"Il y a une dame qui a appelé pour dire que j'étais trop noire"

©@Facebook Cécile Djunga

Elle en a marre, et elle a raison. Cécile Djunga, présentatrice météo de la RTBF, reçoit régulièrement des messages racistes. Comment lutter contre ce style de harcèlement?

Cécile Djunga a posté mercredi une vidéo vite devenue virale. La jeune présentatrice météo de la RTBF en a marre. Depuis un an qu'elle fait ce job, elle reçoit très régulièrement des messages racistes. Le dernier en date?

"Hier, au boulot, à la météo, il y a une dame qui a appelé pour dire que j'étais trop noire, qu'on ne voyait rien à l'écran, qu'on ne voyait que mes vêtements et que je ne passais pas bien à la télé parce que j'étais trop noire et qu'il fallait me le dire."

D'abord, ça l'a fait rire. Et puis, la colère est montée. Parce qu'en fait, ça ne s'arrête jamais. "Donc ça commence à me mettre en colère et ça me touche parce que je suis un être humain." La jeune présentatrice hésite entre rire et larmes. Mais elle est très énervée et voudrait réagir pour que les choses changent.

 "J’ai la parole, mais plein de gens ne l’ont pas. Je reçois du soutien de partout. Il y a beaucoup de gens qui me témoignent aussi leurs soucis, les discriminations dont ils sont victimes. J’ai l’impression qu’il y a quelque chose qui bouge et ça me réchauffe le cœur."

Elle envisage le hashtag #BalancetonCon et s'adresse à tous ceux qui sont victimes de discrimination, de harcèlement. Pas seulement basé sur le racisme.

Unia, la RTBF et le CSA apportent leur soutien à l'animatrice:

→ Unia va ouvrir un dossier par autosaisine (de sa propre initiative)
→ La RTBF a réagi par communiqué en dénonçant des propos "inacceptables". Sur Facebook, l'animatrice cite entre autres l'exemple d'une dame ayant contacté la chaîne du service public pour se plaindre que celle qui présente notamment la météo était "trop noire" et que "l'on ne voyait rien" à l'écran. La RTBF confirme que Cécile Djunga a décidé d'entamer des poursuites judiciaires et qu'elle "soutient son animatrice et s'associe à sa démarche".
 → Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) apporte également son soutien à Mme Djunga et déplore le manque de visibilité médiatique dont souffrent les personnes non-blanches. "Le fait d'être à la fois une femme et d'être issue de la diversité renforce l'invisibilité dans l'espace médiatique."  Seul 3,78% des journalistes/animateurs sont en effet issus de la diversité, pointe le CSA dans son communiqué. Ces personnes se retrouvent généralement dévolues aux seconds rôles (5,23%), tandis qu'elles ne sont que 2,45% à exercer un rôle de premier plan.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content