Publicité

L'armée renforce sa présence sur le terrain des inondations

Une cuisine de campagne a été installée par l'armée à Chaudfontaine. Une autre est en construction à Pepinster. ©BELGA

L’armée va assurer la distribution de repas dans les communes les plus touchées, a-t-on appris ce week-end. Mais le flou demeure sur la coordination des aides.

La Défense va désormais coordonner l’ensemble de la distribution alimentaire dans les communes les plus touchées par les inondations, a-t-on appris dimanche. Une décision qui fait suite à la demande des autorités communales et régionales, a précisé la Défense dans un communiqué.

Concrètement, une cuisine de campagne a été installée au parc des Sources à Chaudfontaine ce lundi, avec une capacité de 500 repas le midi et autant le soir. Des points de distribution de nourriture ont également été mis en place dans plusieurs communes, à savoir Limbourg, Trooz, Angleur et Chênée. Et une autre cuisine de campagne, d’une capacité de 500 repas également, est en cours de construction à Pepinster.

Une aide encore bien timide

Selon la Défense, 65 militaires ont été mobilisés pour installer ces cuisines et ces points de contact. Une aide structurelle bienvenue sur le terrain, où les bourgmestres des communes les plus touchées par les inondations de la mi-juillet sont au four et au moulin, mais qui semble encore bien timide, face à l'étendue des besoins.

65
militaires
Selon la Défense, 65 militaires ont été mobilisés pour installer ces cuisines et ces points de contact. Une aide qui semble encore bien timide, face à l'étendue des besoins.

L'armée prévoit-elle de répondre à d'autres demandes structurelles? À l'heure de boucler ces lignes, nous n'avions pas reçu de réponse de la Défense à ce sujet. Ce que l’on sait, c’est qu’au début de la crise, il y a eu pas loin de 400 membres du personnel de la Défense déployés dans les régions inondées, dont plus de 330 en province de Liège, alors qu’ils n’étaient plus que 38 vendredi dernier, essentiellement pour la gestion de facilités comme des douches mobiles. Ce manque de mobilisation était incompréhensible, les besoins sur le terrain étant toujours criants.

Nouvelle organisation

La prise en charge par la Défense de la coordination de l'aide alimentaire dans les communes les plus touchées est-elle un premier effet de la mise en place de la cellule d’appui fédérale, annoncée jeudi par la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V)?

Elle a en tout cas pour but annoncé de venir renforcer les structures provinciales, à la manœuvre en cas de crise. Et le commissariat spécial à la reconstruction créé par le gouvernement wallon, qui n'est pas seulement chargé d'élaborer une vision à long terme, mais aussi de gérer l'urgence dans des domaines comme le logement, la gestion des déchets, le sanitaire ou le social, était bien démuni dans les matières qui ne relevaient pas de sa compétence, comme la mobilisation de l'armée, de la police, des pompiers ou de la protection civile.

La cellule d'appui fédérale a commencé ses travaux vendredi, et les réunions se succèdent pour organiser les choses.

Les bourgmestres devaient auparavant formuler leurs demandes de recours à l’armée auprès du gouverneur, qui les relayait au commandant militaire de la province, qui dispatchait les moyens. Et Hervé Jamar, le gouverneur de la province de Liège, laissait entendre lui-même que ce n’était peut-être pas la meilleure configuration. "Si je parle au chef d’état-major, il ne va pas forcément m’écouter, nous confiait-il. La ministre de la Défense aura sans doute plus de poids." Mais difficile d’affirmer avec certitude que cette cellule fédérale, logée au sein du commissariat wallon à la reconstruction, porte déjà ses premiers fruits: la cellule d'appui a commencé ses travaux vendredi, et les réunions sont encore en train de se succéder pour organiser les choses, nous expliquait-on ce lundi au commissariat à la reconstruction.

Au cabinet du ministre-président wallon, on affirme en tout cas que l’aide alimentaire était la priorité numéro d’Elio Di Rupo. "Il est clair qu’il y avait encore des manquements, et que l’armée avait les compétences pour assurer cette coordination de l’aide alimentaire" souligne son porte-parole.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés