Le parquet demande la levée de l'immunité de Philippe Pivin

Le dossier a été renvoyé au parquet général assorti d'une demande de levée d'immunité parlementaire à l'encontre de Philippe Pivin, député MR à la Chambre et ancien bourgmestre de la commune de bruxelloise. ©Persinfo

Un marché public lié à l'animation du Belgian Chocolate Village à Koekelberg est entaché d'irrégularités, estime le parquet de Bruxelles qui vient de renvoyer le dossier, vieux de 10 ans, au parquet général. L'ancien bourgmestre libéral assure de la régularité de la procédure.

Depuis 2010, les marchés publics relatifs à la création d'un musée du chocolat par la commune de Koekelberg font l'objet d'une instruction judiciaire. Le parquet de Bruxelles a confirmé à L'Echo ce lundi que le dossier a été renvoyé au parquet général assorti d'une demande de levée d'immunité parlementaire à l'encontre de Philippe Pivin, député MR à la Chambre et ancien bourgmestre de la commune de bruxelloise. C'est la procédure lorsque l'enquête a mis une ou des infractions au jour, ajoute le parquet, sans autre précision sur les éléments du dossier. Contacté, Philippe Pivin précise que son immunité ne pourra être levée que si la Chambre du conseil décide du renvoi de l'affaire en correctionnelle.

Le Belgian Chocolate Village a été inauguré en septembre 2014 sur le site de l'ancienne chocolaterie et biscuiterie Victoria située en contre-bas de la basilique de Koekelberg. La fabrique y avait pris ses quartiers fin XIXe et ce jusqu'à sa fermeture en 1969. Godiva y avait maintenu ses activités jusqu'en 2000. Le projet initié 5 ans plus tard a donné lieu à un investissement de deux millions d'euros par la commune dont un quart a servi au rachat du bâtiment par la Régie koekelbergeoise.

"La commune est victime d'une querelle entre deux entreprises."
Philippe Pivin
Ex-bourgmestre MR de Koekelberg (2001-2018)

Le dossier date donc d'une quinzaine d'années. "La commune est victime d'une querelle entre deux entreprises", explique encore Philippe Pivin. Il tient à rappeler l'historique du dossier. Deux sociétés ont répondu à un "marché public d'architecture et de scénographie" en 2010. C'est la société qui avait remporté un premier marché pour la création du musée qui a raflé la mise, rappelle l'ex-bourgmestre (2001-2018). Le concurrent a déposé une plainte au pénal. "Elle fut classée sans suite", assure Philippe Pivin. Deux recours au Conseil d'État ont suivi. "Le Conseil d'État a chaque fois validé ce que nous avions fait". "La tutelle régionale a accompagné et validé toute la procédure", ajoute-t-il.

Mais l'affaire ne s'arrête pas là. L'instruction en cours fait en fait suite à une plainte avec constitution de partie civile déposée par la même société en 2010. Résultat: "un réquisitoire de non-lieu datant d'il y a deux ans", dit Pivin. Il se dit étonné de voir renaître l'affaire en raison d'une nouvelle demande de devoirs d'enquête. Ces nouveaux devoirs ont conduit les enquêteurs du parquet de Bruxelles à demander une levée d'immunité. À charge aujourd'hui du parquet général d'instruire le dossier.

"Je suis triste, c’est le plus beau dossier de mon mandat et il est pourri par une animosité qui ne nous regarde même pas", conclut l'ex-bourmgestre de Koekelberg.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés