La diversité s’est accélérée depuis dix ans en Belgique

La rue Neuve, à Bruxelles, est révélatrice de la nouvelle réalité sociologique en Belgique. ©Photo News

En dix ans, la proportion de Belges "de souche" a fondu de trois quarts à deux tiers.

Entre 2010 et 2020, la diversité de la population belge s’est considérablement accrue. Statbel, l’office belge de statistique (qui dépend du SPF Économie), propose une série de tableaux détaillés qui permettent de cartographier la population belge en fonction de ses origines. La matière est sensible, raison de plus d’essayer d’objectiver les choses. De cet inventaire réalisé par Statbel, il ressort plusieurs enseignements.

La proportion de Belges de souche diminue

En 2020, un tiers de la population en Belgique (32,1%) n’était pas belge "de souche", c’est-à-dire pas née de parents belges, contre 25,7% en 2011. Autrement dit, il y a dix ans, trois habitants sur quatre (74,3%) étaient belges de souche contre deux habitants sur trois (67,9%) aujourd’hui.

67,9%
En 2020, deux habitants sur trois en Belgique (67,9%) sont belge de souche. On était à 74,3% il y a dix ans.

La situation varie selon les régions. En Flandre, trois habitants sur quatre (76,5%) sont des Belges de souche. En Wallonie, ce sont deux habitants sur trois (66,4%). À Bruxelles, on tombe à un quart seulement (25,7%). Ce qui signifie que les trois quarts des Bruxellois ne sont pas d’origine belge.

Parmi les 32,1% d'habitants qui ne sont pas belges d’origine, 19,7% ont la nationalité belge et 12,4% ne l’ont pas. En chiffres absolus, cela représente environ 7,8 millions de Belges de souche, 2,3 millions de personnes d'origine étrangère qui ont la nationalité belge et 1,4 million d’étrangers qui n’ont pas la nationalité belge.

Davantage de non-Européens en Flandre qu’en Wallonie

Parmi les personnes d’origine étrangère (qu’elles aient la nationalité belge ou non), 48,7% sont des Européens et 51,3% sont des non-Européens. Cette répartition varie d’une région à l’autre. En Flandre, on dénombre une plus grande proportion de non-Européens (56,9%) qu’en Wallonie (37,4%). l’inverse, la Wallonie héberge nettement plus d’Européens que la Flandre (62,6% contre 43,1%).

62,6%
Parmi les personnes d'origine étrangère qui vivent en Wallonie, 62,6% sont des Européens.

À Bruxelles, les non-Européens représentent 60,7% des personnes d’origine étrangère. Bruxelles affiche aussi la plus faible proportion de personnes issues d’un pays voisin (France, Allemagne, Pays-Bas ou Royaume-Uni): 13,7% contre 20,5% au niveau national. Et ce en dépit de la présence des institutions européennes dans la capitale. Ce qui montre que beaucoup de fonctionnaires européens ont choisi d’habiter la périphérie bruxelloise.

Les étrangers sont plus jeunes

Les pyramides des âges diffèrent selon l’origine des personnes. Le vieillissement est très prononcé au sein de la population belge d’origine, tandis que la population d’origine étrangère est plus jeune. Chez les plus de 65 ans, il y a encore 87% de Belges de souche alors qu’ils ne sont que 54% parmi les 0-17 ans et 66% chez les 18-64 ans.

60,7%
À Bruxelles, les non-européens représente 60,7% des personnes d’origine étrangère.

Chez les étrangers qui ont la nationalité belge, la pyramide est très large à la base: il y a beaucoup de jeunes. Chez les étrangers qui n’ont pas la nationalité belge, on observe une boursoufflure au milieu de la pyramide, au niveau des 25-45 ans. Ce sont des personnes arrivées plus récemment.

Les Marocains en tête

Le top 5 des nationalités d’origine les plus fréquentes en 2020 est (dans l’ordre): Marocains, Italiens, Français, Néerlandais et Turcs. Cet ordre a peu changé au cours de la dernière décennie. En 2010, les Italiens étaient en tête devant les Marocains.

Le top 3 des nationalités d’origine en Wallonie est: Italie, France et Maroc.

Si l'on observe le solde migratoire en 2019 en Belgique, les flux entrants les plus importants concernaient les Roumains, les Marocains et les Français. Les Roumains arrivent en sixième position parmi les nationalités d’origine.

Le top 3 des nationalités d’origine en Flandre est: Pays-Bas, Maroc et Turquie. En Wallonie, les Italiens arrivent devant les Français et les Marocains. À Bruxelles, les Marocains devancent les Français et les Italiens.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés