La Belgique séduit à nouveau les entreprises américaines

©BLOOMBERG NES

Un tiers des entreprises internationales sondées en Belgique estiment que le climat des affaires s’est amélioré depuis trois ans. Il reste cependant des points à améliorer, à commencer par le coût du travail, les lourdeurs administratives et la mobilité.

Parmi les entreprises internationales (et surtout américaines) présentes en Belgique, 6 sur 10 envisagent d’étendre leurs activités au cours des trois prochaines années. Et parmi celles-ci, 8 sur 10 comptent engager du personnel supplémentaire. C’est dire si le climat des affaires s’est grandement amélioré sous l’actuelle législature.

"Il ne faudrait pas s’arrêter en si bon chemin. Nous ciblons un objectif mouvant."
marcel claes
amcham belgium

C’est le constat que dresse la Chambre de commerce américaine (AmCham Belgium) à partir d’une enquête réalisée tous les deux ans avec le bureau de consultance AT Kearney. "Le message est assurément très positif", se félicite Marcel Claes, CEO d’AmCham Belgique.

Un tiers des entreprises interrogées (33%) estiment que, comparé aux pays voisins, le climat d’investissement en Belgique s’est amélioré au cours des trois dernières années, soit près de deux fois plus qu’en 2014. Grâce soit rendu à la réforme de l’impôt des sociétés, qui ramènera progressivement (d’ici 2020) le taux d’imposition de 33 à 25%, ainsi qu’au tax shift, qui a permis de réduire la pression fiscale et parafiscale sur le travail.

Ces coups de pouce apportés par le gouvernement Michel viennent s’ajouter aux atouts historiques de la Belgique: qualité de la main-d’œuvre, position géographique centrale en Europe et présence des institutions européennes.

Les décisions d’investissement sont désormais également motivées par les perspectives de croissance: après avoir traversé une période de réduction des coûts, les entreprises se concentrent aujourd’hui davantage sur les demandes des consommateurs et l’innovation.

©Mediafin

Mais il ne faudrait pas s’arrêter en si bon chemin, prévient Marcel Claes. "Nous ciblons un objectif mouvant. La concurrence s’améliore également et le défi de la Belgique est de rattraper voire de dépasser les pays voisins."

Notre pays peine en effet toujours à attirer de nouveaux investissements ("greenfield") et de nombreuses entreprises interrogées estiment que nos voisins néerlandais (45%) et allemands (29%) sont plus performants dans cet exercice.

Stabilité et prévisibilité

Parmi les points à améliorer, les plus souvent cités sont le coût de la main-d’œuvre (67%), la complexité administrative (48%), la congestion sur les routes (33%), l’instabilité fiscale et régulatoire (27%) et, enfin, le manque de vision politique à long terme (23%). Ces deux derniers points ont toute leur importance quand on sait que ce que les investisseurs apprécient en tout premier lieu, c’est la stabilité et la prévisibilité.

Marcel Claes fait remarquer qu’en dépit du tax shift, engager du personnel reste plus coûteux qu’ailleurs. Par ailleurs, il faudrait viser l’objectif de 20% pour l’imposition des bénéfices des entreprises. "Les Américains ont ramené leur taux d’imposition de 35 à 21%, les Pays-Bas sont à 21% également et le Royaume-Uni envisage de passer à 17%."

Enfin, la perspective d’un Brexit et le risque d’une guerre commerciale avec les Etats-Unis ne sont pas de nature à semer la panique parmi les entreprises étrangères présentes chez nous. Il n’en reste pas moins que la moitié d’entre elles s’attendent à être impactées, modérément, voire fortement. "Par rapport au risque d’une guerre commerciale, les entreprises sont assez confiantes que la situation ne va pas dégénérer, même si d’un secteur à l’autre il peut y avoir de sensibles différences de perception", commente Denis Van de Voorde, directeur d’AT Kearney Belgium.

Pour Marcel Claes, la Belgique aurait même "une carte à jouer" par rapport au Brexit. Des quartiers généraux sont en train de quitter Londres et cherchent à se reloger sur le continent européen.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content