Le premier bachelier exclusivement en anglais débarque à la rentrée

Le premier bachelier exclusivement en anglais en Fédération Wallonie-Bruxelles débutera lors de la prochaine rentrée académique. ©BELGA

L'exécutif communautaire a autorisé pour la première fois l'organisation d'un bachelier exclusivement en anglais en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dès la prochaine rentrée académique, des jeunes pourront se former intégralement dans la langue de Shakespeare en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Du moins, cette possibilité leur sera offerte s'ils s'intéressent aux sciences de gestion. L'organisation d'un "Bachelor of science in business engineering" à l'Université Saint-Louis de Bruxelles vient d'être autorisée par l'exécutif de la FWB. 

Ce cursus, composé de 180 crédits et étalé sur trois ans, sera par ailleurs le premier organisé en codiplômation avec un établissement de l'enseignement supérieur flamand, en l'occurrence la KULeuven.

"L’aval donné à ce bachelier exclusivement en langue anglaise va dans le sens de l’histoire."
Valérie Glatigny
Ministre de l'Enseignement supérieur

"L’aval donné à ce bachelier exclusivement en langue anglaise va dans le sens de l’histoire. Elle démontre que le gouvernement est sensible à l’importance de l’ouverture internationale dans la formation prodiguée aux étudiants", assure la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny (MR).

"Il y a toute une série d'étudiants potentiels pour une formation exclusivement en anglais dans la Région de Bruxelles."
Sébastien Van Drooghenbroeck
Vice-recteur à l'enseignement à Saint-Louis

Du côté de Saint-Louis, on estime que l'importance de ce programme est double. "D'une part, il y a une dimension internationalisation, au sens où il y a toute une série d'étudiants potentiels pour une formation exclusivement en anglais dans la région de Bruxelles. D'autre part, ce cursus ouvre des perspectives pour les jeunes qui souhaitent ensuite suivre des masters à l'étranger", explique son vice-recteur Sébastien Van Drooghenbroeck. 

Dérogations

Avec l'adoption du décret paysage en 2013, des règles précises ont été établies quant à la dispense de cours dans des langues autres que celle de Molière. Pour les formations du premier cycle, autrement dit les bacheliers, ceux-ci ne peuvent pas représenter plus de 25% des crédits. En ce qui concerne les masters, soit le deuxième cycle, cette proportion monte à 50%. 

La possibilité de demander une dérogation était initialement prévue uniquement pour les masters. L'année dernière, une base légale a toutefois été adoptée pour l'ouvrir aux bacheliers. Pour obtenir ce précieux sésame du gouvernement, les établissements doivent démontrer que "les études visées ont un caractère international".

Si la procédure à suivre n'est pas "excessive", le vice-recteur de Saint-Louis estime qu'il est certainement possible "d'adapter le cadre décrétal" pour la rendre encore plus souple. À ses yeux, cela permettrait notamment d'améliorer l'attractivité des universités de la communauté française, mais aussi de faire en sorte qu'elles aient "plus d'allant" pour se lancer dans ce type de projets. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés