La Belgique en orange, ça change quoi?

À l'étranger, on observe la hausse des contaminations en Belgique, sans prendre de mesures restrictives à ce stade. ©REUTERS

La hausse des contaminations a fait passer la Belgique au stade orange sur la carte mondiale du Covid-19. Sans entraîner de mesures restrictives jusqu'à présent, sauf de la part de l'Estonie.

Depuis vendredi dernier, la Flandre est en orange sur la carte la plus regardée en ce moment, celle du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) traçant les contaminations au Covid-19 en Europe. Sur la carte mondiale du même organisme, c'est la Belgique toute entière qui porte cette couleur intermédiaire.

Techniquement, la couleur orange (soyons précis: orange clair) signifie qu'en Flandre la barre des 20 contaminations par 100.000 habitants a été dépassée au cours des quatorze derniers jours. Sous les 20 cas rapportés, c'est le jaune qui vous revient (c'est le cas de la Wallonie et de Bruxelles sur la carte européenne), l'orange foncé caractérisant une zone au-delà de 60 contaminations et le rouge, une zone en comptant plus de 120. Parmi les pays voisins de la Belgique, seul le Luxembourg est en rouge.

Chaque pays décide

Les données de l'ECDC permettent de situer où on en est sur le continent et à travers le monde mais ce baromètre ne déclenche rien en soi. Il revient en effet à chaque pays de décider quelles mesures (test, quarantaine, interdiction) il applique à quel pays.

À ce stade, peu de changements sont à noter suite à ce nouveau statut de la Flandre/Belgique. Seule l'Estonie a décidé ce lundi d'appliquer une quarantaine aux personnes venant de Belgique, comme le faisaient déjà l'Irlande et l'Islande. Cette dernière impose aussi un test, comme le font aussi Chypre et le Danemark (test obligatoire pour le Groenland et les Îles Féroé). Le site des Affaires étrangères recense et actualise l'ensemble des mesures prises par les pays européens.

Et que penser de l'effet de ceci sur l'attractivité et la réputation du pays à l'étranger? Aux Affaires étrangères, on ne se répand pas en commentaires sur le sujet. Les données épidémiologiques sont ce qu'elles sont, fait-on remarquer, tout en soulignant au passage que la hausse des contaminations est un phénomène large touchant plusieurs pays et pas seulement la Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés