La Belgique mal partie pour atteindre ses objectifs climatiques en 2030

Le site de BASF à Anvers. ©BELGAIMAGE

L’OCDE accorde un mauvais bulletin à la Belgique en matière de développement durable.

La Belgique n'est pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de développement durable en 2030. C’est le constat sévère dressé par l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) dans un rapport publié ce mercredi sur les performances environnementales belges. Un exercice qui n’avait plus été réalisé depuis 2007.

Si notre pays fait bonne figure en matière de gestion des déchets et d'économie circulaire, le manque de cohérence entre les politiques menées par les différents niveaux de pouvoir entrave bien souvent les progrès dans d'autres domaines comme ceux de l'énergie et du climat, des transports ou encore de la fiscalité.

La Belgique figure parmi les mauvais élèves pour la qualité des eaux de surface et souterraines.

Ainsi par exemple, la pollution de l'air, notamment due aux transports et au chauffage, reste à un niveau préoccupant pour la santé, même si elle s'est améliorée au fil des années. La Belgique figure également parmi les mauvais élèves pour la qualité des eaux de surface et souterraines. En cause principalement, l’agriculture intensive s’appuyant sur l’utilisation de pesticides.

Dispersion des compétences

En matière d'énergie et de climat, le rapport souligne "la dispersion des compétences et l'absence d'organe de coordination indépendant".

Le pétrole et le gaz dominent le bouquet énergétique, alors que la production d'énergie à partir de ressources renouvelables ne représentait que 9,4% de la consommation finale brute d'énergie en 2018, bien moins que l’objectif de 13% fixé pour 2020.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés