Herman Craeninckx à la tête du Cercle de Lorraine

Herman Craeninckx, le nouveau président du Cercle de Lorraine ©Tim Dirven

À la fin du mois de juin, Dirk Gyselinck, numéro 2 de Belfius, a démissionné de la présidence de Cercle de Lorraine. Trop de boulot. Il a été remplacé par l’avocat Herman Craeninckx.

On ne s’ennuie jamais avec le Cercle de Lorraine. À la fin du mois de juin dernier, Dirk Gyselinck, président du conseil d’administration du cercle d’affaires et membre du comité de direction de Belfius, a fait connaître sa décision de quitter ses mandats de président et d’administrateur de la SA Cercle de Lorraine et de la SA Caterclub, deux des sociétés qui font tourner le cercle fondé par Stéphan Jourdain en 1998. Entré au cercle en juin 2015, juste avant la "guerre des chefs" qui allait laisser Baudouin Velge (président) et Olivier Boels (CEO) sur le tapis, Dirk Gyselinck laisse la main à l’avocat Herman Craeninckx. Ce dernier, avocat d’affaires spécialisé en droit du travail (cofondateur de la branche belge du cabinet Stibbe) n’est pas un inconnu au Cercle où il occupait déjà le poste de vice-président.

Du côté de Belfius, on confirme bien l’information. "Effectivement, Dirk Gyselinck a décidé d’arrêter, il a trop de boulot pour la banque", assure Ulrike Pommée, la porte-parole de Belfius. Cette dernière précise que cela ne change rien pour le Cercle de Lorraine, mais Dirk Gyselinck n’arrivait plus à combiner ses activités de président du Cercle avec son travail à la banque où il officie en tant que numéro deux. Il faut dire que Belfius a fort à faire avec une entrée en Bourse prévue de longue date et encore reportée hier par le gouvernement. "On fait les choses sérieusement ou on arrête", a encore ajouté la porte-parole, assurant que Belfius restait membre de l’assemblée générale, sponsor et banquier du Cercle de Lorraine.

En entrant au Cercle de Lorraine en juin 2015, Belfius avait mis 500.000 euros sur la table: 200.000 par le biais du sponsoring étalé sur quatre ans et 300.000 sous forme de crédit.

Loriers aux fourneaux

Contacté lundi, Herman Craeninckx, se réjouit de prendre la tête du cercle d’affaires, par ailleurs toujours dirigé au niveau opérationnel par la directrice générale, Alexandra De Boeck. "Après trois ans de présidence, Dirk Gyselinckx doit consacrer son temps aux activités de Belfius avec cette entrée en Bourse qui se pointe à l’horizon. Il a préféré céder la présidence", explique Herman Craeninckx.

"Je connais le Cercle, je n’ai pas hésité quand l’opportunité s’est présentée."
Herman Craeninckx
Président du cercle

À l’occasion, le nouveau président précise que le responsable du catering a changé au début du mois de septembre. Les cuisines, alors tenues par Restauration Nouvelle, vont être reprises par le traiteur Jean-Michel Loriers. "J’ai testé, je peux vous dire que c’est très prometteur", ajoute le fin gourmet. L’intention du nouveau président est également de mettre en place un "advisory board" composé d’une trentaine de capitaines d’industrie. "Leur expérience nous aidera à savoir ce que le monde des affaires attend d’un cercle d’affaires en 2018", ajoute l’avocat qui annonce également que le cercle va se pencher sur la gestion du temps. Il pourrait y avoir des événements en matinée et en soirée. "Je reste convaincu qu’un cercle d’affaires a sa place dans une société de plus en plus digitalisée", précise Herman Craeninckx qui ajoute que les finances sont saines.

D’après nos informations, avant l’été, la direction du Lorraine, Belfius en tête, a repris son bâton de pèlerin pour aller négocier – et obtenir – un nouveau délai de remboursement avec les obligataires. Un autre accord financier a été trouvé avec le bailleur (la société française Boone qui avait racheté le bâtiment au prince de Mérode) et avec un créancier privé. Stéphan Jourdain, l’un des principaux créanciers du Cercle, continue d’être remboursé par tranches, comme initialement prévu. Et les sponsors ont été approchés pour remettre au pot.

"Je suis dans le Cercle depuis trois ans, je le connais, il était naturel que je continue. Je n’ai pas hésité quand l’opportunité s’est présentée", conclut Herman Craeninckx.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content