Publicité

La gratuité des transports publics balayée par les bleus

La gratuité de la SNCB, l'électrochoc souhaité par le PS. ©ANTONIN WEBER / HANS LUCAS

Dans le cadre des "rencontres écosocialistes", Paul Magnette, président du PS, propose une gratuité généralisée à la SNCB qui ne plait pas côté libéral.

Le président du PS Paul Magnette plaidait samedi, dans Le Soir, pour la "gratuité totale" des transports en commun. Cela concernerait donc également la SNCB.
Pour lui, il faut "un électrochoc" dans la crise climatique, qui passera par des investissements d'ampleur et la gratuité des transports en commun. Le message fut répété samedi après-midi à l'occasion des "rencontres écosocialistes" organisées par le parti et auxquelles était conviée Adélaïde Charlier, coordinatrice du mouvement Youth for Climate en Belgique.

Paul Magnette souhaite "la gratuité totale des transports en commun, donc aussi pour la SNCB. C'est la prochaine étape", explique-t-il. En Wallonie, le prix des abonnements pour le TEC a été abaissé de 70%. "Un abonnement à 1 euro par mois par personne n'est pas un obstacle majeur. Et c'est une économie substantielle pour les familles. Oui, cela a un coût: 100 millions en Wallonie, 200 millions à Bruxelles pour les jeunes en dessous de 24 ans. Maintenant, on veut faire la même chose pour les plus de 65 ans", poursuit-il.

Augmenter la taxe sur les comptes-titres

La gratuité à la SNCB coûterait 700 millions d'euros par an, soit le montant que rapporte la billetterie à l'entreprise ferroviaire. "Ce n'est pas grand-chose, on peut facilement les trouver. La taxe de 0,15% sur les comptes-titres rapporte 500 millions par an. En portant le taux à 0,5%, on a largement les moyens nécessaires. Et si, dans une première étape, on limite aux moins de 24 ans et aux plus de 65 ans, ça ne coûterait que 150 millions. On a besoin de mesures chocs."

Pour le président du PS, il faudra retrouver cette mesure dans le plan qui indique concrètement comment la Belgique va réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 55% en 2030 et qui devra être présenté lors de la COP26 à Glasgow du 10 au 12 novembre. "La Belgique doit arriver à Glasgow avec les six milliards du plan de relance dont un pourcentage important est consacré à l'environnement. Nous demandons 1,2 milliard en plus pour atteindre une trajectoire d'investissement menant à 3,5% du PIB en 2024."

La sortie de Paul Magnette a déjà suscité la critique de la N-VA, dans l'opposition au niveau fédéral. "Un nouveau jour, une nouvelle proposition extrêmement coûteuse du PS", a réagi le député nationaliste Tomas Roggeman. "Mais ce genre de politique gratuite ne changera rien aux principaux points douloureux de notre transport ferroviaire. Ce que nous devons faire, en revanche, c'est réformer en profondeur les chemins de fer car, ce que la population souhaite, c'est un meilleur service, plus de ponctualité et des billets moins chers. La seule solution est la libéralisation et la régionalisation des chemins de fer."

"Le @PSofficiel continue à faire croire à l'argent gratuit. Il n'est pas sérieux de continuer à additionner les dépenses sans résoudre les enjeux d'emploi."
Georges-Louis Bouchez
Président du MR

Le @PSofficiel continue à faire croire à l'argent gratuit. Il n'est pas sérieux de continuer à additionner les dépenses sans résoudre les enjeux d'emploi. Les dépenses #PS d'aujourd'hui, ce sont les impôts de demain et la dette abyssale que nos enfants devront supporter", critique, pour sa part, Georges-Louis Bouchez, président du MR, sur Twitter. "Celui qui sait prendre en charge une voiture sait financer un abonnement de transport en commun à la place normalement", ajoute-t-il.

Hors accord Vivaldi

"Un nouveau jour, une nouvelle idée coûteuse", abonde Egbert Lachaert, président de l'Open Vld, dans un tweet. "Des transports publics gratuits à présent. Des accords clairs ont été conclus dans l'accord de coalition et une dépense supplémentaire de 700 millions n'est pas inclue, pas plus que l'augmentation des impôts pour la financer. Dans un gouvernement, on respecte les accords", insiste le chef de file des libéraux flamands.

"Il est impératif de passer en premier lieu par un refinancement du rail."
Gianni Tabbone
Navetteeurs.be

Du côte de Navetteurs.be, on pense que cette gratuité est "à étudier". "Mais il est impératif de passer en premier lieu par un refinancement du rail en vue d'une offre qualitative et fiable. On est loin du compte et on parle encore d'économies #doublediscours ?", réagit l'organisation, également sur Twitter. Sur ce même réseau social, son porte-parole Gianni Tabbone rappelle ainsi les 94 millions d'euros d'économies imposées il y a quelques jours à Infrabel.

700
millions d'euros
Le coût budgétaire de la gratuité de la SNCB

Le résumé

  • Le PS organisait ses "rencontres écosocialistes" ce samedi.
  • Son président, Paul Magnette évoque la nécessité d'un électrochoc et de mesures fortes en matière de lutte contre le dérèglement climatique.
  • La gratuité de la SNCB est un objectif qui cadre avec cette nouvelle stratégie du PS, selon Paul Magnette.
  • MR et Open Vld flinguent déjà l'idée.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés