L'espace aérien belge fermé jusqu'à mercredi soir

©BELGA

En raison de la grève nationale, les avions ne peuvent plus voler dans le ciel belge depuis 22h ce mardi et cela juqu'à 22h mercredi. L'aéroport sera ouvert, mais insiste pour que les passagers ne s'y rendent pas.

Aucun avion ne peut se présenter au décollage et à l'atterrissage en Belgique depuis 22h ce mardi. La mesure exceptionnelle sera levée à 22h mercredi.

En cause, le mouvement de grève nationale. Skeyes (ex-Belgocontrol), gestionnaire du trafic aérien, a annoncé ce mardi après-midi être contraint de ne pas autoriser le trafic aérien pendant 24h. 

La raison: l'incertitude quand à la présence des contrôleurs aériens à leur poste de travail. "Malgré tous les efforts déployés par la direction de skeyes, l'entreprise n'a pas une connaissance suffisante de l'occupation en personnel pendant la grève nationale six heures avant le début de l'action qui démarre ce soir. Les employés de skeyes ne doivent pas divulguer leur intention de travailler ou pas pendant des actions syndicales", a expliqué le gestionnaire du trafic. 

Pour la direction de Skeyes, la seule façon d'assurer la sécurité du trafic aérien pendant cette période de 24h est d'interdire tout simplement ce trafic.

L'aéroport de Charleroi avait déjà décidé de ne pas ouvrir mercredi en raison de la grève. Les autres aéroports belges, qui allaient fonctionner au ralenti, seront donc paralysés par l'interruption du trafic aérien. L'espace aérien ne sera pas toutefois complètement fermé. Un service minimum est toujours assuré pour les vols médicaux, les atterrissages d'urgence, les vols militaires ou gouvernementaux. 

Brussels Airport déconseille à tout le monde de rallier l'aéroport. "Même si le terminal restera ouvert, nous prions tous les passagers de ne pas se rendre à l'aéroport ce mercredi", précise Brussels Airport. Les passagers concernés par cette grève nationale sont priés de contacter leur compagnie aérienne. Comme l'annonce de la fermeture du ciel n'est intervenue que tard dans l'après-midi ce mercredi, il est à parier que le message n'arrivera pas aux oreilles de tous les passagers concernés par les annulations. 

"Ils doivent contacter leur compagnie aérienne", indique Brussels Airport.

Aéroport au travail

Le personnel de Brussels Airport sera par contre bien au travail ce mercredi, nous explique-t-on chez Brussels Airport. On en profitera "pour effectuer des opération de maintenance et de nettoyage des pistes qui normalement doivent se faire dans l'urgence entre les vols", nous y explique-t-on.

A l'heure d'écrire ces lignes, l'aéroport et les compagnies aériennes concernées devaient encore décider du plan d'action pour les passagers en transit qui seront bloqués 24 heures à Zaventem. Rien que pour eux, l'aéroport se doit de rester ouvert. 

Le coût de la grève s'avère difficile à calculer pour Brussels Airport car une bonne partie de l'activité est reportée sur les autres jours. 

Pour rappel, les trois principaux syndicats du pays (FGTB, CSC, CGSLB) ont appelé à une grève nationale mercredi après l'échec de la concertation sociale dans le secteur privé. Les syndicats estiment que la hausse salariale de 0,8% pour les deux années à venir, hors index, est insuffisante.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect