Le parquet ouvre 23 dossiers liés au terrorisme par mois

©Photo News

Cette année, le parquet a déjà ouvert 189 nouveaux dossiers liés au terrorisme. La justice n’entrevoit aucune baisse de la menace

La justice belge ne constate aucune amélioration dans la lutte contre le terrorisme. Le parquet fédéral, qui dirige toutes les enquêtes liées au terrorisme, a déjà ouvert cette année 189 nouveaux dossiers de terrorisme, ce qui porte leur nombre à 23 en moyenne par mois.

Pendant l’année record 2015 – lorsque de nombreux Belges partaient combattre en Syrie – le parquet fédéral avait ouvert 26 dossiers par mois (313 au total). L’an dernier, le parquet a lancé 22 nouvelles enquêtes par mois, certes moins qu’en 2015, mais beaucoup plus que les 195 dossiers ouverts en 2014.

Plusieurs explications

L’augmentation du nombre de nouveaux dossiers liés au terrorisme s’explique de différentes façons. Notre pays se situe encore à un niveau de risque élevé (3 sur une échelle de 4) et le parquet fédéral constate dans ses enquêtes judiciaires que le risque d’attentat reste grand.

Les enquêteurs ont mis au jour début juillet un arsenal impressionnant, ainsi que des gyrophares et des uniformes de la police, dans un box de garage à Anderlecht.

Il s’appuie sur la découverte des enquêteurs au début juillet, qui ont mis au jour un arsenal impressionnant, ainsi que des gyrophares et des uniformes de la police, dans un box de garage à Anderlecht. Le parquet reste convaincu qu’un attentat a pu être déjoué grâce à ces perquisitions et aux informations fournies par la Sûreté de l’Etat.

Autre élément expliquant cette tendance: jamais auparavant les forces de l’ordre n’avaient disposé d’autant d’informations sur le terrorisme. Chaque service – du corps de police local à la Sûreté de l’Etat – travaille prioritairement sur le terrorisme.

Chaque service, du corps de police local à la Sûreté de l’Etat, travaille prioritairement sur le terrorisme.

Les 189 nouveaux dossiers portent sur toutes sortes d’enquêtes, petites et grandes. Dans ces nouveaux dossiers, le parquet fédéral a remarqué un glissement vers des "homegrown" terroristes – qui ne sont jamais partis en Syrie – et vers des suspects de plus en plus jeunes. Il a également ouvert une enquête chaque fois que des citoyens belges ont été victimes d’attentats à l’étranger, comme en Espagne, en Turquie et en Suède.

Sous l’égide du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), le parquet fédéral a été renforcé. Il compte désormais 32 magistrats contre 24 auparavant, dont 12 travaillent exclusivement sur des dossiers de terrorisme. Par exemple, depuis janvier 2015, 289 personnes ont été jugées pour des délits liés au terrorisme.

De plus, le parquet fédéral n’a jamais travaillé de manière aussi intensive avec la justice étrangère. à titre d’exemple, il mène actuellement avec la France 12 "joint investigations" liées au terrorisme.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés