La N-VA veut la fin des plafonds salariaux pour les CEO d'entreprises publiques

Peter Dedecker. ©BELGA

La N-VA souhaite briser le plafond des rémunérations de CEO d'entreprises publiques. Une position qui fait réagir le président du PS wallon Elio Di Rupo.

 La N-VA demande la suppression des plafonds salariaux pour les CEO des entreprises publiques, écrit Het Nieuwsblad samedi. "Les patrons doivent être rémunérés sur base des résultats. Le gouvernement ne doit pas se mêler de ça", estime ainsi le député Peter Dedecker. Le gouvernement a décidé en 2014 de limiter les rémunérations des patrons d'entreprises publiques côtées en bourse à 650.000 euros brut par an.

"Il est hors de question de revenir à des rémunérations indécentes pour les patrons d'entreprises publiques"
Elio Di Rupo
Président du Parti socialiste

Selon des chiffres fournis à la Chambre, Dominique Leroy (Proximus) et Koen Van Gerven (bpost) touchent des montants plus élevés dans le cadre de leurs fonctions de CEO.  Le député nationaliste demande dès lors la suppression de cette règle, même si cela semble politiquement difficile en temps de restrictions budgétaires. "Il est clair que tout ce matraquage idéologique n'a aucun sens. Ces entreprises travaillent dans un contexte libéralisé et commercial. Les salaires des dirigeants doivent correspondre aux résultats et à la satisfaction des clients", estime Peter Dedecker. Son parti compte amener la question devant le gouvernement. 

Alexander De Croo (Open Vld), le ministre des Entreprises publiques, a déjà fait savoir qu'il ne comptait pas abroger cette norme.

De son côté, le président du Parti Socialiste réagit dans un communiqué samedi, marquant son opposition à la proposition de la N-VA.

©Photo News

"Avec le saut d'index, le gouvernement MR N-VA a diminué le salaire des travailleurs, et maintenant la N-VA veut augmenter celui des patrons! La N-VA estime que le plafond salarial constitue du matraquage idéologique. En fait, c'est juste une question d'équité! Il est hors de question de revenir à des rémunérations indécentes pour les patrons d'entreprises publiques", déclare Elio Di Rupo. Ce dernier ajoute que "le PS se battra pour conserver cette mesure".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés