Frank Vandenbroucke: "Le financement à l’acte a atteint ses limites"

Frank Vandenbroucke voudrait que le système de santé évolue vers un financement en fonction du résultat. ©BELGA

Le ministre des Affaires sociales a plaidé lundi devant l'Inami pour un financement des soins de santé qui valorise davantage la prévention, l'innovation et le résultat.

"Le système de paiement à l’acte a atteint ses limites, la crise actuelle l’a encore une fois démontré. Nous devons poser des jalons pour évoluer vers un système de financement en couches constitué d’éléments tels que le financement à la capitation (forfait pour la prise en charge du patient, NDLR), le financement par pratique médicale, le financement de l’innovation ou encore le financement en fonction du résultat... Avec des éléments aussi qui valorisent la coopération et la prévention."

C’est ce qu’a déclaré lundi le ministre fédéral des Affaires sociales et de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), devant un parterre (virtuel) d’environ 500 personnes réunies pour l’ouverture des discussions budgétaires pour la période 2022-2024 qui se tiendront au sein de l’Institut national d’assurance maladie (Inami).

Le financement à l’acte est décrié depuis longtemps, car poussant à la surconsommation médicale. La précédente ministre des Affaires sociales, Maggie De Block (Open Vld), avait amorcé certaines réformes en ce sens, dont par exemple le paiement au forfait pour certaines interventions de base dans les hôpitaux.

Frank Vandenbroucke entend donc approfondir cette voie ainsi que poursuivre les grandes réformes mises en chantier ces dernières années : le pacte pharmaceutique, la réforme du financement hospitalier (en poussant les différents établissements à se regrouper au sein de réseaux) ou encore la révision de la nomenclature.

"Nous devons oser explorer la façon dont on peut rétribuer les prestataires de soins à partir de frais médicaux prévisibles."
Frank Vandenbroucke
Ministre des Affaires sociales

"Nous devons oser explorer la façon dont on peut rétribuer les prestataires de soins à partir de frais médicaux prévisibles. Il est important que nos modèles de financement contiennent suffisamment de leviers pour soutenir des soins efficaces, je pense à la prescription rationnelle de médicaments, de biologie clinique ou d’imagerie médicale", a-t-il souligné.

Accessibilité financière et proximité

Concernant le trajet budgétaire 2022-2024, le ministre a fixé "trois axes stratégiques" qui doivent guider la transformation de notre système de santé.

Le premier axe porte sur l’accessibilité financière des soins de santé. Cela passe par le renforcement du système de maximum à facturer, l’automaticité de l’accès à certains droits, ou encore l’extension du tiers payant. Vandenbroucke plaide à cet égard pour "des accords tarifaires équilibrés pouvant mener à un plus haut taux de conventionnement et donc à davantage de sécurité tarifaire pour le patient".

Le deuxième axe, c'est la proximité des soins proposés au patient, avec l’accent mis sur les dispositifs de première ligne et de prévention. "Notre système de soins de santé doit être adapté aux besoins d'un nombre croissant de personnes qui souffrent de problèmes de santé chroniques et multiples. Nous devons donc renforcer les soins dans la proximité, dans une approche à la fois communautaire et centrée sur la personne."

Troisièmement enfin, le ministre a pointé l’importance de la collaboration et de la mise en réseau autour du patient. "Une meilleure intégration entre la première et la deuxième ligne est essentielle pour des soins qualitatifs et efficaces. Je pense par exemple au développement de trajets de soins transmuraux en collaboration avec les hôpitaux, mais aussi au télémonitoring ou à la télémédecine."

"Toute politique doit être fondée sur des données probantes scientifiques."
Frank Vandenbroucke
Ministre des Affaires sociales

Les instances de l’Inami seront accompagnées dans leurs travaux par un groupe de scientifiques sous la houlette d'Erik Schokkaert (KU Leuven). "Toute politique doit être fondée sur des données probantes scientifiques", a encore insisté Frank Vandenbroucke.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés