"Il faut écouter les jeunes qui s'engagent pour le développement durable" (Mathilde)

©BELGA

Lors de son déplacement à New York, la reine Mathilde s’est concentrée sur sa mission: accélérer la mise en œuvre des objectifs du développement durable. Les moments les plus forts de cette mission, c’est avec les jeunes qu’elle les a vécus.

Vingt rencontres officielles en trois jours, cinq interventions devant des publics de haut niveau, une visite à l’Université de Columbia, un événement sur la santé mentale… La reine Mathilde a connu des journées intenses à New York, lors de l’ouverture de la 74e assemblée générale des Nations unies.

La souveraine était présente à la grand-messe planétaire annuelle en tant qu’ambassadrice des Objectifs de développement durable. Elle est une des 17 personnes choisies par les Nations unies pour promouvoir ces objectifs prioritaires tels que la protection des enfants dans les conflits, la lutte contre les violences sexuelles et la santé universelle.

"C’était important d’être ici à New York pour défendre les Objectifs de développement durable. Le message du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres sur la mise en œuvre de ces objectifs et surtout leur accélération est fondamental", confie la reine Mathilde à L’Echo, peu avant son retour en Belgique.

"Un défi immense"

©BELGA

Lors de leurs discours à la tribune des Nations unies, tous les dirigeants de la planète s’accordent à faire avancer ces objectifs. Mais très peu mobilisent les moyens nécessaires à leur concrétisation. "C’est un défi immense, poursuit la souveraine, on ne peut abandonner personne. Les enfants dans les conflits armés, tous les enfants touchés par les guerres, c’est vraiment important d’avoir de l’attention pour eux. Sinon, on aura une génération perdue."

La reine Mathilde a eu plusieurs rencontres bilatérales lors de son déplacement à New York. Elle s’est entretenue notamment avec le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore, la représentante spéciale pour les Enfants et les Conflits armés, Virginia Gamba. Des rencontres essentielles à sa mission.

"Donner des moyens aux jeunes"

"Les jeunes ont besoin d’être reconnus. Il faut leur donner les moyens de s’engager."
La reine Mathilde

Mais les moments les plus forts, c’est "avec les jeunes" rencontrés dans les écoles de New York qu’elle les a vécus. "Je pense que les jeunes ont besoin d’être reconnus, d’avoir un endroit pour s’exprimer. Ils sont assertifs, conscients des défis, explique-t-elle, la notion de développement durable commence à percoler chez les jeunes."

Lors de sa visite à l’Université de Columbia, elle a été très touchée par les jeunes rencontrés, dont une dizaine de Belges. "Il y a urgence à agir, affirme-t-elle. Il faut vraiment écouter les jeunes qui s’engagent pour le développement durable et leur donner les moyens d’agir et leur donner une éducation de qualité."

Elle se dit admirative devant "l’assertivité de ces jeunes qui sont la voix de leur génération".

"Travailler à la réhabilitation mentale"

La souveraine transmet lors de ses rencontres son expérience et les messages recueillis lors de ses visites de terrain à travers le monde.

"Il y a quelques mois, j’ai vu des enfants de 4, 5 ou 6 ans, arrivés seuls sans famille dans un camp de réfugiés, visiblement traumatisés dans leur comportement et leurs habitudes, raconte-t-elle. Comment leur offrir une éducation de qualité s’ils sont traumatisés? Il faut faire quelque chose pour eux, travailler à leur réhabilitation mentale. La santé mentale ne doit pas être la face oubliée des Objectifs de développement durable."

Dans le choix de mes études, cela a toujours été important de m’engager pour les personnes les plus vulnérables.
La reine Mathilde

"Cette résilience est magnifique"

La formation de psychologue de la reine Mathilde facilite l’accomplissement de sa mission. "Dans le choix de mes études, cela a toujours été important de m’engager pour les personnes les plus vulnérables et je le fais aussi à travers le mariage, avec mon époux qui m’aide beaucoup", précise-t-elle.

Lors de notre entretien, la Reine évoque le cas de Nadia Murad, rescapée des geôles de l’État islamique, qui reçut le prix Nobel de la paix 2018. Une femme héroïque dont elle admire la résilience. "Cette résilience est magnifique pour rebondir malgré des situations traumatisantes", explique-t-elle.

La reine Mathilde aime transmettre ses expériences. "Souvent je reviens avec ces récits à la maison, et j’en parle à mes enfants. La résilience de ces personnes est une leçon de vie pour nous", dit-elle.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect