La Défense belge privatise la gestion de ses quartiers militaires

La caserne de Hemptinne à Heverlee, qui abrite notamment les forces spéciales, devient la toute première base militaire de Belgique à confier la gestion complète de ses installations à une entreprise privée. D'autres quartiers vont suivre.

Fini les corvées patates, de garde et de nettoyage des sanitaires pour les militaires. Serco Belgium, la filiale belge du groupe Serco, un des principaux prestataires de services pour les institutions publiques dans le monde, s'est vu attribuer par la Défense belge un important contrat pour fournir à l’armée une gamme de services intégrés sur les bases militaires de Heverlee et de Meerdaal (Brabant flamand).

La caserne de Hemptinne, qui abrite notamment les forces spéciales, devient ainsi la toute première base militaire de Belgique à confier la gestion complète de ses installations à une entreprise privée. La sécurité de la caserne avait déjà été confiée à Securitas en mars de l'année dernière. Dorénavant, tous les services de gestion des installations seront sous-traités à Serco Belgium.

Se concentrer sur le principal

Pourquoi une telle évolution? Tout simplement parce que la Défense va perdre 9.000 soldats qui partiront à la pension entre 2020 et 2025. "On pourra ainsi libérer progressivement 5.000 soldats de tâches d'entretien d'ici 2030", a expliqué le colonel Geert Bouchez, responsable de l'externalisation au sein de la Direction Générale des Ressources Matérielles (DGMR). 
"Cela doit donner à tous les militaires la possibilité de se concentrer sur leurs tâches principales".
Colonel Geert Bouchez
Responsable de l'externalisation au sein de la DGMR

"Pour faire face à cette hausse des départs, nous allons recruter 2.000 jeunes chaque année. Mais nous allons aussi externaliser les tâches non militaires. Cela doit donner à tous les militaires la possibilité de se concentrer sur leurs tâches principales. Cela augmentera le service et le confort dans la caserne", selon le colonel Bouchez, qui ne cache pas que sans ce genre d'initiative, il devient plus compliqué d'attirer et de retenir des jeunes dans les rangs de l'armée. "Les jeunes qui rentrent à la Défense veulent faire de véritables missions militaires et non pas monter la garde ou faire de l'entretien", selon lui.  Autre avantage, la qualité globale des services est améliorée, avec notamment un centre d'appels et des applications innovantes.

Création de 30 emplois 

Le contrat avec Serco est conclu jusqu'en 2028. Il comprend la maintenance des bâtiments et des infrastructures, l'hébergement, la lutte contre les nuisibles, les services hivernaux, l'aménagement paysager, le nettoyage et la restauration.  Il coûte 3,3 millions d'euros par an et remplace la charge de travail de 61 soldats. Serco procèdera ponctuellement lui-même à la sous-traitance de certaines tâches. 
De nombreux services dans les bases de Heverlee et de Meerdaal étaient déjà confiés au privé au moyen de 32 contrats.

Ceux-ci ont maintenant été fusionnés en un seul contrat et complétés par les activités de catering et des travaux ponctuels qui étaient effectués jusqu'à récemment par les militaires. Ce nouveau contrat devrait permettre la création de plus de 30 emplois, selon la Défense, qui évoque aussi au passage une économie budgétaire de 10%. Quant au contrat de sécurité conclu avec Securitas à Heverlee, il s'étend de 2017 à 2022, coûte 1,1 million d'euros à la Défense et libère 32 soldats pour d'autres tâches.
D'autres quartiers militaires vont suivre, dont le camp d'entrainement d'Elsenborn, a encore précisé le colonel Bouchez.
Groupe d'origine britannique côté à Londres, Serco est l’un des principaux prestataires de services publics dans le monde. Il emploie 50.000 personnes, est présent dans 20 pays et a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 3,25 milliards d’euros, dont 30% dans la défense. Au Royaume-Uni, Serco propose des services encore plus étendu à la défense britannique puisqu'il s'occupe aussi du remorquage des navires de la Royal Navy et de l'entretien de véhicules notamment. 
En Belgique, Serco bénéficie déjà de contrats avec les institutions européennes et ailleurs en Europe, avec le CERN et l'Agence spatiale européenne (ESA). 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect