée. On observe une décélération du côté des cas enregistrés, dont la croissance au cours des sept derniers jours (+8%) a été rejointe par la hausse des tests effectués. Autrement dit, le taux de positivité stagne à 6,6%, ce qui permet d'écarter, pour l'heure, l'hypothèse d'un redémarrage en force, c'est-à-dire exponentiel, de l'épidémie. Tout n'est pas rose pour autant, la moyenne des admissions à l'hôpital ayant grimpé d'environ 20%, tout comme le nombre de lits occupés aux soins intensifs. La plus grande prudence reste donc de mise.

La priorité: l'enseignement

Voilà pour le contexte, qui ne permet sans doute pas d'ouvrir grand la moindre vanne avant avril au plus tôt. Ce qui ne signifie pas non plus que des assouplissements ne sont pas envisageables; c'est la technique des petits pas.

"L'élément 'extérieur' jouera un rôle très, très important."
Alexander De Croo
Premier ministre

La priorité reste inchangée: la jeunesse. Aussi sera-t-il question d'une reprise (après les vacances de Pâques?) entièrement en présentiel dans l'enseignement secondaire. D'un retour dans les auditoires à 20%, soit un jour par semaine, dans le supérieur (dès la mi-mars?). Ou encore d'une levée des restrictions portant sur l'organisation des activités extrascolaires à l'extérieur. "Tous les protocoles étaient prêts la semaine dernière", nous glisse-t-on.

Un plan "plein air"

Puisque l'on parle d'extérieur, il devrait être également question d'un élargissement de la bulle des contacts autorisés à l'extérieur - avec, donc, respect des règles de distanciation. De quatre, il serait question de passer à huit, voire dix espèrent certains, dont le président du PS Paul Magnette. Il indique ainsi au groupe Sudpresse qu'il y a quasiment un accord pour élargir cette bulle. À vrai dire, le Premier ministre a même évoqué, ce jeudi à la Chambre, l'élaboration d'un plan "plein air". Alexander De Croo (Open Vld) l'assure: "L'élément 'extérieur' jouera un rôle très, très important."

L'avenir des autres demandes reste largement incertain. Donner des perspectives pour les autres secteurs, de la culture à l'événementiel, en passant par l'horeca? Paul Magnette réclame, lui, un calendrier envisageant la réouverture fin avril, début mai des secteurs fermés. Faire éclater la bulle sociale d'une personne? Gageons que les discussions seront animées en la matière, entre les tenants d'un assouplissement (MR et Ecolo en tête) et ceux de la ligne dure, incarnée notamment par le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a). "Je ne vois pas d'inconvénient" à élargir à deux contacts sociaux à l'intérieur, annonce, de son côté, Paul Magnette.

Reste à savoir si la question de l'interdiction des voyages non essentiels, assez mal perçue par la Commission européenne et valable jusqu'au 1er avril, sera déjà sur la table. Pas sûr, puisque d'autres Comités de concertation prendront certainement place d'ici les congés d'avril.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés