Frank Vandenbroucke s'inquiète: "Il faut des mesures supplémentaires"

Frank Vandenbroucke, ministre de la Santé, défend l'option de vacciner en priorité les personnes âgées. ©EPA

Le ministre de la Santé s'inquiète de la situation sanitaire. Frank Vandenbroucke approuve les mesures prises dans les écoles, mais estime que ce n'est pas en vaccinant les enseignants qu'on va limiter les clusters dans les écoles.

Pour le ministre de la Santé, les mesures annoncées dimanche soir par les ministres de l'Enseignement sont "intéressantes et importantes", a estimé ce lundi Frank Vandenbroucke dans l'émission de Ochtend (VRT).

Ce dernier s'est par ailleurs dit très inquiet de la situation actuelle. "Si nous voulons rouvrir entièrement les écoles le 19 avril et l'horeca le 1er mai, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir", a-t-il répété sans se prononcer sur l'éventualité de nouvelles mesures alors que le comité de concertation doit à nouveau se réunir dans le courant de la semaine.

Les enseignants, prioritaires pour la vaccination

Le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke n'a pas appuyé dimanche la demande des ministres de l'Enseignement de vacciner les enseignants en priorité. "Ce n'est pas en vaccinant les enseignants qu'on va limiter les clusters dans les écoles, car ce sont des clusters qui se développent entre les enfants", a souligné Frank Vandenbroucke (Vooruit) sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi).

Il a insisté sur la stratégie de vaccination actuelle, qui prévoit de traiter d'abord les plus vulnérables en fonction de leur âge et de leur état de santé, "ce qui prendra encore des semaines".

Les ministres de l'Enseignement des trois Communautés (Caroline Désir, Ben Weyts et Lydia Klinkenberg) ont demandé cette semaine au fédéral de considérer le personnel enseignant comme groupe prioritaire pour la vaccination contre le Covid-19. Ils ont envoyé un courrier en ce sens au Premier ministre Alexander De Croo et au ministre de la Santé Frank Vandenbroucke.

De nouvelles mesures dans l'enseignement

Vendredi, le comité de concertation (codeco) a chargé les ministres de l'Enseignement d'élaborer pour lundi une liste de mesures à court terme dans le but de limiter encore les risques de contamination à l'école.

Le codeco a déjà décidé de rendre le port du masque obligatoire également en 5e et 6e primaires, ainsi que de reporter après les vacances de Pâques le retour au présentiel à temps plein, qui était prévu pour le 29 mars dans le 2e degré de l'enseignement secondaire.

Un schéma tend à se répandre: les enfants attrapent le virus en classe, le transmettent à leurs parents qui, s'ils ne font pas de télétravail, le communiquent sur leur lieu de travail.

Un pari risqué

"Si on se limite aux mesures décidées vendredi, c'est un pari très risqué."
Frank Vandenbroucke
Ministre de la Santé

Pour Frank Vandenbroucke, le Comité de concertation de vendredi n'a pas été assez ferme. "Si on se limite aux mesures décidées vendredi, c'est un pari très risqué", a-t-il dit. A ses yeux, pour s'assurer de la réouverture des écoles après Pâques et de l'Horeca au 1er mai, "il faut des mesures supplémentaires".

S'il devait apparaître lundi que les écoles ne peuvent prendre des mesures d'envergure, "alors il faudra prendre des mesures fortes dans d'autres secteurs, car ne rien faire est un pari risqué".

Pour le mathématicien Nicolas Franco (Université de Namur, Université de Hasselt), aux services duquel le gouvernement a déjà recouru pour la modélisation de l'évolution de la pandémie, fermer les écoles une semaine de plus après les vacances de Pâques n'aurait qu'un effet faible pour un coût élevé, car les deux semaines de congé de printemps suffiront déjà pour faire baisser la pression de la contamination à l'école.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés