La Flandre bloque un appel à l'ambition climatique, Demir quitte la COP25

Les quatre ministres belges du climats, réuis pour la première fois mercredi. ©BELGA

Les entités belges ne sont pas parvenues à s'accorder pour signer un appel à l'ambition censé faire pression sur les négociateurs. En cause: le blocage de la Flandre. La ministre Demir, qui représente la Belgique à la table européenne, a quitté la COP25.

C'est la ministre flamande Zuhal Demir qui représente la Belgique à la coordination européenne des négociations, mais elle a quitté la COP25 avant son terme. Elle n'est donc plus là pour expliquer la raison pour laquelle la Flandre a décidé de refuser que la Belgique co-signe un texte multilatéral appelant les négociateurs à l'ambition.

Alors que la Conférence de Madrid sur le Climat touche à son terme, la pression monte pour parvenir à un accord sur le point clé de la négociation - la définition du cadre futur pour les marchés carbone (l'article 6 de l'Accord de Paris). L'enjeu est considérable : mal calibré, cette partie du Rulebook de l'Accord de Paris risquerait de faire dérailler la trajectoire d'émission.

Parce qu'il y a une phrase qui dit qu'il faut lever le niveau d'ambition, ça bloque du côté flamand

La plupart des pays européens vont co-signer avec d'autres ce communiqué commun appelant donc à l'ambition. Le texte - que nous avons pu lire - résume les principes à suivre pour créer des "marchés carbones internationaux de grande ambition et intégrité". Le texte demande un système sans failles qui permette "la plus haute ambition possible d'atténuation" des émissions ; qui évite les double-comptages de réductions d'émissions ; ou encore qui empêche que les vieilles unités de carbone du système Kyoto soient injectées dans le système Paris.

Trois des quatre ministres belges en charge du Climat ont donné leur feu vert au texte, mais la ministre Zuhal Demir ne l'a pas fait. La Belgique ne peut donc pas le cosigner. "C'est malheureux parce que sur la nécessité d'avoir des marchés carbone qui fonctionnent, tout le monde semblait d'accord. Mais parce qu'il y a une phrase qui dit qu'il faut lever le niveau d'ambition, ça bloque du côté flamand", entend-on à bonne source. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés