Publicité

Jürgen Conings recherché à l'international par Interpol

©BELGA

Alors que Jürgen Conings reste introuvable en Belgique, Interpol a publié un avis de recherche à l'international.

Jürgen Conings, le militaire d'extrême droite en fuite depuis lundi soir, est désormais également recherché à l'international. Son nom et deux photos se trouvent en effet sur le site d'Interpol. L'homme figure sur la liste des 'wanted persons' pour menaces d'attaques contre des personnes et le régime, selon Interpol.

Marche de soutien

Par ailleurs, samedi en fin de journée, après consultation du parquet fédéral et du centre national de crise, le gouverneur du Limbourg, Jos Lantmeeters, annonçait sa décision de rouvrir au public le parc national de Haute Campine. "Les recherches intensives - pour retrouver Jürgen Conings, ndlr  - dans le parc sont terminées. Il n'est donc plus nécessaire de le fermer au public", a expliqué le gouverneur.
Les promeneurs qui constateraient des éléments suspects sont toutefois priés de les signaler immédiatement à la police.

Samedi après-midi, entre 150 et 200 personnes se sont rassemblées à Maasmechelen en soutien à Jürgen Conings, en fuite après qu'il eut menacé de s'en prendre à des symboles de l'Etat, à une mosquée ainsi qu'à différentes personnalités.

Plus tôt dans la journée, le bourgmestre de la localité, Raf Terwingen (CD&V), avait indiqué que la manifestation, annoncée sur les réseaux sociaux, n'aurait pas lieu.
Un groupe Facebook, baptisé "Als 1 achter Jürgen" (Tous unis derrière Jürgen), avait annoncé l'organisation ce samedi vers 14h00 d'une marche pour soutenir le fuyard. Le groupe compte plus de 24.000 membres, mais seules de 150 à 200 personnes, arborant notamment des pancartes "No License to kill" et dénonçant "les politiciens corrompus" ainsi que "les mensonges des médias", ont finalement pris part au rassemblement.

La marche a débuté sur le coup de 14h30. Dans le cortège, la plupart des participants étaient vêtus de noir et portaient un gilet jaune. Ici et là, on pouvait apercevoir un drapeau flamand, sans autre signe manifeste d'appartenance politique. A la fin de la manifestation, une vingtaine de personnes ont tenté de rejoindre, à travers bois, le lieu où est établi le poste de commandement mais elles ont reculé face à une auto-pompe qui n'a pas dû entrer en action.
Le reste de la marche s'est passée dans un calme relatif.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés