L'ex-agent secret enfonce le clou contre Reynders, à visage découvert

Nicolas Ullens est un ancien collaborateur de la Sûreté de l’État. ©Kristof Vadino

Nicolas Ullens, l’ex-collaborateur de la Sûreté de l’État qui accuse le vice-Premier ministre Didier Reynders (MR) de corruption, sort de l’ombre.

Nicolas Ullens de Schooten, 54 ans, est cet ancien collaborateur de la Sûreté de l’État qui accuse le ministre des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders (MR), de corruption et de blanchiment. Il s’est déjà rendu, en avril de cette année, dans les bureaux de la police judiciaire pour faire part de ses accusations.

Reynders nommé commissaire européen à la Justice, c’est comme si Al Capone était nommé chef de la police de Chicago.
Nicolas Ullens
ex-agent de la sûreté

Durant cette audition, il a transmis toutes sortes d’informations qu’il a collectées, selon ses dires, lorsqu’il travaillait à la Sûreté de l’État, de 2007 à 2018. Sur la base de ces allégations, le parquet de Bruxelles a ouvert une information judiciaire visant le ministre, comme nous le relations dans notre édition de samedi dernier.

Lors de son audition, Nicolas Ullens a parlé de dessous-de-table qui auraient été payés dans le cadre d’une série de marchés publics et d’achats par l’État. Il évoque notamment le déménagement de la police fédérale au Centre administratif à Bruxelles, le Kazakhgate et un dossier lié aux fonds libyens. "Dans tous ces dossiers, j’ai été confronté au tandem Reynders-Fontinoy", dit-il. Jean-Claude Fontinoy est depuis de nombreuses années le bras droit de Reynders.

Reynders à l'Europe, cela entraverait l’enquête

Maintenant que l’information est sortie, Nicolas Ullens – qui est assisté par son avocat Alexis Deswaef – choisit de témoigner à visage découvert. "Je suis allé à la police en avril parce que je trouvais inacceptable que monsieur Reynders soit candidat au poste de secrétaire général du Conseil de l’Europe."

Au cas où des choses étranges arriveraient: je ne vais pas sur les parkings à Cointe (NDLR: où l’homme politique PS André Cools a été assassiné), je ne suis pas suicidaire et je ne vois aucune raison de mettre fin à ma vie.

Didier Reynders n’a pas décroché cette fonction au Conseil de l’Europe, mais a été proposé depuis lors par notre pays au poste de commissaire européen. Au sein de la Commission européenne, il a obtenu le portefeuille de la Justice. Mais il ne sera nommé officiellement que s’il passe l’épreuve de son audition au Parlement européen. "C’est comme si Al Capone était nommé chef de la police de Chicago."

Nicolas Ullens veut éviter que Reynders devienne commissaire européen parce que sa nomination entraverait l’enquête à mener par le parquet. "L’Europe doit relever de grands défis comme la guerre contre les changements climatiques. Si nous devons le faire avec un commissaire qui est prêt à conclure des deals occultes, par exemple avec des multinationales, nous n’y arriverons pas."

Des liens avec Moscou?

Pourquoi la Sûreté de l’État s’était-elle intéressée à Reynders? "Il fait tout simplement ce que les services secrets russes lui demandent", prétend Nicolas Ullens. "Les Russes ont vite compris qu’il était possible de conclure des accords avec Reynders et Fontinoy. Ainsi, Reynders n’a pas voulu expulser des diplomates russes après l’affaire Skripal. Il a finalement consenti à en expulser un seul sous la pression du gouvernement et de l’Europe."

"Toutes les personnes qui profitent du système Reynders essaieront de m’imposer le silence", conclut Nicolas Ullens. "Au cas où des choses étranges arriveraient: je ne vais pas sur les parkings à Cointe (NDLR: où l’homme politique PS André Cools a été assassiné), je ne suis pas suicidaire et je ne vois aucune raison de mettre fin à ma vie."

"Mon client a nié immédiatement, samedi dernier, toutes les accusations proférées contre lui", a déclaré l’avocat de Reynders, Me Didier Matray. "J’ai déjà contacté le parquet, mais n’ai reçu aucun élément nouveau depuis samedi. J’espère que toute la clarté sera faite le plus vite possible. Il est manifeste que l’homme qui avance ces accusations ne cherche qu’à nuire."


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect