La campagne présidentielle démarre au MR

©BELGA

L’agenda de l’élection pour la succession de Charles Michel est fixé. Le résultat du scrutin sera connu le 12 novembre. Une compétition entre Denis Ducarme et Georges-Louis Bouchez semble se profiler.

La campagne pour la présidence du MR est donc officiellement lancée. Lors d’un bureau politique convoqué ce vendredi, l’agenda du scrutin a été arrêté. A partir de lundi, les candidats à la succession de Charles Michel auront quinze jours pour se déclarer. La validation des candidatures ouvrira une période de vote par courrier qui durera trois semaines. "Dès le 21 octobre, les membres du MR seront invités à voter par correspondance, confirme le MR. Le Bureau électoral sera présidé par Richard Miller. Le dépouillement des votes aura lieu le mardi 12 novembre."

Voilà pour la communication officielle. En coulisse, cela bruisse alors que deux personnalités émergent pour cette présidentielle. D’un côté Denis Ducarme, ministre fédéral, n’a pas caché ses ambitions présidentielles dans ses dernières sorties presse. Le fait que la plupart des poids lourds wallons (Willy Borsus et Jean-Luc Crucke) du parti ont opté pour demeurer dans les gouvernements arc-en-ciel nouvellement formés a pu lui laisser penser que la voie était royale vers la présidence du parti. C’était sans compter la candidature possible mais non encore confirmée de Georges-Louis Bouchez.

Une sortie hostile

"La candidature éventuelle de Georges-Louis Bouchez prêt plus à sourire qu'autre chose"
Vincent Scourneau
Bourgmestre MR de Braine-l'Alleud

Certains échos au sein du parti prêtent déjà au Montois un large soutien au top de l’appareil libéral (dont celui de Charles Michel). Le bruit de couloir est insistant. Pour certains, ce soutien présumé semble expliquer la sortie assez sévère de deux personnalités MR à l’égard de Georges-Louis Bouchez. "Sa candidature éventuelle prête plus à sourire qu’autre chose, indique Vincent Scourneau, bourgmestre de Braine-l’Alleud dans la Dernière Heure de vendredi. Georges-Louis Bouchez n’a pas les qualités d’un futur président." Il ajoute que le Montois est trop clivant, ce qui ne le place pas en position de rassembler le parti.

Dans le même article, Caroline Taquin, députée bourgmestre de Courcelles, pointe l’inexpérience de Georges-Louis Bouchez. Le sénateur n’a été parlementaire que par la suppléance et la cooptation. D’aucuns voient dans l’article de la DH une manœuvre de Denis Ducarme. Ambiance.

Au sein du MR, on rappelle toutefois qu’aucune candidature n’a encore été déposée et que la procédure ne fait que démarrer. Patience donc. En attendant, le bureau du MR a demandé à Charles Michel de "rester en fonction jusqu'à la désignation de son successeur". Ce que le Premier ministre en affaires courantes et futur président du Conseil européen a accepté, "tout en précisant que la gestion interne et quotidienne seront dès à présent exercées par le Bureau, en lien avec les chefs de file gouvernementaux", précise un communiqué du MR

Par ailleurs, Sophie Wilmès, ministre du Budget, a été confirmée comme négociatrice en vue de former le prochain gouvernement fédéral.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect