"La Belgique est mon autre Congo" (Félix Tshisekedi)

©BELGA

Le président Tshisekedi a mené une opération de séduction auprès des entrepreneurs belges les plus influents. Il appelle à investir en RDC, promet la sécurité et, entre autre, l’obtention des visas à l’entrée du pays, une mesure qui simplifierait la vie des entreprises.

"Si je viens ici en premier avant tout autre pays d’Europe, c’est à cause de nos liens", a dit le président de la RDC Félix Tshisekedi, mardi, lors de la visite à la Fédération des entreprises de Belgique (FEB). "La Belgique est une vitrine, une porte d’entrée pour faire un échange bilatéral avec l’Union européenne."

Le Président du Congo, en visite officielle en Belgique, s’est adressé à un parterre de 150 hommes d’affaires belges influents. Parmi eux, Luc Bertrand, le CEO du holding AvH, Thomas Leysen, le président de KBC Group et d’Umicore, Wouter De Geest, le patron de BASF Antwerpen et bien d’autres. "La Belgique est mon autre Congo", a lâché Félix Tshisekedi, ému, avant d’égrener ses priorités.

"Mon souci principal est de sortir l’économie du tout aux minerais."
Félix Tshisekedi
président de la rdc

Dehors, une petite centaine de manifestants issus de la diaspora, de la mouvance mobutiste étaient venues exprimer leur hostilité au nouveau Président. Chants, cris, jets d’œufs et de pierre à l’appui face à un cordon de policiers impassibles. "Libérez notre pays", a scandé l’un d’eux. Leur colère contrastait avec la joie exprimée par le comité d’accueil des partisans de Félix Tshisekedi à l’aéroport, la veille, lors de son arrivée.

Une journée marathon

Pour le Président de la RDC, la FEB fut une étape importante au cours d’une journée marathon qui se clôture au Cercle gaulois.

En matinée, il a rencontré le Premier ministre belge Charles Michel (MR) et le ministre des Affaires étrangères et de la Défense Didier Reynders (MR). Il a signé avec eux trois lettres d’intention – et non quatre comme prévu – en matière de coopération, de diplomatie et de finances. Ces accords marquent la fin de la crise diplomatique entre les deux pays. Toutefois, l’accord portant sur la coopération militaire n’a pas été signé.

Rassurer

À la FEB, le président de la RDC a tout fait pour recréer la confiance. Lucide et clair, il est allé droit au but. "Le Congo d’aujourd’hui est un Congo nouveau, a-t-il dit. Nous attendons un accompagnement de la Belgique, ne craignez rien. Et si vous nous regardez faire, vous raterez des opportunités."

En premier lieu, le président Tshisekedi veut "rétablir la paix et la sécurité", en agissant dans les zones de violence. Il veut parler de l’est du Congo, riche en minerais et en proie à des milices armées, en particulier "la région de Béni où sévissent les ADF (groupe armé ougandais, NDLR) qui ont fait allégeance à Daech". En aura-t-il les moyens?

Félix Tshisekedi fait de la gouvernance une priorité. "Nous allons mettre sur pied une agence de lutte contre la corruption, a-t-il annoncé. Plus de 80% des recettes échappent au trésor." Le Président congolais veut aussi "combler le déficit infrastructures", évoquant son programme de cent jours pour rétablir des infrastructures essentielles. Il entend également se concentrer sur "l’éducation et les soins de santé". "Nous allons mettre l’accent sur la formation professionnelle", dit-il, en réponse à une interpellation du président de la FEB Bernard Gilliot, qui soulignait l’importance de trouver une main-d’œuvre de qualité en RDC. Le défi énergétique est une autre priorité. Il annonce le passage à la phase III du projet de centrale au barrage d’Inga, qui devrait porter la capacité du pays à 11.000 MW.

"Mon souci principal est de sortir l’économie du tout aux minerais", a-t-il dit. Il veut le faire en relançant, entre autre, l’agriculture.

Des visas à l’entrée de la RDC

Le président Tshisekedi veut aussi accélérer les procédures d’obtention de visas, un des obstacles à la normalisation des relations.

En particulier, il a promis "la délivrance de visas aux frontières de la RDC pour les entrepreneurs". Après une séance de questions-réponses, le Président congolais s’est éclipsé discrètement à l’étage pour se réunir avec quelques hommes d’affaires, dont Thomas Leysen et Luc Bertrand.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect