Georges-Louis Bouchez est le nouveau président du MR

©BELGAIMAGE

Sans surprise, le Montois a été élu nouveau président du MR ce vendredi, en remplacement de Charles Michel parti diriger le Conseil européen. Il a ainsi battu Denis Ducarme au second tour de la présidentielle du parti.

C'était attendu tant il avait surclassé ses concurrents lors du premier tour (44,6% des voix contre 25,1% pour le deuxième Denis Ducarme), mais cette fois, c'est officiel: Georges-Louis Bouchez est le nouveau président des libéraux francophones. Il a obtenu 62% des voix (8.640 voix), contre 38% pour Denis Ducarme (5.308 voix).

Le taux de participation au second tour de cette présidentielle du MR aura été de 57,78%: sur les 24.477 membres du MR en ordre de cotisation, 14.144 bulletins ont été dénombrés, sur lesquels 13.948 votes valables (196 bulletins blancs ou nuls).

"Les libéraux seront du côté de la solution" dans le cadre de la formation d'un nouvel exécutif fédéral.
Georges-Louis Bouchez

"Les libéraux seront du côté de la solution" dans le cadre de la formation d'un nouvel exécutif fédéral, a assuré le Montois dans sa première réaction après son élection. En ce qui concerne ses préférences en matière de coalition, Georges-Louis Bouchez a rappelé qu'il n'entendait pas être séparé de l'Open Vld dans un éventuel attelage. Interrogé sur la possibilité d'un gouvernement avec la N-VA, il s'est dit disposé à travailler avec les nationalistes flamands s'ils souhaitent avancer sur le socio-économique.

Par contre, si la N-VA entend faire du communautaire, "ce ne sera alors pas avec le MR", a-t-il réitéré. Bouchez compte savourer sa victoire quelques heures avant de se mettre au travail, a-t-il expliqué. Une de ses premières tâches consistera à partager les compétences du vice-Premier ministre MR Didier Reynders, en partance pour l'Europe, au sein du gouvernement en affaires courantes. La décision à ce sujet devrait intervenir "dans les prochaines heures", répétait-on à l'envi au MR ce vendredi soir.

Félicitations de Defraigne et Ducarme

Le Montois a directement reçu les félicitations de Christine Defraigne, éliminée au premier tour et qui avait invité à voter pour Denis Ducarme.

Ce scrutin a permis "à l'ensemble des sensibilités libérales et réformatrices de s'exprimer en rappelant leurs spécificités."
Denis Ducarme

Ce dernier l'a lui aussi joué très fair-play puisqu'il a immédiatement reconnu sa défaite et félicité son adversaire. "Je souhaite saluer et remercier l'ensemble des membres et des mandataires locaux qui se sont mobilisés pour faire de ce scrutin un véritable moment inédit de démocratie interne. Ce scrutin a réanimé le débat au sein de notre Mouvement, enclenchant une nouvelle dynamique qu'il convient à présent d'amplifier. Un processus vital pour l'avenir de notre formation politique", a commenté Ducarme, cité dans un communiqué.

Ce scrutin a aussi permis "à l'ensemble des sensibilités libérales et réformatrices de s'exprimer en rappelant leurs spécificités", analyse Ducarme, qui y voit la preuve d'un MR "assurément pluriel". Outre ses félicitations au vainqueur, il se déclare disponible afin d'oeuvrer au rassemblement de la famille libérale et réformatrice, appelant d'ores et déjà le nouveau président à "poser des actes qui rassemblent à court et à moyen terme".

Le MR était à la recherche d'un président depuis le départ de Charles Michel pour diriger le Conseil européen. La passation de pouvoir entre le Belge et son prédécesseur Donald Tusk a d'ailleurs eu lieu ce vendredi matin.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect