Le monde réagit au décès de Kadhafi

Sic transit gloria mundi, la fin d'une ère de despotisme,... Les réactions ne se sont pas faites attendre après l'annonce de la mort de l'ex-Guide.

  • L'Union européenne: la fin d'une ère de despostisme

Le président de l'UE Herman Van Rompuy et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso ont salué jeudi "la fin d'une ère de despotisme et de répression" en Libye.

"Le décès annoncé de Mouammar Kadhafi marque la fin d'une ère de despotisme et de répression au cours de laquelle le peuple libyen a souffert pendant trop longtemps. Aujourd'hui, la Libye peut tourner une page de son histoire et embrasser un nouvel avenir démocratique", ont affirmé les deux dirigeants dans un communiqué commun.

Van Rompuy et Barroso ont appelé le Conseil national de transition (CNT) à poursuivre "un processus de large réconciliation" entre tous les Libyens pour permettre une transition "démocratique, pacifique et transparente".

Au moment de l'annonce préalable de la capture de l'ancien dirigeant libyen, le président du Parlement européen, Jerzy Buzek avait salué "un grand jour pour la Libye et la démocratie".

  • L'Italie, sic transit gloria mundi

"La guerre est finie" en Libye, a affirmé jeudi le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi. "Sic transit gloria mundi", a commenté en latin Berlusconi, ancien proche allié de Kadhafi, une expression latine qui signifie "Ainsi passe la gloire du monde".

Au début du conflit, le gouvernement italien, au premier rang duquel Silvio Berlusconi, avait été réticent à lâcher le colonel Mouammar Kadhafi, avec lequel il avait signé en 2008 un traité d'amitié et de coopération économique. Rome avait reconnu le Conseil national de transition  libyen le 4 avril. Avant l'insurrection, l'Italie, ancienne puissance coloniale de la Libye, était le premier partenaire commercial de la Libye et plus de 180 entreprises italiennes y étaient installées.


  • La France "fière" d'avoir aidé le peuple libyen

"Une nouvelle page s'ouvre pour le peuple libyen", estime le président français Sarkozy. "La chute de syrte et la mort de Kadhafi doivent marquer le début du processus de démocratisation en Libye", a-t-il poursuivi.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a salué jeudi la "fin de 42 ans de tyrannie" en Libye, à l'annonce par les autorités de la mort du leader déchu Mouammar Kadhafi et a déclaré que la France était "fière" d'avoir aidé le peuple libyen.

"L'annonce de mort de Kadhafi et la chute de Syrte sont la fin d'une période très difficile pour le peuple libyen. C'est la fin de 42 ans de tyrannie, d'un conflit militaire qui a été très éprouvant pour le peuple libyen", a-t-il déclaré.



  • ONU: "Le moment est venu pour la générosité, pas pour la vengeance"


 Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est réjoui jeudi de l'annonce de la mort du dirigeant libyen déchu, y voyant "une transition historique pour la Libye". Ajoutant cependant: "le chemin à parcourir pour la Libye et son peuple va être difficile et rempli de défis. Le moment est maintenant venu pour tous les Libyens de se rassembler".

"Les combattants des deux bords doivent déposer leurs armes et se rassembler dans la paix. Le moment est venu de reconstruire et de cicatriser (les blessures), le moment est venu pour la générosité, pas pour la vengeance", a-t-il encore souligné.



  • La Belgique ne voulait pas que Kadhafi s'échappe (De Crem)

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés