Franco Dragone nomme une nouvelle directrice et réduit la voilure en Belgique

©BELGA

L’activité de Franco Dragone en Belgique s’est réduite à peau de chagrin. Productions du Dragon n’emploie plus que 6 personnes. Il y a également du changement au niveau de l’encadrement. Didier Hamann a quitté le groupe. Claudine Cornet est nommée directrice générale. Franco Dragone assure vouloir rester à La Louvière.

Vu de loin comme de près, cela ressemble à une débandade. Et même si le principal intéressé dément avec la plus grande vigueur, tout semble indiquer que Franco Dragone est en train de boucler ses valises avant de quitter la Belgique. Ce qui nous a mis la puce à l’oreille? La récente désignation de Claudine Cornet à la tête de Dragone Costumes et de Productions du Dragon (PDD), deux des entités belges de l’artiste qui, il y a quelques années, ont constitué le cœur du réacteur de la création et de la production des spectacles de Dragone qui s’exportaient – et s’exportent toujours – dans le monde entier.

Franco Dragone assure qu'il maintiendra de l'activité en Belgique

Pas toujours évident de ramasser les pensées de Franco Dragone, qui a accepté de répondre à nos questions ce jeudi. Il a hésité à nous répondre, avant de se lancer. S’il dit comprendre les inquiétudes des uns et des autres, il assure qu’il a l’intention de développer une activité économique à La Louvière.

Mais il semble aussi vouloir tourner la page, laisser derrière lui les ennuis judiciaires qui le poursuivent depuis plusieurs années (il est toujours sous le coup d’une inculpation pour corruption de fonctionnaires, soupçons de fraude fiscale et de blanchiment). "Je veux changer de façon de faire par rapport au passé, il nous est arrivé de faire tout et n’importe quoi", nous a-t-il assuré.

"Je suis lucide, nous allons nous mettre en adéquation avec nos contraintes et nos objectifs et professionnaliser une activité qui doit être pérenne et me survivre", précise-t-il encore, avant d’ajouter qu’il n’a pas l’intention de quitter La Louvière.

Quant à notre étonnement vis-à-vis de la nomination de Claudine Cornet, il assume. "Claudine est porteuse de sens, son profil est bon et ses compétences vont se vérifier. Et elle sera encadrée", assure encore Franco Dragone. "Je veux tourner la page, pas la déchirer", conclut Franco Dragone, qui assure qu’il s’expliquera sous peu sur ses nouveaux projets. N. K.

 

Nous avons essayé de joindre Claudine Cornet. Sans succès. C’est son profil qui pose question. La dame, que l’on dit proche de l’actuel bourgmestre de La Louvière, a été préfète d’un athénée à Morlanwelz et est actuellement directrice du département de l’enseignement et de la formation de La Louvière. Intrigué par ce pedigree, nous nous sommes penchés sur les sociétés de Franco Dragone en Belgique. Le moins que l’on puisse écrire est que les directeurs, ces dernières années, se sont succédé, parfois à un rythme effréné.

Prenons le cas de Productions du Dragon. La société créée le 15 mars 2001 a d’abord été dirigée par Simon Pieret, un personnage clé dans l’entourage de Dragone. Entre les mois d’août 2003 et de juin 2008, Louis Parenteau – venu du Cirque du Soleil – a pris le relais. Après le départ de Parenteau, l’intérim a été assuré par Simon Pieret avant qu’Yves Delacollette, ex-CEO de Deutsche Bank, ne vienne reprendre la barre.

À nouveau, lorsque Dragone débarquera Delacollette à l’automne 2015, c’est à nouveau Simon Pieret qui se collera à l’intérim. En 2016, Didier Hamann, ancien directeur général et rédacteur en chef du Soir, reprendra les manettes de la société avant de se retirer de cette fonction et prendre la route du Canada pour y gérer une filiale de Dragone. D’après nos informations, Didier Hamann ne travaille plus pour Franco Dragone depuis quelques semaines.

À la tête de Productions du Dragon, on retrouvera ensuite Jean-Louis Jadot, puis Thierry Streel. Ce dernier, qui a rendu son tablier en décembre 2018, aura-t-il été l’exécutant des basses œuvres? Nous avons également tenté de le contacter pour lui poser la question. Sans succès. En 2016, lorsque la société devait composer avec l’ouverture d’une procédure en réorganisation judiciaire, il y avait encore un peu plus de trente travailleurs chez Productions du Dragon.

D’après nos informations, ils ne sont plus que six aujourd’hui à occuper des bureaux devenus bien trop grands. Notons que quatre de ces six travailleurs sont des délégués syndicaux… Tous les autres ont été licenciés par vagues successives ces derniers mois. D’après une source, le premier étage de PDD sert actuellement de garde-meubles. Pas de quoi se réjouir.

Sous-traitance

"Je veux changer de façon de faire par rapport au passé."
franco dragone créateur de spectacles

Le cas de Costumes du Dragon ne semble guère plus brillant. Actuellement, il semble que les productions toujours en cours (Dai Show, The Han Show, The house of dancing water et La Perle) assurent toujours un certain volume de travail, les costumes faisant l’objet de toutes les attentions. Mais à l’avenir, rien ne garantit que ce volume sera maintenu, sachant que les théâtres pour les nouveaux spectacles ne sont pas encore construits. Un ancien travailleur de la société craint que les futures productions du créateur ne fassent l’objet d’un appel à la sous-traitance. Rien ne prouve que les nouveaux porteurs de projets feront alors appel au savoir-faire des travailleurs de La Louvière.

A priori, certains semblent penser que Franco Dragone a décidé de s’entourer de son ancienne garde rapprochée. Ce qui expliquerait la récente nomination de Claudine Cornet. Pour trouver la trace de Simon Pieret aujourd’hui, il faut aller au Grand-Duché de Luxembourg. Il y est administrateur de Dragone Show Création, une structure mise en place à l’époque par Yves Delacollette lorsqu’il tentait de restructurer le groupe. Simon Pieret a été inculpé aux côtés de Franco Dragone pour des soupçons de fraude fiscale et de blanchiment d’argent.

Contacté ce jeudi, Franco Dragone dément toute intention de quitter La Louvière. "Cette ville, c’est ma cause", nous a-t-il expliqué.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content