interview

L'interview rétro de Jan Jambon

©BELGA

Alors que la page 2017 s’est tournée et que 2018 a pointé le bout de son nez, L’Echo a demandé à une série de personnalités politiques de jeter un œil dans le rétroviseur 2017 et de se projeter en 2018.

1/ Quel a été votre meilleur moment de l’année, à titre personnel?

J’ai appris que j’allais bientôt devenir deux fois grand-père. Mes deux filles sont enceintes et devraient toutes les deux accoucher début juin. C’est bien entendu la meilleure nouvelle qui soit. Ma fille aînée a déjà un fils d’un an et demi, qui deviendra donc grand frère.

2/ Et le pire?

Un de mes bons amis s’est vu diagnostiquer un cancer. Heureusement, il en a réchappé!

186
Le chiffre clé de 2017
Le nombre de personnes actuellement détenues en Belgique pour des actes de terrorisme ou assimilés, et FTF (Foreign Terrorist Fighters, NDLR).

3/ Quel événement dans l’actualité vous a le plus marqué en 2017?

Les obsèques d’Anne-Laure Decadt, une des victimes d’un nouvel acte de violence absurde lors de l’attentat à New York.

4/ Complétez cette phrase: "En 2017, la Belgique…"

 … s’est qualifiée pour la Coupe du Monde de football (rires).

5/ La proposition (ou le projet) de loi déposée par votre parti en 2017 dont vous êtes le plus fier?

C’est sans aucun doute la nouvelle loi sur la sécurité privée! Ces dernières années, j’ai beaucoup travaillé à la mise en place d’une culture de la sécurité. Nous devons fournir à notre population et à nos entreprises les outils leur permettant de s’organiser en conséquence. Ces dix dernières années, on a souvent modifié la loi sur la sécurité privée, en y ajoutant beaucoup de confusion. Nous l’avons donc complètement remplacée, en lui donnant une structure logique et en supprimant les zones d’ombre. Dans cette nouvelle version de la loi, le secteur privé de la sécurité est enfin devenu ce que j’appellerais un partenaire à part entière de la police. La nouvelle loi offre par ailleurs à la police la possibilité de faire appel au secteur privé pour certaines tâches. Je pense aux "sweepings" (balayages préventifs de certains sites pour le compte des autorités, NDLR) ou au recours à certains moyens techniques spécifiques. La frontière entre les deux se situe dans l’utilisation de la coercition et de la violence. Car il faut mettre fin au moindre malentendu à ce sujet: la police dispose de et conserve le monopole absolu de l’utilisation de la contrainte et la force! C’est la ligne rouge qu’il ne faut absolument pas franchir.

6/ Si vous pouviez changer une chose, comme ça, d’un simple coup de baguette magique, ce serait…

Mettre fin à la pauvreté dans le monde.

7/ Votre bonne résolution pour 2018?

 Je dois d’urgence perdre quelques kilos (rires)!

8/ Selon vous, quelle est la personnalité de l’année 2017?

Tous les proches parents et les victimes d’attentats terroristes et de violence aveugle.

9/ Et qui a le bonnet d’âne pour 2017?

 Les instigateurs des échauffourées de Bruxelles en novembre dernier.

10/ Votre livre coup de cœur en 2017?

 Le livre de Maarten Zeegers "Ik was één van hen". Il a vécu pendant trois ans "undercover" dans un quartier musulman à La Haye. Ce qu’il a vécu et la manière dont il le décrit est tout simplement incroyable.

11/ Votre chanson préférée de l’année, c’est…

La première chanson que mon petit-fils a chantée pour moi.

12 Le film (ou la série), la pièce de théâtre, l’expo ou l’événement culturel qui vous a marqué ou que vous avez le plus apprécié?

L’opéra me permet toujours de me relaxer. J’essaie donc de trouver de temps en temps un trou dans mon agenda. "La Juive" est indubitablement la pièce qui m’a le plus marqué au cours de la dernière année. La pièce raconte l’histoire d’une société déstabilisée qui tombe dans l’extrémisme. Même si cette pièce date du XIXe siècle, c’est interpellant de voir à quel point elle correspond – sans doute d’une autre manière – à la problématique actuelle de radicalisation, de terrorisme et d’extrémisme violent.

13/ La photo de l'année

La police qui a eu recours à la violence lors du référendum en Catalogne.

©REUTERS

14/ La réalisation professionnelle dont vous êtes le plus fier en 2017?

En octobre, le projet de loi portant sur la création d’une nouvelle Direction de la Sécurisation au sein de la police fédérale a reçu le feu vert de la Chambre. Comme annoncé dans l’accord de gouvernement, l’objectif de cette nouvelle direction est de libérer les policiers et les militaires de certaines tâches. En mettant l’accent sur une disponibilité maximale de nos policiers (tant au niveau local que fédéral) et en réinvestissant les moyens libérés dans les tâches fondamentales, pour lesquelles les compétences générales de la police sont requises. Ils sont entre autres investis dans la sécurisation des sites nucléaires, de l’aéroport de Zaventem et des institutions européennes.

15/ La citation, la phrase, le tweet ou le discours qui vous a séduit ou marqué cette année?

L’appel anonyme d’un(e) policier(e) via Facebook demandant d’être traité(e) avec plus de respect. Je l’ai répété tellement souvent: les équipes d’intervention qui s’investissent chaque jour pour notre sécurité méritent TOUT notre respect, TOUJOURS!

16/ Votre principal défi en 2018 à titre personnel, c’est…

Que mes deux nouveaux petits-enfants viennent au monde en bonne santé.

17/ Qui est la révélation de l’année 2017?

La joueuse de tennis Elise Mertens. Cette année, elle a surpris à la fois ses amis et ses adversaires, notamment en gagnant à Pékin 7-6/6-1 contre la numéro 10 mondiale, Dominika Cibulkova. Ce fut un match passionnant. Alors qu’au premier set elle était menée 0-5, elle est revenue à 7-6! Un magnifique résultat qui la propulse à la 36e place du classement mondial, et je suis certain que nous entendrons encore parler d’elle.

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés