Le Japon sorti de la déflation mais...

Akira Amari, ministre de l'Economie au japon ©Bloomberg

Les salaires et les investissements n'augmentent pas assez mais les résultats de la politique très aggressive de la Banque du Japon commence à porter ses fruits. L'archipel a une inflation de 1%, après 15 années de déflation destructrice d'activité.

Le Japon semble être sorti de la spirale de la déflation mais le risque d'y retourner ne peut encore être écarté, a déclaré mardi le ministre de l'Economie Akira Amari.

"A ce jour, nous pouvons dire que nous avons échappé à la déflation. Mais le problème est que rien ne garantit qu'il n'y aura pas à un retour à la déflation", a-t-il dit à la sortie d'un conseil des ministres.

"Nous ne sommes pas en déflation, mais le risque existe d'un retour à un environnement déflationniste."

Le ministre a jugé important que les salaires augmentent davantage que les prix à la consommation et a ajouté qu'il surveillerait de près les négociations salariales annuelles qui se tiendront au printemps.

La politique de relance budgétaire et de soutien monétaire du Japon a permis depuis un an un redressement de la troisième économie mondiale mais les investissements et les  salaires n'ont pas suivi à ce stade, amenant certains économistes à douter que le taux d'inflation remonte à 2% comme le souhaite la Banque du Japon.

Après 15 ans de déflation, la BoJ a lancé au printemps dernier un programme dit d'assouplissement quantitatif, se traduisant par des rachats de dette gouvernementale et d'actifs risqués, avec pour objectif d'atteindre un taux d'inflation de 2% dans les deux ans.

L'inflation est pour l'instant remontée à 1% environ, la moitié de l'objectif fixé par la banque centrale.

Le comité de politique monétaire de la BoJ a entamé mardi une réunion de deux jours qui devrait se conclure, mercredi, par l'annonce du maintien de son programme de stimulation.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés