live

Intempéries en Belgique: le bilan s'alourdit, la décrue laisse place à la désolation

Les inondations "sans précédent" qui ont dévasté une partie de la Belgique depuis mercredi ont fait au moins 20 morts, tandis que des dizaines de personnes sont portées disparues. Une journée de deuil national sera observée mardi, a annoncé le gouvernement.
  • Ce qu'il faut retenir

    Le bilan provisoire des violentes intempéries qui ont frappé la Belgique pendant des jours se portait, vendredi après-midi, à 20 décès et 19 disparus, selon la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden. Ce bilan continuait toutefois à s'alourdir en soirée, alors que trois nouveaux corps étaient notamment retrouvés à Chaudfontaine. 

    Le gouvernement fédéral a décrété un jour de deuil national, le mardi 20 juillet, pour les victimes.

    • En Wallonie: De toutes les régions, la Wallonie est la plus sévèrement touchée. La situation est particulièrement dramatique dans la province de Liège. Au moins six personnes ont ainsi perdu la vie et plusieurs autres sont portées disparues dans la seule commune de Verviers. Vendredi midi, tous les cours d'eau "en alerte" étaient en décrue en province de Namur. Depuis le début des intempéries mardi soir, une centaine d'évacuations ont été réalisées dans la province, en plus de l'évacuation d'une cinquantaine de camps de mouvements de jeunesse. Plusieurs milliers de personnes sont concernées. La décrue s'amorçait également en province de Luxembourg, où la prudence restait toutefois de mise.
    • En Flandre:  Les inondations se poursuivaient, vendredi soir, dans les provinces du Limbourg et du Brabant flamand, même si les pluies ont cessé, a annoncé l'Agence flamande de l'environnement (VMM). Comme beaucoup d'eau arrive encore en amont, de la Wallonie, et que les bassins d'attente sont remplis dans la plupart des endroits, les niveaux d'eau restent élevés. Aucune autre précipitation significative n'est toutefois prévue pour la semaine à venir.

    Les élans de solidarité se sont multipliés. Le gouvernement wallon a ainsi détaillé, vendredi, les différentes mesures prises afin de faire face aux conséquences des inondations qui ont touché la Région ces derniers jours. Le gouvernement bruxellois a, pour sa part, également décidé de proposer son aide, avant d'être imité par plusieurs communes de la capitale. Du côté de l'Europe, une délégation belge du groupe PPE du Parlement européen a écrit à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pour lui demander d'activer, au plus vite, tous les moyens financiers disponibles au niveau européen.

    → Notre sélection de 10 articles pour aller plus loin:

  • Accès gratuit au parking de plusieurs gares jusqu'à la fin des perturbations

    La SNCB a décidé de donner un accès libre, et donc gratuit, à plusieurs de ses gares jusqu'à la fin des perturbations consécutives aux intempéries et aux inondations qui ont touché une bonne partie de la Wallonie, indique-t-elle sur son site internet. Ce dernier renseigne également le plan de transport alternatif mis en place pour le week-end.

    Dans le détail, cela concerne les gares de Ans, Arlon, Braine-l'Alleud, Braine-Le-Comte, Charleroi-Sud, Enghien, Gembloux, Genval, Huy, La Hulpe, Louvain, Liège-Guillemins, Luttre, Marchienne-au-Pont, Mons, Namur, Nivelles, Ottignies, Rixensart et Verviers.

  • Une deuxième péniche emportée par la Meuse à Liège

    Une seconde péniche amarrée au Port des Yachts, à Liège, a coulé en début de soirée, indique RTC Télé-Liège. Il s'agit de la péniche "Quintus Quarter". En début d'après-midi, une première, le "Dove", avait été emportée par le courant sans que sa propriétaire ne soit présente à l'intérieur au moment des faits. "Cela va perturber la navigation fluviale et nous avons donc directement contacté le SPW pour que la batellerie soit prévenue", précisait alors Hélène Thiébaut, porte-parole du port autonome de Liège.

  • Trois nouveaux corps retrouvés à Chaudfontaine

    Le bilan continue de s'alourdir dans les communes fortement touchées par les inondations en province de Liège. Vendredi vers 20h, le bourgmestre de Chaudfontaine Daniel Bacquelaine indiquait que trois nouveaux corps avaient été retrouvés à Vaux-sous-Chèvremont et à Chaudfontaine-Source. Ce qui porte le bilan provisoire à cinq décès sur la commune, après la découverte de deux corps jeudi soir.

    La cité calidifontaine fait partie des localités les plus touchées par ces inondations et le déblayage a débuté. "C'est une vision apocalyptique. Les dégâts sont colossaux et nous constatons que les voiries sont éventrées alors que les trottoirs ont disparu", raconte Daniel Bacquelaine. Les carcasses des véhicules jonchent en outre les routes de même que des dizaines d'objets. "Il nous faudra du temps pour tout reconstruire et ce sera un travail de longue haleine, de plusieurs années", a prévenu le bourgmestre de Chaudfontaine.

  • La Loterie nationale libère un million d'euros pour apporter une aide d'urgence

    Le comité d'attribution de la Loterie nationale a décidé de libérer un million d'euros pour apporter une aide d'urgence aux victimes des inondations dans le bassin de la Meuse, a annoncé le secrétaire d'Etat Sammy Mahdi, qui exerce la tutelle sur cette institution. Ces fonds seront transférés à la Croix-Rouge de Belgique, qui dispose d'un bon aperçu des besoins les plus importants en termes d'abris d'urgence, de soins médicaux et autres préoccupations urgentes, a précisé M. Mahdi (CD&V) dans un communiqué. 

    La Croix-Rouge sera chargée de la distribution ultérieure des fonds aux régions et aux familles concernées. "Tout le monde est profondément affecté par cette catastrophe naturelle. Nous devons être en mesure d'aider les personnes qui ont été si durement touchées en ce moment, avec des couvertures, de l'eau, des abris d'urgence... Mes pensées vont aux victimes", a déclaré le secrétaire d'Etat. Cet après-midi, la Croix-Rouge a lancé un appel aux dons.

  • Les niveaux de la Senne et de la Mehaigne devraient atteindre leur maximum dans la soirée

    Les niveaux des cours d'eau en Wallonie s'orientaient à la baisse ce soir, même si les seuils d'alerte de crue restent atteints dans de nombreux endroits, selon le dernier bilan du service public publié à 20h. Seules les eaux de la Senne et de la Mehaigne, en aval, continuent à monter. Les niveaux d'eaux sont globalement en train de se stabiliser ou de diminuer en Wallonie. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines heures, prévoit la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques.

    Les niveaux de la Senne et de ses affluents sont cependant toujours orientés à la hausse. Le niveau maximum est attendu en fin de journée. C'est aussi le cas en aval de la Mehaigne, où le niveau devrait se stabiliser en fin de soirée. Les risques de crue et de débordements concernent toujours principalement les rivières de la Senne, la Dyle, la Gette, l'Eau d'Heure, l'Eau blanche et l'Eau noire, la Basse et la Haute Lesse, la Lhomme, l'Ourthe, l'Amblève, la Vesdre et la Meuse.

  • Alexander De Croo en visite samedi dans les régions touchées par les intempéries

    Le Premier ministre Alexander De Croo se rendra ce samedi en visite dans les régions touchées par les intempéries en Flandre, en Wallonie et en Communauté germanophone. Il ira en matinée à Rochefort (à 10h) et Pepinster (à 12h30), accompagné de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. À Rochefort, ils seront rejoints par le vice-Premier ministre fédéral Pierre-Yves Dermagne. À Pepinster, c'est le ministre-président de la Communauté française, Pierre-Yves Jeholet, qui se joindra à eux.

    Dans l'après-midi, M. De Croo se rendra à Eupen (à 14h), avec le ministre-président de la Communauté germanophone, Oliver Paasch. Il clôturera ses visites par Maaseik, où le ministre-président flamand, Jan Jambon, sera également présent. Le Premier ministre s'entretiendra avec les habitants sinistrés, les services de secours et les pouvoirs locaux afin de leur apporter un peu de réconfort et de leur assurer le soutien des autorités fédérales, a précisé le cabinet du chef du gouvernement.

  • Encore des inondations dans le Limbourg et le Brabant flamand malgré l'arrêt de la pluie

    Les inondations se poursuivaient ce soir dans les provinces du Limbourg et du Brabant flamand, même si les pluies ont cessé. Comme beaucoup d'eau arrive encore en amont, de la Wallonie, et que les bassins d'attente sont remplis dans la plupart des endroits, les niveaux d'eau restent élevés. Aucune autre précipitation significative n'est prévue pour la semaine à venir.

    "Mais, en raison des précipitations prolongées, les cours d'eau inférieurs pourraient maintenir leurs niveaux d'eau élevés pendant une longue période", prévient l'Agence flamande de l'environnement.

  • Les assureurs ont activé leur procédure de crise

    Les compagnies d'assurance ont activé leurs "procédures de crise" pour aider à court terme les personnes touchées par les inondations, rapporte l'union professionnelle des entreprises d'assurances, Assuralia. "Cela signifie que les compagnies d'assurances renforcent leurs services de réclamations pour les assurances incendies avec du personnel supplémentaire", explique l'union professionnelle. "De plus, un grand nombre d'employés reviennent de congé afin que les clients touchés puissent recevoir une assistance le plus rapidement possible et pour répertorier, calculer et compenser les dommages subis."

    Assuralia indique que, compte tenu des circonstances exceptionnelles, elle juge utile et nécessaire de se coordonner avec les autorités régionales. "Outre une intervention rapide, une bonne communication est également essentielle." L'association professionnelle des compagnies d'assurance a également confirmé les conseils donnés plus tôt dans la journée par le ministre-président wallon Elio Di Rupo. Ce dernier a notamment conseillé à tous les habitants concernés de ne toucher à rien lorsqu'ils rentrent chez eux et de prendre immédiatement des photos pour les experts en assurance. Les personnes doivent également conserver leurs biens endommagés jusqu'à l'arrivée d'un représentant de la compagnie d'assurance. Des avances pourront possiblement être accordées par les assurances dès qu'une première évaluation des dégâts aura été réalisée, a précisé Elio Di Rupo.

  • L'eau à nouveau potable à Huy et Marchin, la situation reste problématique en Wallonie

    L'eau des communes de Huy et de Marchin est à nouveau potable, a annoncé ce soir la Compagnie intercommunale liégeoise des Eaux (Cile). La potabilité et l'approvisionnement de l'eau reste toutefois problématique dans de nombreuses localités, rappelle la Société wallonne des eaux. "Une odeur de chlore peut apparaître", avertit la Cile, qui a intensifié le traitement des eaux. "Le chlore est volatil: il s'échappe de l'eau dans les quelques minutes de son prélèvement au robinet", précise-t-on. La distribution d'eau à Sprimont a également pu être rétablie, a indiqué la Société wallonne des eaux, mais beaucoup d'autres communes font encore face à des manques d'eau ou aux problèmes de non-potabilité.

    Selon le dernier bilan de la SWDE, sont toujours impactées les communes de Dison, Stavelot, Pepinster, Verviers, Aywaille, Hannut, Lincent, Hélècine, Braisves, certaines rues de Geer et Verviers-Ensival (province de Liège), Dinant centre, Beauraing, Rivière (Profondeville), Houyet, Rochefort, Gembloux, Jemeppe-sur-Sambre et Floreffe, Arbre (province de Namur) et Pont-à-Celles (Hainaut). Depuis jeudi soir, sont également concernées les communes de Berloz, Sambreville, Yvoir, Ciney, Marche-en-Famenne, Courcelles, et Orp-le-Grand. La situation ne devrait pas être rétablie avant la semaine prochaine.

  • Le gouvernement bruxellois apporte son aide aux régions et populations sinistrées

    Le gouvernement bruxellois a décidé ce vendredi de proposer son aide à plusieurs niveaux en soutien aux victimes et aux régions sinistrées par les intempéries et de mettre en œuvre tout ce qui est en son pouvoir à cet effet, a annoncé le cabinet du ministre-président Rudi Vervoort en fin de journée. C'est dans ce cadre que la Région bruxelloise a proposé au Fédéral, qui coordonne la gestion de la crise, une aide à plusieurs niveaux dont le relogement, l'aide à la mobilité, l'envoi de secours et de matériel.

      Plus concrètement, avec le soutien de la Brussels Hôtel Association, il a mis à disposition, depuis jeudi soir plus de 1.0000 chambres d'hôtel, pour reloger les personnes dans le besoin. Les moyens budgétaires ont été mobilisés pour cette éventuelle prise en charge. La Région bruxelloise met aussi à disposition de l''équipement lourd appartenant à la STIB. Il s'agit ainsi d'une grue lourde mobilisable, mais aussi de camions avec grue et remorque. La STIB a également proposé une dizaine de bus afin de transporter les personnes des régions sinistrées vers Bruxelles.

    Le SIAMU de la capitale a envoyé du personnel ainsi que du matériel dans les provinces de Liège, Luxembourg et en Brabant flamand: 7 pompiers avec des véhicules et du matériel de pompage ont été dépêchés auprès de la zone de secours Brabant flamand Est et 16 pompier(e)s et véhicules (dont 2 auto pompes) l'ont été auprès de la zone de secours Liège. Vivaqua est en contact avec ses homologues wallons et reste à disposition pour un envoi de renforts et la distribution de bidons d'eau potable notamment.

    Bruxelles Prévention et Sécurité met de son côté à disposition des drones pour les recherches ou l'examen de l'étendue des dégâts. La Commission communautaire commune (Cocom) propose pour sa part d'ouvrir le centre de vaccination de l'Hôpital militaire Reine Astrid ce week-end pour que les personnes qui n'ont pas accès à leur vaccin en raison des inondations puissent se faire vacciner. Toute personne qui le souhaite peut prendre rendez-vous en contactant le centre d'appels au 02/214.19.19. Le centre de vaccination sera ouvert samedi de 9h à 17h et administrera uniquement le vaccin Pfizer; et dimanche aux mêmes heures (deuxième dose de vaccin Astra Zeneca uniquement).

    Bruxelles Environnement met à disposition des élagueurs, des gardes et ouvriers forestiers et des éco-cantonniers (qui font notamment l'entretien des cours d'eau et leurs abords); L'Agence bruxelloise de propreté met elle aussi à disposition du matériel en vue du nettoyage (conteneurs pour encombrants notamment).

    Enfin, les 19 communes bruxelloises proposent l'envoi de personnel et de matériel (chauffeurs, équipe de balayeurs, groupes électrogènes, camions, etc.).

  • Plusieurs tronçons autoroutiers toujours fermés à la circulation en raison des inondations

    De nombreux tronçons routiers et autoroutiers étaient toujours fermés à la circulation ce vendredi après-midi en raison des inondations. C'est surtout la province de Liège qui a été touchée.

    La liaison E25-E40/A602 est toujours fermée dans les deux sens. Le niveau de l'eau doit en effet avoir suffisamment diminué pour que l'eau soit pompée des tunnels inondés (Kinkempois et Grosses-Battes) et qu'un état des lieux puisse ensuite être dressé. Plusieurs autres tronçons, accès ou sorties sur l'E25 sont fermés, notamment à Wandre en direction de Liège, à Tilff en venant de Bastogne, à Embourg ou Ensival.

    Plusieurs autres zones sont totalement à éviter: Trooz, Remouchamps, Esneux, Aywaille, Jalhay, Pepinster, Liège (quai de Rome vers Avroy, quai de l'Ourthe vers La Boverie), Houffalize, Chênée ou Angleur. Sont également concernés les centres de Spa et Theux, Chaudfontaine, Verviers, Modave et Tilff.

      Il est recommandé d'éviter la province de Liège à cause la fermeture de la liaison E25-E40/A602 par le tunnel de Cointe.

    Pour les usagers en transit venant de Luxembourg vers Liège, il est demandé de continuer sur l'E411 vers Namur, pour reprendre la direction Liège sur l'E42 via l'échangeur de Daussoulx. Ceux en provenance de l'Allemagne et des Pays-Bas qui veulent rejoindre le Luxembourg doivent continuer sur la E42 en direction de Namur et reprendre la direction de Luxembourg.

    • En province de Luxembourg, le SPW MI et la Sofico citent des axes routiers à Virton, entre Hotton et Rendeux et à Bomal.
    • En province de Namur, Nismes, Villers-sur-Lesse, Houyet, Houx, Gelbressée et Marche-les-Dames sont notamment des zones à éviter.
    • Enfin, dans le Brabant wallon et le Hainaut, le SPW MI et la Sofico évoquent le cas du centre-ville de Wavre, de Court-Saint-Etienne et d'Acoz, près de Gerpinnes.
  • La remise en service du trafic ferroviaire sera progressive et durera jusqu'au 30 août

    Infrabel et la SNCB ont mis en place un plan de remise en service du trafic ferroviaire, ligne par ligne, après les fortes intempéries qui ont touché la Belgique et particulièrement la Wallonie. Le trafic reprendra ainsi progressivement sur les lignes touchées entre le 19 juillet et le 30 août prochains. Les trains rouleront à vitesse limitée à certains endroits. Là où le trafic ferroviaire ne peut pas encore reprendre, des bus de remplacement seront mis en circulation, dans la mesure du possible.

    La seule ligne à grande vitesse qui n'était plus praticable, entre Liège et la frontière allemande, a été remise en service en début d'après-midi.

  • Des pans entiers du réseau de gaz ont été emportés en province de Liège

    L'amorce de la décrue rend visible les dégâts que les intempéries ont laissés sur le réseau de gaz en région liégeoise, constate Resa, le principal opérateur des réseaux de distribution d'électricité et de gaz sur place. Il faudra compter plusieurs semaines pour rétablir complètement la situation. Au total, 3.601 personnes sont privées de gaz pour le moment en province de Liège.

    "Au niveau du réseau gazier, c'est avec effarement que nous constatons que des pans de réseaux ont été arrachées avec le bitume, c'est une véritable catastrophe. On aperçoit çà et là des compteurs qui flottent, et des canalisations ont complétement disparues", a réagi avec consternation Gil Simon, directeur générale de RESA.  Or, si au niveau de l'électricité, où la situation est tout aussi critique, le maillage du réseau permet parfois de trouver des solutions de repli, la situation est complètement différente au niveau du gaz: une conduite sectionnée implique de couper toute la zone en amont, explique l'opérateur.

    Le problème le plus important reste la canalisation emportée par les flots à Chênée qui a entrainé la mise hors gaz de la station d'Angleur. Depuis jeudi soir, les localités de Chaudfontaine, Trooz, Fraipont, Nessonvaux, Tilff et Embourg, et leurs 2.371 riverains sont sans gaz. Mais par mesure de sécurité, les communes de Pepinster et de Limbourg ont aussi été déconnectées du réseau gazier, ce qui représente 1.230 personnes en plus, portant le chiffre total à 3.601 personnes sans gaz pour le moment, poursuit Resa.

    Au niveau du réseau d'électricité, les remises en service continuent et 134 cabines ont pu être relancées. Vendredi à 16h00, 17.150 ménages restaient sans électricité, soit déjà 3.000 de moins que dans la matinée.

  • La Ville de Bruxelles annule les festivités du bal national

    La Ville de Bruxelles a décidé d'annuler les festivités du bal national prévues mardi prochain, le 20 juillet, en raison de l'instauration d'une journée de deuil national et par respect et solidarité avec les victimes des inondations, a annoncé le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close.

    Par ailleurs, la Ville de Bruxelles ouvrira un livre de condoléances dès samedi à 10h30, à l'Hotel de Ville de Bruxelles.

  • Les souverains les pieds dans l'eau pour soutenir les sinistrés à Pepinster

    Le couple royal s'est rendu vendredi après-midi à Pepinster, l'une des communes les plus touchées par les inondations de ces derniers jours. Arrivés vers 15h30, les souverains se sont rendus dans la rue Neuve, l'une des plus affectées, où le roi Philippe et la reine Mathilde ont pu se rendre compte de la puissance de flots qui ont traversé la commune faisant, au passage, s'écrouler une vingtaine de maisons.

    Le Roi et la Reine ont eu l'occasion de  rencontrer des habitants et des commerçants de la rue. Ils n'ont d'ailleurs pas hésité à rentrer dans certaines maisons ou établissements. Le couple royal a répondu à toutes les sollicitations prêtant une oreille attentive à chacun tout en les encourageants pour les longues heures de travail et les démarches futures des assurances. Après plus de deux heures à Pepinster, les souverains ont repris la route.

    ©AFP

  • La Croix-Rouge lance un appel aux dons pour les victimes des inondations

    Face à la catastrophe naturelle nationale que constituent les inondations actuelles, la Croix-Rouge de Belgique et la Rode Kruis Vlanderen ont décidé d'unir leurs forces. Elles ont lancé depuis vendredi un appel aux dons financiers "TousUnis: solidarité avec les victimes des inondations", à faire en ligne sur le site de l'organisation ou à verser sur le compte bancaire BE70 0000 0000 2525. Les dons serviront à apporter une aide concrète aux personnes touchées par la catastrophe.

    L'organisation humanitaire est présente dans de nombreux endroits et peut donc agir rapidement et localement pour fournir une aide d'urgence sur le terrain. Depuis le début des inondations, plusieurs centaines de bénévoles, secouristes et ambulanciers poursuivent leurs interventions de secours de première urgence ainsi que les évacuations des personnes sinistrées. Plusieurs locaux de l'organisation sont eux-mêmes victimes des inondations, principalement en province de Liège et de Namur. Les équipes logistiques de la Croix-Rouge ont déjà fourni 1.500 lits de camps et brancards pour équiper les centres d'accueil d'urgence, plus de mille couvertures et des milliers de bouteilles d'eau. Un don unique de 1€ peut également être fait par SMS au 4330 avec la mention "Solidarity".

  • La Belgique doit activer le Fonds de solidarité de l'UE, selon les eurodéputés belges du PPE

    La délégation belge du groupe PPE du Parlement européen a écrit ce vendredi à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pour lui demander d'activer au plus vite tous les moyens financiers disponibles au niveau européen pour soutenir les régions de Belgique et des autres États membres touchées par les inondations des deux derniers jours. "Dans ce cadre, le Fonds de solidarité de l'Union européenne peut être amené à jouer un rôle essentiel pour exprimer la solidarité financière de l'Europe à l'égard des régions sinistrées, en soutenant financièrement un État membre ou une région en cas de catastrophe naturelle majeure", ont indiqué Benoît Lutgen (cdH), Pascal Arimont (CSP), Cindy Franssen et Tom Vandekendelaere (tous deux CD&V) dans un communiqué.

    C'est au gouvernement fédéral qu'il appartient d'élaborer un dossier de demande de financements et d'activation de ce Fonds auprès de la Commission européenne, raison pour laquelle les élus PPE ont également écrit un courrier au Premier ministre Alexander De Croo et aux ministres concernés.

  • Aide d'urgence, prêts sans intérêt,...Le gouvernement wallon détaille ses mesures

    Le gouvernement wallon a détaillé, ce vendredi, les différentes mesures prises afin de faire face aux conséquences des inondations qui ont touché la Région ces derniers jours. L'exécutif a ainsi décidé d'initier, de sa propre initiative, une procédure de reconnaissance de calamité publique. Dans ce cadre, le Centre régional de Crise a été chargé de demander à l'Institut royal météorologique un rapport analysant les phénomènes d'inondations sur l'ensemble du territoire wallon. Dès réception de ce rapport, le gouvernement prendra un arrêté de reconnaissance des inondations comme calamité publique.

    Par ailleurs, une aide d'urgence de 2,5 millions d'euros à destination des communes a été débloquée afin de leur permettre de prendre en charge les dépenses de première nécessité dans les premiers jours suivant les inondations. Le gouvernement wallon a en outre mis en place un mécanisme de prêt sans intérêt en faveur des indépendants et entreprises touchés par les inondations. Ce mécanisme, accessible via la Sowalfin, permettra aux indépendants et entreprises, déjà durement touchés par la pandémie, de recevoir des liquidités en attendant les interventions des assurances. Quelque 125 millions maximum seront ainsi mobilisés pour couvrir 2.500 prêts d'un montant maximal de 50.000 euros.

    Cinq autres millions sont encore prévus pour permettre aux communes de recruter du personnel pour une durée de 3 mois en vue du nettoyage et de la réparation des routes et des bâtiments endommagés ainsi que de l'assistance aux citoyens pour leurs démarches administratives. Enfin, le Centre régional d'Aide aux Communes accordera un prêt sans intérêt aux communes sinistrées afin qu'elles octroient un prêt de 2.500 euros par foyer impacté et qu'elles prennent en charge les réparations d'extrême urgence des bâtiments communaux. Ces prêts permettront d'anticiper les interventions des compagnies d'assurance et du Fonds des calamités publiques.

  • Une nouvelle victime découverte à Angleur

    "Dès que la situation le permettra, des policiers feront le tour de centaines de maisons pour les inspecter", a indiqué le bourgmestre de Liège Willy Demeyer, lors d'une conférence de presse. "Certaines zones sont encore actuellement inaccessibles, comme le quartier Kinkempois à Angleur", a ainsi précisé le bourgmestre, indiquant que les services de secours étaient sur le pont pour intervenir dès que ce sera possible.

    200 policiers bruxellois vont par ailleurs arriver à Liège pour aider les policiers locaux dans ces travaux de recherche.

  • Les bateaux à quai

    Depuis jeudi après midi le transport fluvial est interdit sur la Meuse, la basse Meuse (après le barrage de Monsin), la Sambre et le Canal Albert entre Liège et la frontière néerlandaise.

    Ce vendredi, l’interdiction de traverser Tournai via l’Escaut s’est ajoutée à la listeLe SPW espérait pouvoir rétablir la situation cet après-midi, mais les débits sont encore trop importants. Une reprise du transport fluvial est espérée demain, sauf sur la Meuse ou l’interdiction est prolongée au moins jusqu’à lundi. 

    Trois écluses ont aussi été fermées pour soulager le barrage de Monsin. Il s’agit des écluses de Lanaye, Monsin et Visé.  Bien que le règlement de navigation stipulant le niveau des débits limite pour la circulation des bateaux, un avis a été transmis à la batellerie alors que des bâtiments étaient encore sur les cours d’eau.  Il leur est ainsi demandé de s’amarrer solidement à un quai en attendant un retour à la normale.

  • La gare de Liège-Guillemins rouverte

    La gare de Liège-Guillemins est rouverte aux voyageurs et les trains circulent à nouveau jusque Welkenraedt, signale la SNCB.

    Les gares de Liège-Carré et Liège-Saint-Lambert restent quant à elles fermées.

  • Les Belgofolies de Spa annulent les deux premiers jours et annoncent une soirée caritative

    Les Belgofolies, l'événement qui remplace les Francofolies de Spa en cette période de pandémie de coronavirus, a annoncé ce vendredi l'annulation des deux premières soirées de concert en raison des récentes intempéries qui ont frappé la Belgique et particulièrement la province de Liège et la région de Spa. La série de soirées de concerts, qui devait se tenir du 19 au 25 juillet, commencera finalement le mercredi 21 juillet pour se terminer le 26. Cette décision a été prise en raison des inondations qui ont touché la région et l'organisation de l'événement.

    Au vu de la situation, les Belgofolies ont décidé de mettre en place une grande soirée de clôture caritative au profit des sinistrés de la région de Spa. Cette soirée, dont le programme est en cours d'élaboration, se tiendra le lundi 26 juillet et devrait accueillir les artistes censés se produire durant les deux jours annulés, notamment Plastic Bertrand et Glauque. D'autres artistes se sont également proposés spontanément. La soirée permettra de collecter du matériel de première nécessité comme des vêtements des couvertures, des meubles, de la nourriture, etc.. En outre, l'intégralité des recettes sera reversée à des associations actives aux côtés des sinistrés. Un numéro de compte sera également communiqué pour permettre d'éventuels dons.

  • Le mardi 20 juillet sera un jour de deuil national

  • "Dans de nombreux endroits, la situation reste extrêmement critique"

    "Nous attendons toujours le bilan définitif, mais il se pourrait que ces inondations soient les plus catastrophiques que le pays ait jamais connues", a indiqué Alexander De Croo, ce vendredi lors d'une conférence de presse.

    La fête nationale aura lieu dans un "format réduit". "Dans de nombreux endroits, la situation reste extrêmement critique", a ajouté le Premier ministre.

    "À certains endroits, la quantité de pluie tombée est un événement qui ne se reproduit qu'une fois tous les 200 ans", a expliqué de son côté la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden. "Les conditions étaient parfois tellement extrêmes qu'il était impossible de venir directement en aide aux personnes en détresse", a-t-elle ajouté.

  • Trois pavillons de l'Hôpital Vincent Van Gogh évacués à Marchienne-au-Pont

    La crue de l'Eau d'Heure a nécessité l'évacuation préventive de trois pavillons de l'Hôpital Vincent Van Gogh de Marchienne-au-Pont durant la nuit de jeudi à vendredi et ce vendredi, signale à la mi-journée l'Intercommunale de santé publique de Pays de Charleroi (ISPPC). Au total, 58 patients ont été transférés au sein des autres hôpitaux du CHU de Charleroi. L'eau s'est approchée du seuil du pavillon 1, qui accueille des patients hospitalisés pour leurs assuétudes, vers minuit. Il a dès lors été évacué. L'eau a ensuite continué à monter et à s'infiltrer via les évacuations des sous-sols, menaçant les installations techniques d'un second pavillon.

    Les 30 patients qui s'y trouvaient, souffrant de troubles psychotiques, de l'humeur ou de la personnalité, ont également été déplacés. Ils ont d'abord été rassemblés au sein d'un réfectoire de l'hôpital avant d'être transférés, vendredi matin, vers un service de l'Hôpital civil Marie Curie de Lodelinsart ouvert en urgence. L'opération s'est passée dans le calme. Malgré les annonces de décrue, le niveau de l'Eau d'Heure n'a pas baissé, bien au contraire. En matinée, la décision d'évacuer le pavillon 3, accueillant des cas psychiatriques plus lourds (dont trois personnes sous contention) a donc été prise, poursuit l'ISPPC. Dans l'après-midi, 28 patients ont ainsi été transférés vers une unité de l'Hôpital André Vésale de Montigny-le-Tilleul, ouvert elle aussi en urgence. Selon les premières estimations, les patients ne pourront regagner l'hôpital Vincent Van Gogh que d'ici une quinzaine de jours.

  • Une péniche emportée par la Meuse à Liège

    Le courant dans la Meuse reste problématique à Liège. Une péniche amarrée au Port des yachts a d'ailleurs coulé en début d'après-midi. La péniche "Dove", longue de 26 mètres, appartient à une nonagénaire anglaise. Cette dernière n'était pas à bord au moment des faits, précise Hélène Thiébaut, porte-parole du port autonome de Liège.

    Sous les yeux des riverains et des passants, la péniche a été emportée par le courant. "Cela va perturber la navigation fluviale et nous avons donc directement contacté le SPW pour que la batellerie soit prévenue", ajoute encore la porte-parole. Deux autres péniches menaçaient aussi de couler: la péniche Quintus Quarter et la péniche Vauban.

  • La plateforme S.O.S. Inondations met les victimes en contact avec la population épargnée

    La plateforme S.O.S Inondations permet aux personnes épargnées par les intempéries de ces derniers jours d'offrir leur aide aux victimes. Ceux qui souhaitent soutenir les victimes peuvent dresser la liste de leurs services et de leurs articles à offrir via le site www.aidehulp14-7.com.  Il est également possible de répondre à des demandes d'aide spécifiques ou de se porter volontaire pour aider sur place.

    Plusieurs personnes, principalement originaires de Flandre et de Bruxelles, offrent gratuitement des vêtements, des jouets et des meubles. Ils se proposent également pour le nettoyage des maisons, le transport des marchandises ou encore le soin des animaux. Ceux qui souhaitent répondre à des demandes d'aide spécifiques peuvent se rendre sur Facebook, où plusieurs groupes répartissent les demandes par régions.

  • La commune d'Anderlecht et son club solidaires des victimes des inondations

    Une campagne de collecte de vêtements, de nourriture et de meubles, mais aussi une vente aux enchères des maillots portés lors du match contre l'AFC Ajax seront organisés pour venir en aide aux victimes des inondations, a annoncé le Sporting d'Anderlecht ce vendredi, associant sa commune à son action. Les joueurs d'Anderlecht et de l'Ajax vont aussi observer une minute de silence avant la rencontre de préparation qui doit les opposer vendredi soir (19h30). "Jusqu'à lundi, des vêtements, de la nourriture et des meubles seront récupérés au stade du RSC Anderlecht. Le club mettra ensuite également aux enchères les maillots portés lors du match contre l'Ajax ce vendredi et il soutiendra les victimes grâce aux bénéfices de cette vente", précise le communiqué.

    "En tant que club, nous envoyons toute notre sympathie aux victimes de ces inondations et nous sommes pleinement conscients des énormes dégâts que la tempête a causés dans notre pays", a déclaré Jos Donvil, le directeur général d'Anderlecht dans le communiqué transmis vendredi.  En plus de la collecte organisée, une équipe d'agents municipaux sera disponible afin d'aider à nettoyer les espaces publics dans les zones touchées. Des équipements communaux, dont un bateau, sont également mis à disposition des communes actuellement dans le besoin, a ajouté le bourgmestre d'Anderlecht Fabrice Cumps. 

  • La décrue s'amorce en province du Luxembourg

    La décrue s'amorce progressivement en province de Luxembourg. La prudence reste toutefois de mise, a indiqué, vendredi matin, le gouverneur qui faisait le point sur la situation consécutive aux intempéries des jours précédents. Les débits d'eau sur l'Ourthe avaient diminué ce vendredi matin par rapport à la veille, sauf à Durbuy où ils restaient semblables à ceux relevés jeudi.

    "La plus grande prudence reste donc de mise. Ne vous approchez pas des cours d'eau", insiste le gouverneur de la province du Luxembourg par voie de communiqué. "La zone de secours a encore dû procéder à quelques opérations de secours durant la nuit pour des personnes s'étant mises en danger inutilement." Des opérations techniques étaient encore en cours vendredi matin. "Concernant la mobilité, les axes principaux sont accessibles. Sur le réseau secondaire, la N833 (Rendeux-Hotton), la N86 (Bomal) et la N811 (Virton) sont toujours fermées. Plusieurs petites routes annexes sont encore inondées et inaccessibles." 

  • Walibi et Aqualibi resteront fermés jusqu'à nouvel ordre

    Walibi et Aqualibi resteront fermés jusqu'à nouvel ordre, a annoncé, ce vendredi, le parc d'attraction wavrien. Les inondations qui ont fortement impacté le site ne permettent pas d'envisager une réouverture rapide. Walibi avait déjà prévenu jeudi que ses portes resteraient fermées ce vendredi à cause des intempéries. Cependant, selon le communiqué, les infrastructures sont lourdement touchées et les dégâts sont trop importants pour permettre une réouverture à court terme.

  • Les autorités belges donneront une conférence de presse ce vendredi à 16h

    Selon les informations du journal Le Soir, les autorités belges (Alexander De Croo, Elio Di Rupo, Jan Jambon et Annelies Verlinden) donneront une conférence de presse ce vendredi, à 16h. 

  • Le bilan grimpe à 23 décès

    Les intempéries ont fait 20 morts dans la province de Liège, ce qui porte le bilan à au moins 23 décès en Wallonie, a confirmé, ce vendredi, le gouverneur de la province de Liège Hervé Jamar dans les journaux télévisés de la mi-journée d'RTL-TVI et de la RTBF. "Seules 6 personnes sur les 20 qui ont perdu la vie dans la province de Liège ont pu être identifiées pour l'instant", a-t-il précisé.

    Vingt personnes sont également encore portées disparues.

    ©Photo News

  • En Flandre, la situation se stabilise mais de nouvelles inondations ne sont pas à exclure

    Aucune nouvelle précipitation n'est attendue dans les bassins du Démer, de la Meuse, de la Dyle et de la Nèthe, mais ceux-ci pourraient conserver leur niveau d'eau élevé à cause des précipitations prolongées des derniers jours. De nouvelles inondations ne sont donc pas à exclure. En Flandre, les provinces du Limbourg, d'Anvers et du Brabant flamand connaissent les situations les plus critiques. 

    • Dans le Brabant flamand, la situation ne se stabilise que légèrement. L'est de la province a été la plus touchée par les intempéries jeudi, notamment à Halle et à Grimbergen. "Heureusement, il n'y a plus eu de précipitations ces dernières heures, mais le niveau d'eau dans la Senne, le canal vers Charleroi et le Groebegracht est toujours très élevé", indique la commune. 
    • Les communes de Rotselaar, Geetbets et Tirlemont s'inquiètent du niveau de l'eau qui doit encore arriver du sud du pays. "La Gète et le Melserbeek ont débordé: toute l'eau du Limbourg, du Brabant wallon et de Liège nous arrive mais, pour le moment, les habitations ne sont pas menacées", a expliqué Jo Roggen, le bourgmestre de Geetbets.
    • L'Agence flamande de l'environnement n'exclut pas des inondations du côté des bassins de la Dyle et de la Senne. À Weert-Saint-Georges, la Dyle a atteint un niveau d'alerte. Une inondation critique pourrait avoir lieu. À Rotselaar aussi, la Dyle sort de son lit. À Lot, le niveau des eaux de la Senne a également atteint un seuil d'alerte et continue de monter. L'eau peut s'infiltrer sur les voies. La gare de Buizingen est déjà inondée. 
    • La situation reste également critique partout dans les bassins du Démer, un affluent de la Dyle. L'Agence flamande de l'environnement alerte également sur la situation le long de la Gète du côté de Tirlemont et Orsmaal. Les cours d'eau ont atteint un niveau historique à Melsterbeek, où des habitations sont menacées. À Hoeleden et Halen, les réservoirs sont également remplis, ce qui pourrait causer de nouvelles inondations à Halen. 
  • La situation se stabilise en province de Namur

    Tous les cours d'eau qui étaient en alerte sont en décrue, ce vendredi midi, en province de Namur, a indiqué le gouverneur provincial, Denis Mathen. La Meuse et la Sambre, notamment, ont entamé une phase de stabilisation et commencent à baisser.

    Le 112 a été appelé 120 fois entre minuit et 6h30. La zone de secours NAGE (Namur, Andenne, Gembloux, Eghezée) a encore effectué 100 interventions durant la nuit, celle de Dinaphi (Dinant-Philippeville) 150 et celle du Val de Sambre 30. Parallèlement, une dizaine de grands axes routiers restent fermés à la circulation (Haute Meuse, Namur, Rochefort-Jemelle, Mariembourg, Eghezée...).

  • Pannes de gaz et d'électricité: pas de retour à la normale avant plusieurs jours (Resa)

    Durant la nuit et ce vendredi matin, 90 cabines électriques ont pu être relancées, a renseigné par voie de communiqué Resa, le principal opérateur des réseaux de distribution d'électricité et de gaz dans la région liégeoise. Il reste cependant 289 cabines hors tension, ce qui correspond à un peu plus de 20.000 ménages sans électricité pour l'instant dans la province de Liège. Les équipes travaillent d'arrache-pied et des solutions provisoires sont mises en place, mais au vu de l'ampleur des dégâts, un retour à la normale n'est pas garanti avant plusieurs jours. 

  • Avez-vous des questions pratiques concernant les dégâts causés par les inondations?

  • De nombreuses routes sont inaccessibles suite aux inondations

  • L'eau reste potable et des lieux d'accueil sont à la disposition des sinistrés à Wavre

    L'eau de distribution reste potable et des lieux d'accueil sont à la disposition des sinistrés à Wavre, ont indiqué les autorités locales ce vendredi.

    Via leur cellule de crise, elles ont mis en place divers dispositifs d'aide aux citoyens sinistrés, dont l'ouverture d'un call center et de lieux de rassemblement ou encore de dépôts de matériel. Accessible au grand public, le numéro du call center (010 237 600) permet de pallier l'indisponibilité temporaire du numéro 101. 

    • Les sinistrés de Wavre sont accueillis à l'ancienne clinique du Champ Sainte-Anne, le long de l'avenue Henri Lepage. Un lieu de dépôt de couvertures, vêtements et matériel divers est également ouvert en face du palais du gouverneur, chaussée de Bruxelles. 
    • Les sinistrés de Limal sont accueillis à l'antenne du CPAS située le long de la rue Edmond Laffineur. C'est aussi là que peuvent être déposés les couvertures, vêtements et autres objets destinés à aider les personnes en difficulté. 
    • L'intercommunale InBw assure que l'eau du réseau de distribution a été analysée et que, même trouble, elle reste potable sur l'ensemble de l'entité wavrienne, précisent les autorités locales.
  • Allemagne: des victimes et disparus après un glissement de terrain consécutif aux crues

    Plusieurs personnes sont décédées et d'autres portées disparues en Allemagne après un important glissement de terrain, qui a emporté, ce vendredi matin, des maisons dans une localité située près de Cologne, ont annoncé les autorités locales. 

    Sur la commune de Erftstadt-Blessem, "les maisons ont été largement emportées par les eaux et certaines se sont effondrées. Plusieurs personnes sont portées disparues", selon un tweet de la communauté de communes de Cologne. Une porte-parole a précisé à l'AFP que plusieurs décès étaient "confirmés".

    Les images de la zone sinistrée diffusées par les autorités montraient un vaste cratère dans lequel se déversaient des masses de terre, d'eau brune et de débris. "Des appels d'urgence arrivent des maisons, mais les secours ne sont souvent pas possibles", expliquaient encore les autorités à propos de cette zone située à moins de 40 kilomètres de Cologne.

    ©EPA

    ©David Young/dpa

  • Que peuvent faire les indépendants qui ont tout perdu?

    Différentes aides sont accessibles aux indépendants et entreprises sinistrés: droit passerelle spécial, report des cotisations, aide psychologique, avance des assurances...

  • Le bilan s'alourdit à Verviers et passe à six morts

    La bourgmestre de Verviers, Muriel Targnion, a indiqué ce vendredi matin, que six dépouilles avaient été retrouvées à Verviers. Avec la décrue, la bourgmestre craint que de nouveaux corps sans vie soient retrouvés, d'autant que plusieurs personnes sont encore portées disparues.

    Alors qu'il n'y a plus aucun quartier sous eaux à Verviers, la décrue révèle des dégâts impressionnants. "C'est apocalyptique", a commenté la bourgmestre, qui précise qu'il faudra plusieurs mois aux différentes communes touchées pour s'en remettre. Une habitation s'est effondrée à Ensival, mais elle était heureusement inoccupée à ce moment.

    Le bâtiment du Printemps, situé dans le centre-ville et qui menace actuellement de s'effondrer, fait l'objet de toutes les attentions et un périmètre de sécurité a été dressé, conclut la bourgmestre.

    Vendredi matin, le bilan des victimes s'établissait à 15 décès: un mort à Eupen, un à Aywaille, un à Philippeville, deux à Chaudfontaine, six à Verviers, un à Pepinster et trois à Trooz.

    ©Photo News

  • Vers une reconnaissance de calamité en Flandre

    En Flandre aussi, on se dirige vers une reconnaissance des inondations comme calamité. Elles y ont touché principalement la province du Limbourg.

    La procédure prend cependant du temps, et le gouvernement flamand attend les avis du Fonds des calamités flamand, de l'Institut royal météorologique (IRM) et de l'administration en charge de l'environnement (Vlaamse Milieumaatschappij), a indiqué le ministre-président Jan Jambon (N-VA) ce vendredi matin à la VRT.

    Sans vouloir s'avancer sur ces avis, ce dernier indique que les paramètres pointent clairement dans le sens d'une reconnaissance de calamité

  • Le gouvernement wallon envisage "des avances aux citoyens" pour réparations

    Le gouvernement wallon a déjà annoncé, jeudi, une série d'aides pour faire face aux conséquences les plus directes des graves inondations, principalement le déblocage immédiat de 2,5 millions d'euros pour les communes (sélectionnées par les gouverneurs). Ce montant doit "permettre aux communes d'engager du personnel, du soutien logistique, pour assurer les déblais, venir aider les citoyens le plus rapidement possible... Le montant est liquidé tout de suite", précise, ce vendredi matin, le ministre Christophe Collignon (PS) au micro de la radio Bel RTL.

    "Le gouvernement va décider que l'on attribue des avances à destination des collectivités, pour permettre de remettre en ordre les biens collectifs, chaussées, infrastructures, etc.", ajoute Christophe Collignon. Par ailleurs, "on se penchera sur la possibilité d'adresser des avances aux citoyens pour leurs biens immeubles".   

    Le ministre appelle, pour le reste, à la patience. Eau potable, électricité,... : "tout cela prendra un certain temps avant d'être remis en ordre". 

  • Près de 250 interventions des pompiers à Bruxelles au cours de la journée de jeudi

    Les pompiers de Bruxelles sont intervenus, au cours de la journée de jeudi, à 193 reprises pour des caves et des garages inondés, et à 29 reprises pour des chaussées et des tunnels submergés, ont-ils indiqué ce vendredi. Ils ont aussi été appelés pour 10 arbres déracinés et pour 12 dégâts liés à des corniches endommagées et des plafonds effondrés.

    Les pompiers bruxellois interviennent aussi depuis jeudi pour apporter leur aide à leurs homologues liégeois. "Les appels 1722 de la province de Liège sont traités par la cellule d'urgence 112 de Bruxelles", a informé Walter Derieuw, porte-parole des pompiers de Bruxelles. "Et 16 de nos pompiers, avec deux autopompes, ont été envoyés en renfort là-bas."

  • Les victimes des inondations ne sont pas au bout de leurs peines. Elles doivent contacter leur assureur le plus vite possible pour lancer le processus d’indemnisation. 

  • Trois corps sans vie retrouvés dans la commune de Trooz, le bilan grimpe à 14 morts

    Le bilan continue de s'alourdir après les importantes précipitations qui se sont abattues sur la Wallonie depuis mercredi. La situation est particulièrement dramatique en province de Liège, où trois corps sans vie ont été retrouvés sur la commune de Trooz, ce vendredi matin, a indiqué le bourgmestre Fabien Beltran. Le dernier bilan national fait état de 14 décès.

    À Trooz, la première victime se trouvait dans un champ à l'entrée de la localité tandis que les deux autres personnes ont été découvertes à l'intérieur de leur domicile par les secours. Jeudi soir, une femme est également décédée rue de l'Église. Toutefois, le décès ne serait pas lié aux inondations, mais à un problème cardiaque. 

    Vendredi matin, le bilan des victimes grimpait donc à 14 décès: un mort à Eupen, un à Aywaille, un à Philippeville, deux à Chaudfontaine, cinq à Verviers, un à Pepinster et trois à Trooz.

  • Aucun train Thalys vendredi entre la Belgique et l'Allemagne

    Outre le trafic ferroviaire à l'arrêt sur une grande partie de la Wallonie, le trafic international de passagers à bord de trains Thalys est suspendu vendredi entre la Belgique et l'Allemagne, annonce la société en matinée.

    La société Thalys invite les clients ayant prévu de voyager vers ou depuis l'Allemagne ce vendredi à reporter leur voyage.

    "À la suite des conditions météorologiques exceptionnelles, la circulation des trains Thalys est actuellement suspendue entre l'Allemagne et Bruxelles dans les deux sens."
    Mattias Baertsoen
    porte-parole

  • Elio Di Rupo: "Il faudra tirer les leçons des situations d'impuissance"

    "Quand tout sera terminé", il faudra "tirer les leçons" des situations d'impuissance observées à certains endroits face aux inondations ravageuses de ces derniers jours, que ce soit au niveau de la Protection civile, de la Défense ou encore des zones de secours, a indiqué vendredi matin sur La Première (RTBF) le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS).

    "Que des maisons s'effondrent, c'est dû à la force de l'eau. Mais que l'on ne soit pas capable d'atteindre des personnes sinistrées, ça, c'est une leçon que nous devons tirer", a-t-il indiqué en radio, lançant d'emblée que la réforme des secours "était une erreur".

    ©BELGA

  • Cinq cours d'eau sous étroite surveillance en Hainaut

    Cinq cours d'eau sont sous étroite surveillance en Hainaut à cause d'un risque de crue, a indiqué jeudi soir le gouverneur de la province, Tommy Leclercq. Il s'agit de l'Eau d'Heure, l'Eau Blanche, la Haute Sambre et ses affluents, la Basse Sambre et ses affluents, la Senne et le Canal de Charleroi-Bruxelles.

    État des eaux en Wallonie (situation au 16/07/2021 à 08h00)

  • Des ponts menacent de s'effondrer dans le Brabant wallon

    Plusieurs ponts menacent de s'effondrer en raison des intempéries, notamment à Wavre.

    Les secouristes ont encore été fortement mobilisés durant la nuit de jeudi à vendredi dans le Brabant wallon. Selon l'estimation d'un dispatcheur de la zone, pas moins de 200 à 300 appels auraient été enregistrés à la centrale de la zone.

  • La circulation des trains très perturbée

    Le réseau ferroviaire belge reste largement impacté par les intempéries ce vendredi matin. Toutes les circulations sont interrompues en dessous de l'axe Charleroi - Ottignies - Namur - Liège et entre ces gares. Comme hier, aucune solution alternative n'est possible.

    • Sur Liège, les gares de Liège-Guillemins, Liège-Carré et Liège-Saint-Lambert sont toujours fermées. La circulation des trains IC est perturbée entre la région liégeoise et la côte. Les trains ne circulent pas non plus entre Verviers et Liège; entre Spa et Aix-La-Chapelle; entre Liège et Maastricht; entre Liège et le Luxembourg.
    • Les liaisons Namur-Liège ou Charleroi-Liège sont aussi interrompues.
    • Sur Namur, aucun train ne relie Namur à Ottiginies, Charleroi et Bertrix-Libramont. Les trains IC entre Bruxelles-Aéroport de Zaventem et Dinant sont aussi à l'arrêt.
    • Sur Libramont: entre Marloie et Libramont, aucun train ne circule. La ligne reliant Bruxelles à Libramont est interrompue, tout comme celle entre Libramont et Arlon.
    • Le Hainaut est aussi touché par des coupures de circulation. Les trains au départ de Charleroi sont à l'arrêt vers Couvin, Ottignies ou Namur.
    • Le Brabant wallon: les liaisons Gembloux-Ottignies; Gembloux-Namur; Gembloux-Jemeppe sont aussi à l'arrêt

     

     

    Infrabel

  • Stabilisation de la Meuse à Liège

    Durant la nuit, le niveau de l'eau s'est stabilisé au niveau des quais en bordure de Meuse, dans le centre de Liège

  • Encore 21.000 personnes privées d'électricité

    Plus de 21.000 personnes sont sans électricité, selon Ores. Quelque 300 cabines de distribution sont inondées et il est impossible d'y accéder.

  • Certains cours d'eau montent encore

    Si la tendance est à la baisse ou à la stabilisation pour de multiples cours d'eau ayant atteint des seuils de crues inouïs en Wallonie, d'autres entrent en phase d'alerte ou sont encore à la hausse.

    • En province de Liège, les niveaux d'eau sont orientés à la hausse pour la Mehaigne et ses affluents, près de Burdinne, Huy et Wanze. Le maximum est attendu en fin matinée.  

    • Sur le fleuve mosan, les débits sont toujours orientés à la hausse en aval de la haute Meuse, en province de Namur, une tendance qui devrait se poursuivre durant la journée.

    • Dans les provinces du Hainaut et du Brabant wallon, les niveaux sont orientés à la hausse pour la Senne et ses affluents. Ceux du canal Bruxelles-Charleroi sont à la baisse et la tendance devrait se poursuivre. 

    Et la météo?

    Au niveau de la météo, on annonce une accalmie, le temps sera généralement sec sur l'ouest et le centre du pays vec des éclaircies qui devraient s'élargir l'après-midi. Au sud du sillon Sambre et Meuse, la couverture nuageuse restera assez importante avec par endroits encore un peu de pluie ou quelques averses, selon les dernières prévisions de l'Institut royal météorologique (IRM). Ce vendredi soir et la nuit prochaine, le temps redeviendra - enfin - sec sur tout le pays.

  • Des dizaines d'axes restent impraticables en Wallonie

    Ce vendredi matin, la mobilité reste gravement perturbée au sud du pays avec des dizaines de tronçons routiers fermés à la circulation en raison des inondations. La province de Liège est particulièrement impactée avec les centres de Spa et Theux inaccessibles. 

  • Pluies torrentielles et montée des eaux à Liège: le point de la situation

    La ville de Liège a fait le point sur la situation des inondations ce soir. À l'heure actuelle, la vigilance reste de mise et le travail continuera toute la nuit "après une journée extrêmement difficile". "Les consignes de prudence communiquées aujourd'hui ont été bien respectées par les Liégeoises et les Liégeois. La situation dans les quartiers du centre-ville est, à l'heure actuelle, stable. Les quartiers de Chênée et Angleur sont les plus touchés par la montée des eaux. À cet égard, les premières pensées des autorités communales vont aux victimes de ces terribles inondations", a exprimé le Collège.

    Les autorités locales indiquent que plus de 1.000 personnes ont pu être secourues par les services de secours et redirigées au centre de crise ouvert à Grivegnée: "Les agents de la Ville de Liège et du CPAS ont pu fournir des vêtements chauds, des couvertures, des boissons et de la nourriture aux citoyens. Un centre d'hébergement a également été ouvert au Sart-Tilman, avec l'aide de l'Université de Liège", précise le communiqué. Des chambres d'hôtel ont été réservées pour les familles n'ayant pas pu être accueillies.

    Un formulaire en ligne a été créé pour les citoyens souhaitant faire un don de vêtements, de nourriture, d'aide matérielle ou apporter une aide physique. L'évolution de la situation est constamment évaluée par tous les intervenants pour permettre l'organisation des interventions nécessaires et les mesures de prévention supplémentaires. Le Collège se réunira d'ailleurs ce vendredi à 14h sous la présidence du bourgmestre Willy Demeyer afin de faire à nouveau le point sur la situation.

  • Fermeture du Bois de la Cambre

  • Evacuations dans la commune de Maasmechelen

    La cellule de crise de la commune de Maasmechelen demande instamment l'évacuation des habitants de Meeswijk, Leut et Vucht-dorp en raison du risque croissant de crue de la Meuse.

    C'est ce qu'ont indiqué les autorités communales ce jeudi soir. Les habitants sont invités à se mettre à l'abri chez des proches. Un ordre d'évacuation obligatoire pourrait suivre.

  • Pays-Bas: Maastricht appelle 10.000 personnes à quitter leurs foyers

    La ville de Maastricht a appelé quelque 10.000 de ses habitants à quitter leurs foyers et de se mettre à l'abri en prévision de la montée des eaux. Plusieurs quartiers vont en effet être évacués, ont indiqué ce soir les autorités de cette ville du Limbourg néerlandais en prévision de la crue de la Meuse. Le fleuve devrait en effet sortir de son lit dans le courant de la nuit et inonder plusieurs zones résidentielles.

    La ville de Roermond a également entrepris d'évacuer plusieurs quartiers, entraînant l'exode de plusieurs centaines d'habitants. Les niveaux des rivières néerlandaises ont rapidement augmenté en raison des importantes quantités d'eau en provenance d'Allemagne et de Belgique. L'armée néerlandaise a mobilisé plusieurs centaines d'hommes afin de venir en aide à la population. Le couple royal, enfin, s'est rendu jeudi soir dans les régions sinistrées.

  • Un nouveau bilan fait état de neuf décès et quatre disparitions

  • Cinq cours d'eau sous étroite surveillance en Hainaut

    Cinq cours d'eau en Hainaut sont sous étroite surveillance à cause d'un risque de crue, a indiqué ce soir le gouverneur de la province de Hainaut, Tommy Leclercq, dans le cadre de la situation causée par les intempéries et gérée en phase fédérale depuis 14h30. Il s'agit de l'Eau d'Heure, l'Eau Blanche, la Haute Sambre et ses affluents, la Basse Sambre et ses affluents, la Senne et le Canal de Charleroi-Bruxelles.

    La zone de secours Hainaut-Est, couvrant la région du grand Charleroi et le sud du Hainaut, était la plus sollicitée des trois zones hainuyères jeudi à 19h. De nombreux pompages étaient effectués, ainsi que des évacuations de riverains, notamment, à Châtelet, Bouffioulx, Fleurus, Gerpinnes ou encore Aiseau.

    La situation semblait maitrisée en début de soirée, bien que quelques débordements ou inondations avaient encore lieu, notamment, dans la commune de Braine-Le-Comte. La situation est suivie de près par l'ensemble des services. Les instances provinciales ont encore précisé que la zone de secours Wallonie Picarde n'était pas impactée par la situation.

  • Réorganisation des hôpitaux de la région liégeoise

    Les intempéries en province de Liège touchent également les hôpitaux de la région. Les établissements de soins ont réorganisé leur travail pour s'en sortir au mieux. Du côté du CHU de Liège, plusieurs lieux ont été fermés: "Le site du Brull, dans le centre de Liège, restera encore clos ce vendredi et toutes les consultations prévues sont reportées. À Chaudfontaine et Esneux, les bâtiments ne peuvent pas non plus ouvrir leurs portes vu la situation géographique. Nous restons dans l'attente concernant le Centre logistique à Chénée qui est sous eaux", selon Louis Maraite, porte-parole du CHU.

    Concernant les autres hôpitaux, l'organisation des tâches a été revue: "Au Sart-Tilman, les opérations et chirurgies électives non essentielles ont été reportées tandis que les consultations ont été maintenues sur les différents sites non concernés par les inondations, comme au CNRF de Fraiture". Une quinzaine de patients provenant d'autres hôpitaux ou centres concernés par les intempéries ont en outre été accueillis sur le site des Bruyères. Huit personnes l'ont été au Sart-Tilman.

    Du côté de Huy, le CHRH est également impacté par les averses au niveau -1 de l'hôpital. "Nous avons perdu une cabine haute tension et donc des patients ont dû être transportés dans d'autres bâtiments du site", détaille le directeur médical Christophe Levaux. Le plan d'urgence hospitalier a été enclenché et les visites de jeudi et vendredi sont suspendues: "Tout ce qui pouvait être reporté l'a été. Notre équipe reste sur le pied de guerre et soudée durant cette période", ajoute-t-il.

  • Jodoigne demande la reconnaissance des intempéries comme calamité naturelle publique

    Les autorités jodoignoises ont introduit une demande de reconnaissance des intempéries survenues ces derniers jours comme calamité naturelle publique auprès de la Région wallonne. C'est ce que la commune de Jodoigne a fait savoir lors d'un point sur la situation, en début de soirée.

    Le bourgmestre Jean-Luc Meurice a précisé que le bassin de rétention de la Gette était totalement plein et que des mesures ont été prises dans la rue du Stampia et d'autres zones critiques. La salle des Rendanges, situé le long du boulevard éponyme, a été ouverte pour accueillir temporairement les sinistrés qui ne disposent pas d'autre solution de relogement.

  • Les intempéries commencent à affecter la distribution d'eau

    L'accumulation des précipitations des dernières heures et les inondations au sud du pays ont des conséquences importantes sur la distribution d'eau, indique ce soir la Société wallonne des eaux (SWDE). Différentes localités font face à des manques d'eau en raison d'interruptions de l'alimentation électrique, à des bris de conduite ou encore à une pollution de captages à la suite d'infiltrations d'eau de surface.

    "Dans les réseaux concernés par des eaux sales ou troubles, l'eau du robinet ne peut pas être utilisée à des fins alimentaires même bouillie", avertit la SWDE. Dans de nombreux cas, des solutions alternatives assurent la continuité de la distribution, mais ce n'est pas possible partout. La SWDE préconise une utilisation limitée aux besoins sanitaires (WC) et à l'hygiène corporelle si l'eau est légèrement trouble.

    Les communes concernées sont : Sprimont, Dison, Stavelot, Pepinster, Verviers, Aywaille, Hannut, Lincent, Hélècine, Braisves, certaines rues de Geer et Verviers-Ensival (province de Liège), Dinant centre, Beauraing, Rivière (Profondeville), Houyet, Rochefort, Gembloux, Jemeppe-sur-Sambre et Floreffe, Arbre (province de Namur) et Pont-à-Celles (Hainaut).  Dans certains endroits, la situation ne sera pas rétablie avant 48h.

  • Le point sur les centrales nucléaires en bord de Meuse

    En France, la centrale nucléaire de Chooz est également sous pression du fait des intempéries. Certains observateurs s'inquiètent même de l'impact que pourrait avoir le débit anormalement élevé des cours d'eau voisins sur l'activité de cette centrale, voisine de la Belgique.

    En l'espèce, si la situation venait à devenir critique (ce qui n'est pour l'instant pas le cas), une partie du débit pourrait être redirigée vers la Meuse et donc accentuer la pression hydraulique sur la centrale de Tihange.  Mais l'heure n'est pour l'instant pas à la panique. D'après nos informations, il n'y a, à l'heure actuelle, pas de risque d'inondation à la centrale de Chooz. Du côté d'Engie, l'opérateur de la centrale de Tihange, on annonce suivre la situation "de très près". L'énergéticien nous indique en outre que "les niveaux d'eau sont en deçà de ceux qui nécessiteraient l'arrêt des unités. Tout est sous contrôle", nous assure-t-on. Notons que la production des réacteurs de Tihange n'a pas été impactée par les intempéries exceptionnelle de ce 15 juillet. "Le débit de la Meuse est surveillé de très près", ajoute encore Engie.

  • Un quinquagénaire décède à Philippeville

    Un quinquagénaire est décédé, en début d'après-midi, au Parc de Roly à Philippeville. L'homme tentait de retirer des branches d'un ruisseau qui obstruaient une canalisation.

    "La victime avait déjà plusieurs fois été président de ce parc résidentiel. Cette canalisation faisait entre 80cm et 1m de diamètre. Il y a-t-il eu plus de débit lorsqu'il a retiré les branches? C'est en tout cas une certitude, il a été emporté dans cette canalisation qui passait sous la route et a été retrouvé de l'autre côté, une quinzaine de mètres plus loin, sans vie", précise le bourgmestre de Philippeville André De Martin.

  • Le Roi et la Reine rencontrent des sinistrés à Chaudfontaine

    Le roi Philippe et la reine Mathilde se sont rendus à Chaudfontaine en fin d'après-midi après les inondations impressionnantes qui ont frappé la région. Ils y ont rencontré des personnes sinistrées et rendu hommage aux services de secours. Les souverains ont échangé avec les victimes pour tenter de les soutenir dans leur détresse.

    Le Roi a pris la parole pour leur adresser ses pensées et témoigner de sa reconnaissance envers les services de secours et d'urgence, qui sont à pied d'oeuvre depuis plusieurs jours. La commune de Chaudfontaine a été particulièrement touchée par les intempéries et les inondations qui frappent plusieurs régions du pays depuis mercredi. Les pluies diluviennes ont fait huit morts et quatre disparus.

  • À Bruxelles, la situation des cours d'eau reste sous contrôle

    La situation des cours d'eau reste jusqu'à présent sous contrôle à Bruxelles, a indiqué en fin de journée, le ministre de l'Environnement et de la Transition climatique, Alain Maron. Selon celui-ci, à 17h30, ni la Woluwe, ni la Senne, ni le canal en amont de Bruxelles n'étaient en alerte de crue. La déviation de la moitié du débit de la Senne vers le canal au niveau de l'écluse d'Anderlecht en temps de crue et le grand volume d'eau que le canal peut accueillir permettent de protéger le centre-ville de Bruxelles des débordements de la rivière.

    "La situation au niveau des cours d'eau bruxellois est donc sous contrôle. Nous restons bien évidemment attentifs à l'évolution de la situation", a commenté le ministre. Les risques principaux pour la population sont les débordements d'égouts dans les caves. Il est donc demandé aux personnes qui seraient touchées par des débordements de contacter les pompiers. En cas d'intervention pour des dégâts non-vitaux, le public peut contacter le numéro de téléphone 1722 ou consulter le site internet www.1722.be, actifs jusqu'à vendredi. Le numéro 112 est pour sa part réservé aux situations où une vie est en danger.

  • La gare de Liège-Guillemins et les autres gares de Liège fermées

  • Cinq corps ont été retrouvés dans l'arrondissement de Verviers

    Au moins cinq personnes ont perdu la vie dans les inondations à Verviers. Avec la décrue qui a débuté, les autorités communales craignent la découverte de nouvelles victimes. Au fil de la descente de l'eau, les dégâts apparaissent et la ville est complètement sinistrée. "La décrue de ces dernières heures a permis de procéder à des évacuations en plus grand nombre et notamment les habitants de la rue Weines", indique Sophie Lambert, la bourgmestre faisant fonction.

    Si la situation semble évoluer favorablement dans l'ex-cité lainière, des points noirs subsistent, comme l'alimentation électrique et en eau potable. "Nous sommes en contacts permanents avec (le réseau électrique, NDLR) Ores mais toutes les cabines électriques de la vallée ont été inondées, ce qui prive d'électricité beaucoup de citoyens. Par ailleurs, l'eau courante n'est plus potable à certains endroits. Nous mettons tout en œuvre pour permettre l'alimentation en eau potable", conclut la bourgmestre faisant fonction.

  • L'IRM annonce un code jaune à partir de jeudi après-midi

    Alors que la soirée de mercredi et la nuit de mercredi à jeudi étaient marquées par un code orange dans pratiquement tout le pays et par un code rouge à Liège, l'Institut royal météorologique (IRM) annonce un code jaune pour le reste de la journée et la nuit.

     Ce code concerne tout le pays, sauf la Côte et les provinces de Flandre occidentale et de Flandre orientale. Le code jaune est d'application depuis 16h00 et le restera jusque dans la nuit. Des précipitations sont encore attendues, entre 5 et 30 millimètres.

  • Une barque des services de secours chavire à Pepinster, trois personnes portées disparues

    Alors qu'ils procédaient à des sauvetages en barque à Pepinster (province de Liège), les services de secours ont chaviré cet après-midi. Cinq pompiers et trois rescapés se trouvaient "à bord de l'embarcation lorsque celle-ci s'est retournée", indique le bourgmestre de Pepinster, Philippe Godin.

    "Deux pompiers ont pu être immédiatement recueillis et les trois autres, même s'ils se trouvent encore dans une situation précaire, sont en sécurité", détaille le bourgmestre, qui craint le pire pour les trois autres occupants qui sont portés disparus. Le maïeur de Pepinster a aussi indiqué qu'un corps sans vie avait été retrouvé sous un pont partiellement effondré.

  • Report de cinq jours du délai de rentrée de la déclaration fiscale via Tax-on-web

    Le ministre des Finances Vincent Van Peteghem a annoncé ce jeudi le report de cinq jours du délai légal pour rentrer sa déclaration fiscale via le site Tax-on-web, en raison des inondations qui touchent une bonne partie du pays et des pannes de courant qui accompagnent les intempéries.

    L'échéance, qui était ce jeudi 15 juillet à minuit, est reportée au 20 juillet à minuit, a indiqué la porte-parole du ministre à Belga.

  • Une conduite de gaz sous le pont de Chênée arrachée, plusieurs communes sans gaz

    Une conduite de gaz moyenne pression située sous le pont de Chênée (Liège) a été arrachée par l'eau et le gaz libéré s'est enflammé, a signalé le réseau de distribution d'énergie Resa. Le poste Fluxys d'Angleur a été mis hors service pour des raisons de sécurité. 

    "Les localités de Chaudfontaine, Trooz, Fraipont, Nessonvaux, Tilff et Embourg ne sont dès lors plus alimentées en gaz. Il est impossible à l'heure actuelle d'estimer le délai de rétablissement", commente l'opérateur.

  • Perturbations d'une ampleur sans précédent sur le réseau d'électricité et de gaz Resa

    Les intempéries ont dérangé le réseau d'électricité et de gaz en province de Liège. Des perturbations d'une ampleur sans précédent frappent de nombreuses communes, signale Resa, le principal opérateur des réseaux de distribution d'électricité et de gaz dans la région. "Lors de la décrue, les installations (électriques, NDLR) devront être séchées et nettoyées avant d'être relancées en toute sécurité, ce qui nécessite des opérations techniques complexes. Nous ne pouvons garantir un retour à la normale avant plusieurs jours, malgré tous les efforts déployés par nos techniciens", souligne Resa.

    Une centaine de cabines électriques sont complètement sous eau, la plupart localisées dans les communes de la vallée de la Vesdre, de l'Ourthe et de l'Amblève, énumère Resa dans un communiqué.  Certaines installations ont pu être réalimentées, pour d'autres, des solutions ponctuelles sont trouvées.  En ce qui concerne le réseau gazier, certains dégâts sont à déplorer au niveau des conduites de Resa, qui mène des opérations de sécurisation afin d'éviter que l'eau ne s'introduise dans les canalisations de gaz. "Une série d'installations ont été mises 'hors gaz' entre Pepinster et Chênée", ajoute l'opérateur.

    "Les réalimentations après coupures nécessiteront un passage auprès de tous les citoyens concernés pour purger les installations lors de la remise sous gaz. Ces opérations prendront également du temps avant un retour progressif à la normale." Resa invite les citoyens situés en zones inondées ou à risque à fermer la vanne d'alimentation en gaz et à couper l'alimentation électrique.

  • Un couvre-feu à Verviers entre 21h jeudi et 6h vendredi

    Un message Be-Alert indique qu'un couvre-feu sera instauré entre ce jeudi 21h et vendredi 6h à Verviers. Cette mesure devrait permettre d'éviter les pillages. Selon la télévision locale Vedia, de tels actes ont déjà été constatés dans des magasins de la commune. Le système Be-Alert est un système d'alerte qui permet aux autorités de diffuser un message à la population en situation d'urgence par des canaux tel que le SMS ou le mail.

  • Liège, Verviers, Rochefort, Eupen, Raeren et Marche en Famenne touchés par des pannes de réseau

    Les inondations ont également des conséquences au niveau des communications. Plusieurs opérateurs constatent une augmentation de l'utilisation de leur réseau. La situation est toutefois sous contrôle et la hausse est contrôlée sans problèmes. Les opérateurs doivent par contre faire avec plusieurs sites inondés. Plusieurs antennes ont les pieds dans l'eau à Liège, Verviers ou encore Rochefort. Sans électricité, un système de batteries est normalement prévu pour prendre le relais et maintenir le réseau. Plusieurs sont toutefois à plat et mettent hors services les antennes.

    "Le problème est que justement en raison des inondations, plusieurs sites ne sont pas accessibles. La remise en fonctionnement n'est donc pas toujours possible", explique Coralie Miserque, la porte-parole de Telenet. Pour l'heure, il est donc difficile de connaitre le nombre exact d'utilisateurs concernés. De son côté, Proximus doit également faire avec l'évacuation de son bureau de Liège sur ordre de la police ce qui ne facilite évidemment pas la gestion de la situation. Plusieurs pistes sont actuellement étudiées pour remettre au plus vite le réseau en service. "Une partie des communications peut être relocalisée vers d'autres sites. On étudie également la possibilité d'installer des réseaux temporaires comme on le fait lors de gros rassemblements, comme en festival", détaille encore la porte-parole de Telenet. "On met tout en œuvre pour améliorer la situation et l'on travaillera de nuit si nécessaire".

    Dans une déclaration conjointe, Telenet/BASE, Orange Belgium, Proximus et VOO indique "mettre tout en œuvre pour garantir la connectivité dans les zones impactées. Nos réseaux mobiles et fixes sont partiellement touchés, en particulier dans les régions liégeoise et verviétoise ainsi que dans les communes de Eupen, Raeren, Rochefort Marche en Famenne. Notre priorité est de stabiliser la situation et de rétablir nos services au plus vite, compte tenu des circonstances difficiles dues à la fois aux coupures de courant et aux inondations." "Les rendez-vous avec nos techniciens et l’ouverture de certains de nos points de vente risquent également d’être impactés", ajoutent-ils également.

  • Quelques camps toujours en cours d'évacuation dans les communes les plus touchées

    Plusieurs camps de mouvements de jeunesse ont été forcés d'évacuer en raison des fortes intempéries. Les fédérations sont actuellement toujours occupées à évacuer les derniers camps situés dans les communes les plus touchées. La fédération des Scouts compte 150 camps évacués ou à évacuer à travers toute la Wallonie. Les provinces les plus concernées sont celles du Luxembourg (80 camps), de Namur (30 camps) et de Liège (32 camps). "Notre priorité est de délocaliser les camps qui n'ont pas encore pu être évacués", déclare la Fédération auprès de l'agence Belga.

    "Le mot d'ordre est de rester en stand-by et de ne surtout pas prendre la route. Notre call-center basé à Louvain-la-Neuve est en contact avec ces camps et nous tenons à rassurer les parents en soulignant qu'il n'y a aucun blessé". Des arrêtés provinciaux ont ordonné de reporter le début de nouveaux camps à dimanche en provinces de Liège et de Namur. Du côté de la province du Luxembourg, il est demandé d'attendre jusqu'à lundi. Plus d'une vingtaine de camps des Guides catholiques de Belgique ont également dû évacuer dans la journée de mercredi.

    "Nous sommes toujours en train de contacter une cinquantaine de camps qui devaient commencer jeudi", a déclaré le porte-parole des Guides catholiques de Belgique, Romain Castelet. "Nous leur demandons de retarder leur départ. Notre cellule de crise s'avère être efficace, nous trouvons des solutions en concertation avec les autorités locales".

  • Aucun problème dû aux intempéries à la centrale nucléaire de Tihange

    Il n'y a actuellement aucun problème dû aux intempéries au sein de la centrale nucléaire de Tihange, près de Huy, dans la province de Liège. C'est ce qu'a annoncé la porte-parole de l'opérateur Engie Electrabel ce jeudi en début d'après-midi. L'exploitant de la centrale suit de près la situation

    La centrale fonctionne normalement. "La situation est sous contrôle et nous continuons à la surveiller", assure notamment la porte-parole Anne-Sophie Hugé. Electrabel continue de surveiller la situation météorologique et le niveau des eaux de la Meuse. Le député Ecolo Samuel Cogolati, originaire de Huy, a également réagi, il y a quelques minutes sur Twitter: "Je suis de près la situation à #Tihange. Le débit de la Meuse est ce midi à 1800 m³/s, alors qu’on était encore à 800 m³/s hier. Mais le seuil max (à partir duquel le plan d'urgence est activé) est à 2500 m³/s".

  • La distribution du courrier perturbée à plusieurs endroits du pays

    En raison du mauvais temps, la distribution du courrier dans divers endroits du pays a été perturbée ce jeudi, signale bpost. L'impact est le plus important dans le sud du pays, ainsi que dans le Limbourg et le Brabant flamand. La distribution et la collecte du courrier et des colis sont localement fortement perturbées, voire impossibles à certains endroits.

    De plus, certains bureaux de poste sont fermés en raison des inondations. Bpost souligne qu'elle met tout en œuvre pour assurer à nouveau les services dès que cela pourra être fait dans des conditions de sécurité. Le service a été adapté pour vendredi/matin. Les lettres ne seront pas distribuées, mais tous les autres services tels que la distribution de journaux, de colis et de faire-part de décès sont assurés. Les bureaux de poste ouvriront autant que possible.

  • Droit passerelle et dispense de cotisations sociales pour les indépendants inondés

    Les indépendants touchés par les inondations bénéficieront du droit passerelle "interruption forcée" et d'une dispense des cotisations sociales pour le troisième trimestre, a annoncé le ministre fédéral des Classes moyennes, David Clarinval. Concernant le doit passerelle, le montant de la prestation est proportionnel à la durée de l'interruption par période de 7 jours consécutifs (application du troisième pilier du droit passerelle classique). Ce montant s'élève pour une première période de 7 jours à 322,92 euros (sans personne à charge) et 403,53 euros (avec personne à charge) jusqu'à 1.291,69 euros et 1.614,10 euros bruts au-delà de 28 jours.

    Quant à la dispense des cotisations sociales pour le 3e trimestre de 2021, une procédure de demande simplifiée est mise en place par les caisses d'assurances sociales pour faciliter l'accès à cette dernière et sera disponible sur leur site web respectif. "À peine sortis d'une crise sanitaire sans précédent, nos indépendants sont maintenant confrontés à de nouvelles difficultés. Certains d'entre eux sont à nouveau contraints de cesser leurs activités! D'énormes dégâts matériels sont à déplorer", a justifié le ministre MR dans un communiqué, jugeant "essentiel de leur apporter un soutien rapide et facilement accessible."

  • Des pompiers de Bruxelles en renfort des équipes de secours de la province Luxembourg

    Le Service d'incendie et d'aide médicale urgente (Siamu) de la Région de Bruxelles-Capitale a envoyé cet après-midi huit pompiers pour renforcer les équipes de la zone de secours Luxembourg, région gravement touchée par les intempéries, a indiqué le porte-parole des pompiers de Bruxelles Walter Derieuw. Il s'agit de cinq plongeurs, un officier, un sous-officier et un pompier issus des réservistes. Les pompiers bruxellois de garde ont en effet plusieurs dizaines d'interventions en attente.

    Le Siamu a également envoyé du matériel de plongée et d'escalade à la zone du Luxembourg. Plusieurs tunnels ont ainsi été fermés à Bruxelles, jeudi, car ils étaient sous eau en raison des fortes pluies, parmi lesquels le tunnel Stéphanie dans les deux sens de circulation, le tunnel Porte de Hal en direction de la Basilique, ainsi que le tunnel Vleurgat et le tunnel devant l'Otan dans les deux sens de circulation. Un bilan des interventions à Bruxelles sera donné en fin de journée par les pompiers.

    La situation est cependant bien plus inquiétante dans la province de Luxembourg, où le gouverneur Olivier Schmitz a déclenché mercredi en début d'après-midi une phase provinciale de gestion de crise, en raison des intempéries qui ont frappé le nord-ouest de la province. Il préside la cellule de sécurité qui rassemble l'ensemble des services d'urgence et d'intervention. Les prévisions météorologiques sont particulièrement inquiétantes pour les bassins de l'Ourthe supérieure et l'Aisne (communes de La Roche-en-Ardenne, Rendeux, Hotton, Durbuy et Erezée).

  • L'eau descend doucement à Eupen mais la Ville-Basse reste inaccessible

    L'eau descend doucement du côté de la Ville-Basse à Eupen, laissant progressivement apparaître les importants dégâts occasionnés par la crue, indique la ville d'Eupen sur sa page Facebook. Malgré une légère amélioration de la situation, cette partie de la ville est toujours inaccessible. La police barre d'ailleurs la route depuis la rue de l'Invasion à Baelen. Près de 2.000 habitants de la Ville-Basse avaient été évacués préventivement durant l'après-midi de mercredi alors que la Vesdre ne cessait de monter.

    Durant la nuit, la rivière a envahi les rues, endommageant sur son passage un pont piétonnier. Les communes d'Eupen et celles de Raeren ont d'ailleurs mis en place une ligne téléphonique spéciale (087/59.58.31 et 087/85.89.41), dédiée aux citoyens concernés qui rencontrent des problèmes ou qui ont dû être évacués. Les torrents d'eau ont répandu une grande quantité de débris et de gravats dans les rues concernées, la Câblerie d'Eupen a été particulièrement touchée. Des bobines de câbles sont d'ailleurs présentes sur la rue de l'Invasion ou sur les berges de la Vesdre.

  • Les inondations occasionnent d'importants dégâts au circuit de Spa-Francorchamps

    Les inondations se sont considérablement aggravées dans le périmètre du Circuit de Spa-Francorchamps. D'importants dégâts sont à déplorer, essentiellement aux infrastructures annexes du Circuit, indique Séverine Cirlande, responsable de la communication dans un communiqué. "La route de Blanchimont, donnant accès aux paddocks s'est partiellement effondrée et les tunnels Ster et Blanchimont sont impraticables", peut-on lire dans le communiqué.  

    Séverine Cirlande précise que si la piste n'a pas été impactée, ses abords ne permettent pas d'assurer la journée de trackday de ce jour dans des conditions de sécurité nécessaires au déroulement d'activités de sport moteurs. Des arbres menacent de tomber, les grillages de sécurité sont à remplacer et infrastructures digitales de la sécurité piste à remettre en fonction. Par ailleurs, les services de la Province ont demandé de libérer les services de secours afin d'apporter leur assistance à la population, ajoute-t-elle. 

  • L'ampleur des dégâts est "très exceptionnelle", selon Assuralia

    L'étendue des dégâts occasionnés par les intempéries qui ravagent la Belgique est "très exceptionnelle", selon Assuralia, l'union professionnelle des compagnies d'assurances. Toute personne qui subit des dégâts causés par les fortes pluies qui s'abattent depuis plusieurs jours sur le Plat pays doit contacter aussi tôt que possible - une fois l'état d'urgence levé - son assureur ou un interlocuteur intermédiaire. Ils fourniront l'assistance nécessaire, répondront aux questions urgentes et donneront des conseils pratiques.

    Dans un deuxième temps, l'assurance gérera le règlement des dommages et planifiera une visite éventuelle d'un expert, détaille Assuralia. L'union professionnelle ajoute encore que depuis 2007, les inondations sont couvertes de manière standard dans toutes les assurances incendie (résidentielle et commerciale) pour les risques simples. Les assurances automobiles omnium couvrent aussi les dommages causés par les forces naturelles, inondations incluses. Il existe également une "check-liste" pour les victimes d'inondations, disponible sur ce site.

  • La solidarité des pouvoirs publics bruxellois avec la Wallonie se prépare

    La solidarité des pouvoirs publics bruxellois avec la Wallonie durement touchée par les inondations en plusieurs endroits se prépare. Le gouvernement bruxellois initialement réuni pour l'examen d'un ordre du jour de 175 points en vue de la période de vacances a chargé chacun des cabinets ministériels d'examiner à leur niveau les différentes formes que pourra prendre la solidarité avec la Région sud du pays, a indiqué le cabinet du ministre-président Rudi Vervoort.

    Les ministres bruxellois ont par ailleurs décidé de ne faire aucune communication jeudi, au sujet des décisions liées à leur ordre du jour chargé. De son côté, le collège de Ville de Bruxelles a décidé de proposer la mobilisation de ses équipes techniques et de terrain (police, voirie, propreté, matériel communal, etc.) pour venir en aide aux communes sinistrées.  Le PS bruxellois a demandé, plus largement, à l'ensemble des forces vives bruxelloises de se mobiliser pour apporter tout soutien à la Wallonie et aux zones du Limbourg qui sont touchées. "Le PS bruxellois apporte son soutien aux victimes de ces inondations et veut manifester avec force tout son encouragement à celles et ceux qui luttent contre cette catastrophe. Il en appelle à une mobilisation et à une solidarité nationales", a affirmé jeudi le président de la fédération bruxelloise du PS Ahmed Laaouej.

  • Le Pont de Claies de Vresse-sur-Semois emporté par les eaux

    Le Pont de Claies de Lafôret (Vresse-sur-Semois) a été emporté par les eaux de la Semois, ce matin, a indiqué Maxime Léonard, directeur du Centre touristique et culturel de Vresse-sur-Semois. Pour assurer la sécurité des usagers, "les autorités et services communaux compétents avaient anticipé le problème dès mercredi 8h, puisqu'un arrêté du bourgmestre - interdisant l'accès à la passerelle suite à une première montée des eaux entre la nuit de mardi à mercredi - avait été apposé sur les barrières bloquant tous les accès à la passerelle".

    "Les débris amassés par la rivière suite à sa montée fulgurante (+1,05 mètre entre le mercredi à 8h et jeudi à 8h) sont venus s'écraser sur les montants du Pont de Claies, qui dû céder." Les deux parties du Pont seront récupérées lorsque la situation ne présentera plus aucun danger pour les ouvriers communaux. Selon l'état des différents éléments, un remontage pourra (ou non) être programmé d'ici la fin de l'été.

  • Walibi contraint de fermer ses portes à cause des intempéries

    Le parc d'attractions Walibi a été contraint de fermer ses portes ces jeudi et vendredi, en raison des chutes de pluie exceptionnelles. Tout le site Walibi Belgium-Aqualibi est concerné par cette fermeture. Les personnes qui avaient planifié une visite pour cette journée de jeudi ou celle de vendredi, sont invitées à reporter leur passage à une date ultérieure.

    En fin d'après-midi, le parc touristique Plopsa Coo a, lui aussi, annoncé rester fermé ces jeudi et vendredi pour les mêmes raisons. Le parc avait été forcé de fermer ses portes dès mercredi après-midi. En raison des inondations en cours, des sentiers et places impraticables et des routes d'accès difficiles, le parc gardera portes closes jusque vendredi inclus. Les visiteurs venus mercredi ou qui sont en possession d'un ticket pour jeudi ou vendredi, ont reçu par mail un nouveau billet d'entrée pour une visite ultérieure.

  • Elio Di Rupo annonce une aide d'urgence, et confirme le caractère calamiteux

    Le gouvernement wallon a décidé jeudi midi de dégager des moyens financiers d’urgence afin de venir en aide aux populations affectées par les crues meurtrières, a annoncé le ministre-président wallon Elio Di Rupo à l’occasion d’un débat en plénière du parlement de Wallonie.

    L’exécutif wallon met ainsi immédiatement des fonds à disposition des trois gouverneurs de provinces de Liège, Namur et Luxembourg qui coordonnent actuellement les opérations de secours.

  • "Les citoyens sont priés de quitter le territoire de la ville de Liège"

    La gouverneure faisant fonction de la province de Liège Catherine Delcourt et les autorités locales ont demandé aux citoyens de quitter le territoire de la ville de Liège jeudi après 14h00.

    Le niveau de l’eau ne cesse de monter sur Liège. Selon les dernières informations et les estimations communiquées par la Région wallonne, il pourrait monter de 1m50 au-dessus du niveau actuel dans les prochaines heures: "La gouverneure et les autorités de la Ville de Liège demandent aux habitants de Liège qui ont encore la possibilité d’évacuer de le faire. Il leur est conseillé de se diriger vers les hauteurs de Liège. Toutes les personnes qui se trouvent sur le territoire doivent quitter Liège", indique le communiqué.

    La crainte se situe principalement au niveau du pont-barrage de l’Île Monsin, actuellement en réparation. "Si l’évacuation n’est plus possible, il est recommandé aux citoyens, vivant notamment au bord de l’Ourthe et de la Meuse, de monter à l’étage et de ne prendre aucun risque. La situation de crise est exceptionnelle et la solidarité doit primer", ajoute la bourgmestre faisant fonction Christine Defraigne. Les quais devraient également être prochainement fermés et l’accès à la ville largement réduit.

  • La phase fédérale de gestion de crise activée

    La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden a annoncé ce jeudi après-midi à la Chambre qu’elle avait enclenché la phase fédérale de la gestion de crise. Un dispositif qui permet de coordonner les secours au niveau national. Le Premier ministre Alexander De Croo a expliqué que le Roi et la ministre de l’Intérieur allaient se rendre sur les lieux des inondations cet après-midi.

    "La ministre de l’Intérieur est en contact permanent avec le centre de crise, avec les gouverneurs, et nous avons également des contacts avec les pays voisins pour voir quels sont les moyens supplémentaires qui pourront être mis à disposition", a expliqué le Premier ministre ce jeudi après-midi, en début de séance plénière de la Chambre.

    "Images dévastatrices", "actualité absolument dramatique", "catastrophe nationale", "vision d’apocalypse", les qualificatifs était forts et certains parlementaires ne parvenaient pas à cacher leur émotion devant l’ampleur des dégâts.

    "Notre priorité, c’est de sauver les gens, a encore déclaré le Premier ministre. Ce que nous voyons aujourd’hui, c’est quelque chose que nous n’avons pas vu dans les dernières décennies. Sans anticiper sur les analyses scientifiques, le Giec nous a dit et répété que nous allions être confrontés de plus en plus à des phénomènes externes. Au sein du gouvernement, nous prenons ces phénomènes climatiques au sérieux."

    (Christine Scharff)

  • Elio Di Rupo: "La situation est grave"

  • Plans catastrophes enclenchés

    L'Institut royal météorologique (IRM) a placé la province de Liège en code rouge, tandis que les provinces de Namur et de Luxembourg demeurent, pour le moment, en vigilance orange.

    Selon l'IRM, les averses devraient perdurer jusqu’à ce soir. Des plans catastrophes ont donc été activés dans ces provinces afin de faire face aux violentes intempéries.

    Une grande partie du territoire wallon est en état d'alerte ou de pré-alerte de crue (situation au 15/07/2021 à 14h21).

  • Intempéries en Allemagne: au moins 42 morts selon un nouveau bilan

    Au moins 42 personnes sont mortes lors des violentes intempéries et inondations qui ont frappé l'ouest de l'Allemagne, selon un nouveau bilan établi par la police et les services de secours. Le district d'Euskirchen (Rhénanie du nord-Westphalie) est particulièrement touché avec, à lui seul, 15 décès, a précisé la police locale ce jeudi, ajoutant que "tous les corps n'avaient pas encore été retrouvés".

  • La France envoie du personnel

    Dans la foulée de cette annonce, la France a annoncé envoyer de l'aide. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et la Sécurité civile française ont indiqué sur Twitter avoir envoyé en province de Liège 40 sapeurs-sauveteurs de l'unité d'instruction et d'intervention de la Sécurité civile, ainsi qu'un hélicoptère avec "deux sauveteurs aquatiques".

  • La Belgique active le mécanisme européen de protection civile

    La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a indiqué, ce jeudi, avoir activé le mécanisme de protection civile de l'Union européenne pour faire face aux dégâts provoqués par les intempéries dans l'est du pays. Ce mécanisme européen permet de faire appel aux autres pays pour des besoins spécifiques de soutien (en matériel, en personnel, etc.), et de mobiliser "l'équipe européenne de soutien de la protection civile". Via ce mécanisme, "la Belgique peut avoir recours à du matériel et à des secouristes supplémentaires", note le cabinet Verlinden.

    "Les heures et les jours à venir risquent également d'être marqués par de fortes intempéries", observe le cabinet, qui souligne que la priorité est de mettre les habitants en sécurité. Pompiers, protection civile et Défense sont actifs. La ministre "suit de près la situation et est en contact étroit avec les services de secours", assure-t-elle.

  • En Flandre, le Brabant flamand et le Limbourg sont les plus touchés par les inondations

    Au nord du pays, les provinces du Brabant flamand et de Limbourg sont les plus touchées par les inondations. Les intempéries ont ainsi causé de nombreuses inondations de rues et de caves dans le Brabant flamand.

    Les bourgmestres des communes de Glabbeek et Geetbets, les plus touchées dans la province, évoquent des situations "catastrophiques" et "sans précédent", tandis que les pompiers de Louvain sont submergés d'appels d'urgence. 

  • Le niveau de la Meuse continue de grimper à Liège

    En raison des fortes précipitations, le niveau de la Meuse continue de s'élever et une remontée d'eau est à prévoir cet après-midi à Liège, ont indiqué la gouverneure faisant fonction Catherine Delcourt et les autorités de la Ville de Liège peu après midi.

    La situation dans le centre de Liège ne devrait cependant pas être aussi critique que du côté de la Vesdre ou de l'Ourthe.

    À Angleur, la rivière de l'Ourthe a débordé près du centre commercial Belle-Île. Il est conseillé aux habitants de quitter leur domicile si c'est encore possible et de se réfugier dans leur cercle familial et amical.

    Les services sociaux de la Ville les accueillent également au Hall omnisports de Grivegnée, rue Nicolas Spiroux. S'il n'est plus possible d'évacuer, il est préconisé de monter aux étages. Le pont des Grosses Battes a notamment été fermé à la circulation. 

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Une grande partie de la Wallonie et plusieurs provinces flamandes se trouvent, ce jeudi, dans une situation catastrophique en raison des violentes intempéries qui s'abattent sur le pays. Au moins six morts sont à déplorer.

    Le réseau ferroviaire a été mis à l'arrêt en Wallonie.

    Toute la province de Liège et une grande partie de celles de Luxembourg, de Namur et du Brabant Wallon sont en alerte de crue.

    ©BELGA

     

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés