analyse

La science belge risque la faillite

©Photo News

Beaux-Arts, Observatoire, Bibliothèque royale, Afrique centrale… La Belgique compte dix établissements scientifiques fédéraux aux richesses multiples et diverses. Mais tous crient au loup. La catastrophe pointe du nez.

Le constat est limpide et sans appel. Comme tous les services de l’État fédéral, les dix établissements scientifiques, qui dépendent de la Politique scientifique fédérale (Belspo), ont été soumis ces dernières années à un régime budgétaire draconien. Cette taille mannequin est-elle une bonne chose? Pour les finances globales de l’État sans doute. Pas pour la science, pour les instruments scientifiques ou encore les collections de ces établissements: c’est la catastrophe qui pointe du nez.

"En 15 ans, si l’on tient compte de la diminution de nos dotations, du salaire du personnel et de l’inflation, nos moyens ont diminué de 15 à 20%"
Ronald Van der Linden
Directeur général de l’Observatoire royal de Belgique

Et on ne parle pas ici simplement des plafonds qui percent ou des factures énergétiques qui explosent. Le patrimoine culturel et scientifique ainsi que l’expertise de pointe du personnel de ces institutions sont aujourd’hui menacés. Au point que certains directeurs évoquent un risque de "faillite" pure et simple pour leur maison.

"En 15 ans, si l’on tient compte de la diminution de nos dotations, du salaire du personnel et de l’inflation, nos moyens ont diminué de 15 à 20%, estime Ronald Van der Linden, directeur général de l’Observatoire royal de Belgique. Depuis 2014, on nous impose également une diminution annuelle de nos dotations de 2%." Une mesure générale, qui touche tous les services de l’État, lequel entend ainsi assainir quelque peu ses finances.

Des réserves stratégiques au frigo et pour longtemps

Parallèlement, les règles du jeu en matière de budgets annuels ont également changé, histoire d’être en phase avec les exigences européennes. On parle d’équilibre sec. "Cela signifie que toutes nos dépenses doivent être égales ou inférieures aux recettes de l’année", indique Martine De Mazière, directrice générale a.i. ("ad interim"… depuis quasiment 8 ans!) de l’Institut royal d’Aéronomie Spatiale de Belgique.

"Toutes nos dépenses doivent être égales ou inférieures aux recettes de l’année."
Martine De Mazière
Directrice générale de l’Institut royal d’Aéronomie Spatiale de Belgique

"Or, dans le domaine scientifique, nous avons l’habitude de travailler avec des projets s’étendant sur plusieurs années. Cela signifie que dans certains cas, nous désirons faire des économies au cours d’une année, en vue de couvrir des dépenses inhabituelles ultérieures, par exemple le remplacement d’un instrument scientifique arrivé en bout de course. Avec l’obligation d’atteindre un équilibre annuel sec, nous avons perdu cette capacité à ‘épargner’ en vue d’un futur investissement indispensable."

Un exemple? Retour à l’Observatoire royal de Belgique. Au service de sismologie et de gravimétrie, on surveille en permanence les tremblements de Terre. Une activité qui se double de recherches scientifiques et qui s’appuie sur un parc d’une vingtaine de sismomètres répartis dans le pays. "Ils arrivent en bout de vie", souligne Ronald van der Linden. "Nous avons bien des économies, réalisées avant l’obligation d’équilibre sec, mais elles sont "gelées" par le gouvernement. Y avoir accès est très, très compliqué. Et elles ne sont libérées qu’au compte-gouttes, à l’échelle de tous les Établissements scientifiques fédéraux (les "ESF", dans le jargon). Si l’un d’entre nous peut disposer cette année d’une partie de ses réserves stratégiques, cela implique dans les faits que pour les autres, elles restent au frigo."

Aux Musées Royaux des Beaux-Arts, Michel Draguet, directeur général, a exactement le même problème. Ici, ce ne sont pas des sismomètres en fin de vie qui le préoccupent, mais bien la possibilité d’acquérir de nouvelles pièces.

"L’acquisition d’une œuvre d’art est toujours considérée comme une perte, jamais comme un investissement pour l’avenir."
Michel Draguet
directeur général des Musées Royaux des Beaux-Arts

"Le gel de nos réserves stratégiques a réduit à néant notre faculté d’acquisition de nouvelles œuvres d’art", indique-t-il. "Résultat: la qualité de nos collections est en train de pâlir. Nous avons aujourd’hui beaucoup plus de pièces relatives aux années 1960 à 1980 que pour les années 1990 à 2010. Dans la comptabilité de l’État, l’acquisition d’une œuvre d’art est toujours considérée comme une perte, jamais comme un investissement pour l’avenir. C’est une erreur. Avec la spéculation existante sur le marché de l’art contemporain, on ne récupérera pas le retard que nous accumulons désormais. Nous risquons ainsi de perdre un certain label, celui de collections de références, et donc notre attractivité, y compris à l’international."

"Avec les moyens dont je dispose, ma priorité porte sur la conservation du patrimoine qui nous est confié. Nous travaillons pour les générations à venir. Celles auxquelles nous avons le devoir de transmettre nos collections dans un meilleur état que celui où nous les avons trouvées." Entre 2011 et 2018, selon les chiffres internes des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, la dotation publique, hors salaires, est passée de 4,5 millions à 3,4 millions d’euros, soit une baisse de 24%…

241 membres du personnel… épaulés par 120 bénévoles

Autre institution, autre musée, mais des problèmes similaires à gérer pour Alexandra de Poorter, directrice générale a.i. des Musées Royaux d’Art et d’Histoire (qui sont implantés sur divers sites: dans le parc du Cinquantenaire, à la Porte de Hal, au Musée des Instruments de Musique et à Laeken, à la Tour Japonaise et au Pavillon Chinois). Pour épauler les 241 membres du personnel salarié actuel, l’institution compte sur l’aide de quelque 120 bénévoles, explique-t-elle.

"Est-il bien normal qu’un tiers de notre personnel doive ainsi être composé de bénévoles?"

"Ces personnes volontaires sont indispensables à la bonne marche de notre établissement, notamment pour l’accueil du public. Mais est-il bien normal qu’un tiers de notre personnel doive ainsi être composé de bénévoles? D’autant qu’on les retrouve aussi dans la réalisation de diverses tâches techniques et/ou scientifiques, comme le classement de documents, la gestion des archives, des collections, ou encore à l’atelier de moulage où ils sont 5 à faire le boulot des techniciens partis à la retraite et qui n’ont pas pu être remplacés… Est-ce comme cela que l’État doit réellement prendre soin de son propre patrimoine?"

"Ce qu’on oublie sans doute un peu trop rapidement, c’est que des musées tels que les nôtres ne sont pas nécessairement des cellules rentables en elles-mêmes, mais que pris dans une sphère économique globale, ils en sont des acteurs majeurs", estime Nicolas Cauwe, conservateur des collections de Préhistoires nationale et générale ainsi que des collections d’Océanie aux Musées royaux d’Art et d’Histoire. "Cela génère de l’emploi, de la richesse, de la valeur ajoutée: scientifique, mais aussi économique. Investir dans les institutions scientifiques, c’est donc bien aussi investir dans l’économie globale d’une région, d’un pays, martèle-t-il. Mais cela est très compliqué à faire comprendre aujourd’hui aux décideurs politiques…"

Des décideurs qui au cours de la législature qui s’achève n’ont pas vraiment beaucoup fréquenté les Établissements scientifiques fédéraux, à en croire les directeurs concernés. Dix directeurs dont six sont désormais "a.i."… Un autre signe de ce désintérêt politique pour les ESF?

Cette enquête, à découvrir plus longuement sur DailyScience.be, a bénéficié du soutien du Fonds pour le Journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n