Le droit de grève aura son procès

©BELGA

Les 17 personnes, dont 16 affiliés de la FGTB, responsables du blocage d'une autoroute lors de la grève du 19 octobre 2015 seront jugés en correctionnelle, telle est la décision de la Chambre du conseil de Liège. Les inculpés avaient tous réclamé le non-lieu.

Tous les syndicats du pays avaient les yeux rivés sur l'ordonnance que devait rendre ce mercredi la Chambre du conseil de Liège. Elle concernait 19 personnes, principalement des affiliés de la FGTB, poursuivies à la suite du blocage de l'autoroute E40 dans la province de Liège lors de la grève du 19 octobre 2015. Ce jour-là, journée de grève nationale, environ 300 manifestants avaient bloqué le viaduc de Cheratte.

Ce mouvement avait eu des répercussions importantes puisque des dégradations avaient été commises au viaduc tandis que des médecins et chirurgiens avaient été bloqués dans les embouteillages.

En tout, 19 personnes avaient été inculpées pour des faits d'entrave méchante à la circulation ainsi que pour avoir causé un incendie volontaire et avoir commis des dégradations à l'autoroute qui était en travaux à l'époque des faits. Parmi elles se trouvaient 18 représentants de la FGTB, des dirigeants (dont Thierry Bodson et Jean-François Ramquet), des syndicalistes, des militants et des ouvriers ainsi qu'une personne non-affiliée.

Devant la chambre du conseil, le parquet avait sollicité le non-lieu pour les faits relatifs à l'incendie et aux dégradations. Il avait par contre réclamé le renvoi de 17 des inculpés pour les faits d'entrave méchante à la circulation. Cette prévention, contestée par les affiliés de la FGTB, tous défendus par Me Xavier Mercier, a été retenue par la juridiction liégeoise. Les 17 personnes, dont 16 affiliés de la FGTB, Thierry Bodson inclus, sont donc renvoyés en correctionnelle et leur avocat va faire appel de cette décision.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content