La solution des autotests est encore à examiner

Le comité de concertation a fait part ce vendredi de son intention d'utiliser les autotests. ©Olivier Matthys

Le Codeco veut faire appel aux autotests afin de préparer la reprise des activités en intérieur d'ici quelques semaines. L'AFMPS, l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé préfère temporiser.

Des tests rapides et autodépistages devraient être largement diffusés afin de permettre davantage d'activités intérieures à partir du mois de mai, a décidé vendredi le Comité de concertation. L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) se dit samedi en attente de davantage de clarté sur ces tests rapides et demande un cadre juridique pour la vente des autotests à la population.

"Aucun autotest antigénique rapide n'est approuvé sur le marché européen."
Ann Eekchout
Porte-parole de l'AFMPS

 Pour l'instant, "aucun autotest antigénique rapide n'est approuvé sur le marché européen", pointe Ann Eekchout, porte-parole de l'AFMPS. L'Allemagne a, elle, prévu une exception, permettant que certains tests antigènes destinés à un usage professionnel puissent être achetés par le public, précise-t-elle. Et selon les journaux locaux, ceux-ci partent comme des petits pains samedi.

Pas de vente libre actuellement

 En Belgique, la vente de tests antigéniques rapides pour un usage professionnel ou pour une autoadministration est régulée par la loi du 22 décembre 2020. Ils ne peuvent être vendus qu'à des professionnels et ne sont donc pas disponibles par exemple dans les pharmacies et les supermarchés. "Si les autotests rapides devenaient disponibles, la vente serait alors régulée dans un futur arrêté royal", indique Mme Eeckhout.

 L'AFMPS a acheté 400.000 tests rapides et quelque 800.000 devraient aussi être bientôt livrés via l'Instrument d'aide d'urgence de la Commission européenne.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés