La Donation royale se constitue une réserve de 35 millions d'euros

©Photo News

Le gestionnaire du patrimoine de la famille royale a vendu une partie du portefeuille d’investissement pour rentabiliser le patrimoine immobilier. Mais les chiffres manquent de transparence.

Ces quinze dernières années, la Donation royale a enregistré des surplus financiers de près de 35 millions d’euros sur son budget courant. Et ce, notamment en réalisant des investissements rentables qui ont rapporté plus de 55 millions d’euros en 2012, 2014 et 2015. C’est ce qui ressort d’un rapport annuel qu’un vent favorable nous a fait parvenir.

Le fait qu’une institution fédérale comme la Donation royale ait réussi à se constituer une réserve financière de quelques dizaines de millions d’euros grâce à des investissements, est remarquable. Le budget de fonctionnement annuel ne dépasse guère les 6 millions d’euros, et les revenus annuels de loyers et de fermage sont à peine suffisants pour couvrir les frais de personnel et d’entretien.

"Nous ne sommes pas des investisseurs. Mais nous avons comme tâche d’obtenir du patrimoine qui nous est confié un rendement maximal et conforme au marché."
Paul Buysse
Président de la Donation royale

Paul Buysse, président de la Donation royale, dément qu’il s’agit d’un bas de laine. "Nous ne sommes pas des investisseurs, se défend-il. Mais nous avons comme tâche d’obtenir du patrimoine qui nous est confié un rendement maximal et conforme au marché. La loi nous y oblige, car la Donation doit s’autofinancer et ne peut rien coûter au budget de l’Etat."

Ce patrimoine – que des personnes proches du dossier estiment à près de 450 millions d’euros – comprend des immeubles et des domaines qui sont la propriété de l’Etat belge, mais qui sont en partie mis à la disposition de la famille royale (lire l’encadré). "Nous devons conserver ce patrimoine", ajoute Paul Buysse.

L’institution fédérale gère entre autres les serres de Laeken, le domaine de Val Duchesse et le château de Ciergnon. Il s’agit de biens qui appartenaient à la maison royale, mais qui ont été offerts à l’Etat belge en 1900 par le roi Léopold II. Le château du Stuyvenberg – qui vient d’être loué à Michèle Sioen (CEO de l’entreprise textile éponyme) et Marnix Galle (Immobel) – est également géré par la Donation.

"Il est vrai que ces dernières années, nous avons enregistré des excédents financiers."
Philippe Lens
administrateur délégué de la Donation

"Il est vrai que ces dernières années, nous avons enregistré des excédents financiers, explique Philippe Lens, administrateur délégué de la Donation. C’est dû en partie à la vente d’actifs du portefeuille d’investissement. Nous comptons investir cet argent en priorité dans l’immobilier. Les revenus de ces biens devraient nous permettre de respecter nos obligations légales."

Il n’est pas facile de savoir de quels investissements il s’agit précisément. Il y a trois ans, 5,9 millions d’euros ont été investis dans la construction d’une résidence de soins pour personnes âgées à Ostende.

Cette luxueuse maison de repos – baptisée "James Ensor" – dispose de 44 suites et de 112 chambres. Elle est gérée par le groupe français Orpea et d’après nos sources, elle serait un bel exemple de la manière dont la Donation royale envisage de développer de nouvelles sources de revenus.

"La Donation royale n’a rien à cacher. Nos chiffres ne sont pas secrets."
Paul Buysse

La gestion financière de l’institution publique pèche cependant par manque de transparence. Elle dispose uniquement d’une comptabilité de caisse: chaque année, la Donation publie un condensé sur le site internet du ministère des Finances, comme la loi l’exige. Ces deux dernières années, aucun relevé n’a été publié. La Donation ne publie pas de rapport annuel, qui doit donner une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat net.

"Ce sera le cas à partir de l’an prochain, explique Philippe Lens. Nous sommes en train de mettre en place un nouveau système de comptabilité."

Le président Buysse renchérit: "La Donation royale n’a rien à cacher. Nos chiffres ne sont pas secrets. Le conseil d’administration se réunit régulièrement pour discuter de la situation financière de la Donation, et nous sommes conscients que certains projets nécessiteront des capitaux."

Patrimoine immobilier

- La Donation royale gère un important portefeuille immobilier, estimé il y a quelques années entre 150 et 500 millions d’euros.

- Une partie de ce patrimoine est mise à la disposition de la maison royale, comme les châteaux de Ciergnon et du Belvédère, les serres de Laeken et la résidence à Tervuren.

- Les chasses du domaine des Ardennes – 2.500 hectares sur un total de 7.600 – sont également réservées à la Couronne.

- Une autre partie du patrimoine est publique, comme la tour Japonaise, le pavillon Chinois, le parc Elisabeth, le jardin colonial de Laeken ou l’hôtel Bellevue à Bruxelles.

- La Donation doit être autonome sur le plan financier et tire des revenus principalement de la location de terrains et de domaines comme le parc Duden à Forest avec son château (Narafi) et le stade sportif (Royale Union), les étangs de Boitsfort et les installations du Bruxelles Royal Yacht Club à Laeken.

- L’institution emploie 108 personnes et dispose d’un portefeuille d’investissement et de réserves financières de près de 35 millions d’euros.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés