La brasserie Dubuisson, ancienne mais moderne

©BELGA

Pour marquer ses 250 ans d’existence, la brasserie Dubuisson s’offre un musée sur son histoire et son activité. Mais elle continue à investir.

250 ans, cela fait de la brasserie Dubuisson la plus ancienne de Wallonie et l’une des plus anciennes de Belgique. Un quart de millénaire consacré à la bière, sur le même site de Pipaix, dans le Pays des Collines, et aux mains de la même famille, Leroy puis Dubuisson. Pour marquer le coup comme il se doit, Hugues Dubuisson, qui personnifie la huitième génération de brasseurs, a mis les petits plats dans les grands. L’histoire familiale et l’activité valaient bien un musée. Après de long mois de négociations et dix mois de travaux, Dubuisson est arrivé à ses fins: ouvrir un musée, le Beerstorium, dans le château qui fait face à la ferme-brasserie ancestrale. Cette imposante demeure, à l’abandon depuis de nombreuses années, appartenait au seigneur de Ghyssegnies, pour lequel brassait Joseph Leroy en 1769.

©BELGA

Avec un investissement de 5 millions d’euros, Hugues Dubuisson en a fait le cœur d’un pôle touristique autour de l’histoire familiale et de la bière. Très ludique et interactif, le musée a été conçu par Tempora, organisateur reconnu de grandes expositions interactives. Le musée s’étend dans les différents salons et salles du château, alors que les écuries ont été réaménagées en lieu de restauration. Le château et ses abords ont été totalement réaménagés. Et notamment les douves qui entourent la demeure. "Nous espérions y retrouver les cuves en cuivre qui y auraient été cachées des Allemands durant la guerre", explique Hugues Dubuisson. L’ensemble a été inauguré hier par le roi Philippe en personne.

Hugues Dubuisson table sur près de 20.000 visiteurs par an dans ce nouveau lieu touristique. L’affluence devrait encore gonfler le chiffre d’affaires réalisé dans l’horeca par le groupe Dubuisson. En comptant celui de Ghyssegnies, Dubuisson gère directement ou en partenariat cinq établissements et microbrasseries, qui représentent aujourd’hui près de 30% du chiffre d’affaires global de l’entreprise.

La restauration du château et de ses abords a nécessité un investissement de 5 millions d’euros.

La brasserie Dubuisson, qui ne brasse que ses propres marques (la Bush, ses déclinaisons et la Cuvée des Trolls), a considérablement investi ces cinq dernières années.

©BELGA

À raison de 5 millions d’euros chaque année, la brasserie a porté sa capacité de brassage à 90.000 hl. Elle investit chaque année près de 30% de son chiffre d’affaires dans la modernisation de ses installations et dans de nouveaux projets. Ce fut le cas, il y a peu, d’un nouveau laboratoire destiné au contrôle de qualité des produits maison. Et d’ici début 2020, l’espace de l’ancien restaurant dans l’enceinte de la brasserie sera converti en un "Marché des Trolls", une boutique qui proposera les produits de la brasserie mais aussi des produits du terroir en circuit court. "Nous en avons encore, des projets, mais maintenant, on va commencer à digérer un peu tout cela, question de préserver un peu nos équipes aussi", tempère Hugues Dubuisson.

La brasserie emploie 45 personnes, plus une quinzaine pour le restaurant et le musée, pour un chiffre d’affaires de l’ordre de 33 millions, horeca compris. Elle exporte près de 60% de sa production dans 40 pays. C’est la France voisine qui absorbe la plus grande part des ventes, suivie de la Suisse, l’Italie, les Pays-Bas, les Etats-Unis et de plus en plus la Russie, la Chine et l’Asie.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect