Histoire belge autour de la liste des projets d'investissement européens

©Photo News

Dans un courrier à Didier Reynders, Paul Magnette s’étonne de la disparition des projets wallons. Le Fédéral parle de non-sens!

Le gouvernement wallon fulmine. Et certains, dans l’entourage de l’Elysette, se demandent si le gouvernement fédéral n’a pas manqué "d’enthousiasme" par rapport aux dossiers wallons. La cause de cette inquiétude: la liste des projets de grands travaux qui pourraient être financés dans le cadre du plan d’investissement que la Commission européenne entend aider via un soutien de la BEI (Banque européenne d'investissement).

Pour rappel, la Belgique a rentré pour près de 50 milliards d’euros de projets. La Flandre propose pour 30 milliards d’euros de projets tandis que la Wallonie et Bruxelles avancent respectivement pour 12 et 7 milliards de projets.

Disparition du projet wallon

Cliquez sur l'image pour l'agrandir. ©MFN

Mais voilà, aujourd’hui c’est l’étonnement! Il y a quelques semaines, la "Task Force" qui réunit la Commission et la BEI, mettait notamment en exergue dans sa liste de projets exemplatifs un dossier wallon de rénovation de l’habitat social en vue d’améliorer son efficacité énergétique. Aujourd’hui la liste de la Commission ne comporte plus aucune trace du projet wallon. "Sur le site de la Commission dédié aux projets, il y a des exemples de différents Etats membres mais plus un seul exemple wallon", nous explique-t-on dans l’entourage du gouvernement. Paul Magnette s’en inquiète. Il vient d’ailleurs d’interpeller Didier Reynders (MR). Dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères et qu’un vent favorable nous a transmise, le ministre-président de la Région wallonne s’étonne que "la liste comporte uniquement des projets soumis par les autorités fédérales et flamandes".

Dans l’entourage de Paul Magnette, on n’arrive pas à expliquer ce changement. Dans sa lettre adressée à Didier Reynders, le ministre-président wallon se dit étonné "de ne voir figurer au sein de cette liste aucun des projets proposés par la Wallonie, alors même que les initiatives relayées par mon gouvernement en matière de santé étaient citées par exemple pour leur valeur illustrative dans des versions antérieures de documents émanant de la Commission."

Tempête dans un verre d’eau?

Cliquez sur l'image pour l'agrandir. ©MFN

Au SPF Finance, on tente de relativiser la portée de cette liste de projets exemplatifs, en affirmant qu’elle ne remet nullement en cause l’ensemble des projets déposés par la Région wallonne. Au cabinet du vice-Premier ministre Didier Reynders, on est même catégorique: "le dossier est géré depuis le départ par le ministre des Finances: d’abord Koen Geens puis Johan Van Overtveldt. On comprend que Magnette ait besoin de jeter une pierre dans le jardin de quelqu’un pour exister, mais ce n’est ni la bonne pierre et encore moins le bon jardin", explique-t-on, en opposant une fin de non-recevoir à Paul Magnette.

Au cabinet du ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), on décrit même la lettre comme "un non-sens absolu". "Tous les projets ont été rentrés en temps et en heure, le 27 novembre, auprès de la Commission européenne: les francophones, les Wallons, les Bruxellois, les Flamands et les fédéraux", martèle un porte-parole du ministre. Et d’ajouter: "les représentants de Paul Magnette ont assisté à la réunion organisée à cette fin le 19 novembre dernier". A bon entendeur…

L’entourage de Paul Magnette reste pourtant dubitatif. "Il n’y a pas encore de dommage mais ce changement interpelle. Le Fédéral doit soutenir les projets wallons."

Paul Magnette évite, lui, la polémique. Dans son courrier, il rappelle cependant au Fédéral de faire preuve de loyauté. "Le gouvernement wallon espère pouvoir compter sur la collaboration loyale des services de l’Etat fédéral aux stades ultérieurs de la procédure de sélection en vue de la défense des projets qu’il a proposés".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés