Forcing des évêques et cours de natation "haram"

©AFP

Le religieux s'invite dans les écoles. Une lettre des évêques invite ainsi les parents d'élèves à inscrire leurs enfants au cours de religion au lieu du cours de philosophie et de citoyenneté. En Flandre, des élèves refusent de prendre des cours de natation ou de musique parce que c'est le ramadan.

Le Centre d'action laïque (CAL) est scandalisé par la lettre que les évêques francophones belges ont adressé aux parents d'élèves inscrits dans l'enseignement officiel et qui les invitait à continuer à inscrire leurs enfants au cours de religion catholique. A partir de la rentrée 2016, les élèves de l'enseignement primaire officiel recevront un cours d'éducation à la philosophie et citoyenneté (EPC) à la place d'une des deux heures de morale ou de religion dispensées jusque là. Les élèves pourront demander le remplacement de la deuxième heure par l'EPC.

"Cette sortie s'apparente à une violation pure et simple de la séparation des Églises et de l'État", s'indigne le CAL. "De quoi les évêques se mêlent-ils? A quel titre tentent-ils d'influencer les parents d'un réseau (...) précisément choisi pour ne pas dépendre de la volonté du clergé? Cette ingérence dans la gestion de l'enseignement public nous pose question."

"Cette sortie s'apparente à une violation pure et simple de la séparation des Églises et de l'État. De quoi les évêques se mêlent-ils? A quel titre tentent-ils d'influencer les parents d'un réseau (...) précisément choisi pour ne pas dépendre de la volonté du clergé?
Le Centre d'action laïque

Les attaques du centre visent deux phrases précises de la lettre. Dans la première, les évêques se réjouissent que le cours de religion catholique soit toujours proposé car le supprimer serait un "appauvrissement" de l'État démocratique. "Nous expliquera-t-on en quoi un cours de religion catholique plutôt qu'un cours de citoyenneté (...) renforce la démocratie?", répond le CAL.

La seconde phrase invite les parents à faire "pleine confiance à la compétence des maîtres et professeurs de religion catholique". Le CAL s'offusque: "Confiance pour quoi? Pour assurer la neutralité du cours de citoyenneté ou pour le rendre conforme aux souhaits des évêques?"

Par ailleurs, le CAL rappelle qu'en 2015, la fédération des parents de l'enseignement officiel (FAPEO), avait appelé les parents à demander la dispense du cours philosophique. La ministre de l'Éducation de l'époque, Joëlle Milquet, avait alors dénoncé cette démarche. "Ce qui est scandaleux de la part de la FAPEO serait donc admissible de la part des évêques?", se demande le centre, qui déplore l'absence de commentaires de l'actuelle ministre, Marie-Martine Schyns.

Un débat sur les enfants qui refusent la natation pendant le ramadan agite la Flandre

Par ailleurs, un débat sur les élèves musulmans qui refusent de participer aux cours de natation ou de musique pendant le ramadan agite une certaine Flandre, après que le directeur de l'enseignement flamand officiel à Bruxelles, Jacky Goris, n'a pas hésité à juger "criminel" que des enfants de 10 ans respectent cette tradition. Le phénomène est pourtant marginal et pas neuf, souligne l'éducateur Chris Wyns. Il estime que la question prend de l'importance en raison de la polarisation qui entoure l'islam.

"J'étais déjà confronté à ce genre de choses lorsque j'étais directeur d'une école bruxelloise il y a une dizaine d'années", poursuit M. Wyns. "On en fait grand bruit en raison du climat actuel. C'est très différent d'une école à l'autre et d'une famille à l'autre. Dans la plupart des établissements, le phénomène est abordé de manière pragmatique."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés