Publicité

La Belgique envisage un emprunt à 50 ans

©BELGA

La Belgique veut émettre des obligations à 50 ans avant la fin de cette année pour profiter des taux historiquement bas pendant une très longue période. Jusqu'à présent, 32 ans était le record de maturité pour des obligations d'Etat.

Les taux belges à long terme n'ont jamais été aussi faibles. La Belgique veut profiter de cette opportunité et envisage d'émettre des obligations d'Etat à 50 ans. "Si nous pouvons émettre une obligation à 50 ans aux taux actuels, nous n’hésiterons pas, déclare Jean Deboutte, directeur de la stratégie auprès de l’Agence de la Dette. Je pense qu’il y a une probabilité de 50% que nous lancions une obligation linéaire (OLO) à 50 ans."

"Pour émettre une OLO à 50 ans, nous avons besoin d’un volume de 1,5 à 2 milliards d’euros."
Jean Deboutte
Directeur de la stratégie auprès de l’Agence de la Dette

Malgré la faiblesse des taux, certains investisseurs ont fait part de leur intérêt envers un emprunt d’Etat belge à 50 ans. "Mais pour émettre une OLO à 50 ans, nous avons besoin d’un volume de 1,5 à 2 milliards d’euros.", précise Jean Deboutte. Les assureurs et les fonds de pension, notamment, investissent dans des obligations de très longue maturité, leurs engagements atteignant aussi des dizaines d’années.

La Belgique ne serait pas le premier pays de la zone euro à émettre une obligation souveraine de 50 ans. Elle a été devancée par la France en 2010 et l'Autriche en 2012. La Belgique n’a jusqu’à présent pas emprunté de montants significatifs pour une durée supérieure à 32 ans. Le Trésor avait bien emprunté 25 millions d’euros sur 49 ans en 2013 via l’émission de "Schulschein", une convention de prêt très spécifique.

Quel taux?

Moins de 1,5%
Ce serait le taux d'emprunt pour des obligations d'Etat à 50 ans.

Jean Deboutte estime que la Belgique pourrait emprunter à 50 ans à moins de 1,5%. Les rendements sur le marché secondaire suggèrent un taux de 1,3 à 1,4%. Les conséquences seraient directement ressenties au niveau du budget de l'Etat. Il deviendrait moins sensible à une remontée des taux.

La baisse des taux lors des dernières années a généré des économies substantielles: sur la période 2009 -2014, les charges d’intérêt ont baissé de 11,2 milliards d’euros, selon les calculs de la Banque nationale de Belgique. Ce montant devrait continuer à augmenter cette année et dans les prochaines années, vu la poursuite du recul des taux et l’émission de dette à long terme par l’Etat. La maturité moyenne de la dette a augmenté à 7,7 ans tandis que le taux moyen sur la dette existante atteint 3,1%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés