La zone orange à l'origine de tensions diplomatiques entre le Luxembourg et la Belgique

Les voyages restent possibles dans les pays classés en zone orange mais sous certaines conditions.

Le Grand-Duché de Luxembourg est récemment passé en zone orange tant pour l'aller que pour le retour, une décision qui ne ravit pas les ministres de la Santé et des Affaires étrangères de nos voisins.

En raison de légères tensions diplomatiques avec le Grand-Duché de Luxembourg, les Affaires étrangères ont demandé aux experts de modifier la zone orange d'application pour le pays, signale De Tijd ce mercredi.

La zone orange est déterminée par une augmentation des cas d'infections au nouveau coronavirus par rapport à la Belgique. Sauf que le code couleur ne tient pas compte de la large proportion de tests menés au Luxembourg. Avec plus de 400 tests par millier d'habitants, le Grand-Duché se place parmi les pays européens qui dépistent le plus. La Belgique pour sa part teste à peine 100 personnes par millier d'habitants.

Le Luxembourg s'estime donc lésé par la classification belge alors qu'il suit de près les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé en menant un dépistage massif. Les ministres belges de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) et des Affaires étrangères Philippe Goffin (MR) ont reçu un lettre de leurs homologues luxembourgeois en ce sens. "L'objectif n'est pas de punir le Luxembourg", assurent en retour les Affaires étrangères belges.

Dans leur missive, les autorités grand-ducales soulignent que le taux de mortalité au cours des six dernières semaines est resté inchangé, sous la barre de 110 décès, et que seuls trois patients sont encore aux soins intensifs. Une personne sur cing testée au Luxembourg est un travailleur frontalier. 40.000 Belges se rendent tous les jours au Grand-Duché pour y travailler.

Quarantaine ou pas quarantaine?

Mardi, le gouvernement est par ailleurs revenu sur sa récente décision de lever la quarantaine obligatoire pour les voyageurs revenant de zone orange. Ceux-ci sont désormais priés de se confiner et de se faire dépister, peut-on lire sur le site du SPF Affaires étrangères.

Le site fédéral avait indiqué mardi matin qu'aucune quarantaine n'était plus recommandée pour les voyageurs revenant d'une zone orange mais qu'il était toutefois demandé à ces personnes de surveiller étroitement leur état de santé.

Il ne s'agit toutefois pas d'une obligation, mais il est demandé aux voyageurs de consulter leur médecin à leur retour afin de se faire dépister et de se mettre en quarantaine. Le gouvernement fait donc appel à l'esprit civique des citoyens.

Quatre zones rouges en Europe

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés