Le casse-tête des enfants de djihadistes belges

©AFP

Une mission Belge s’est rendue à Erbil, la capitale kurde de l’Irak, pour assister diplomatiquement et donner les bons documents de voyage à dix enfants belges. Ces derniers y sont bloqués avec trois mères belges dans un camp de détention pour membres du groupe terroriste État islamique.

L’action belge est la suite d’une sanction judiciaire. Depuis lundi, 50.000 euros d’astreinte sont dus par jour où notre pays n’arrive pas à rejoindre les enfants avec des papiers et les rapatrier. L’urgence est de mise.

Sur demande des avocats, un compte en banque ING a été activé pour chaque enfant, avec une requête à l’État d’y verser volontairement 5.000 euros par jour. Les comptes étaient encore vides mardi soir, selon l’avocat Abderrahim Lahlali. Si c’est encore le cas à la fin de la semaine prochaine, les avocats enverront les huissiers aux cabinets des Affaires intérieures et de Justice. "Il y a un contact sporadique avec les mères, mais elles affirment ne pas encore avoir vu d’aide belge dans le camp", affirme Abderrahim Lahlali.

La Belgique est dans l’impasse quant au sort des enfants. Il y a notamment un sérieux problème de sécurité.

La Belgique est dans l’impasse quant au sort des enfants. Il y a notamment un sérieux problème de sécurité. La région reste un territoire en guerre, ce qui représente un challenge pour arriver en sécurité auprès des enfants. Il a été fait appel à l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM) pour faire des analyses de sécurité de la zone.

Une partie cruciale de la mission est également de trouver un accord avec les Kurdes pour rapatrier les enfants sans leurs mères. Mais les Kurdes continuent de refuser cela, ce qui engendre le blocage total du dossier.

La Belgique reste sur sa position que seuls les enfants de moins de dix ans peuvent être rapatriés. Les dix enfants ont entre onze mois et sept ans. Le gouvernement a décidé, début 2018, de ne pas rapatrier les adultes. Les enfants de moins de dix ans sont les bienvenus, à condition qu’un test ADN prouve qu’ils sont bien d’origine belge.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect