"Le président burundais Nkurunziza est une personne étrange"

©BELGA

Louis Michel, l'invité de Martin Buxant sur Bel RTL est revenu sur les risques qui pèsent sur la paix au Burundi alors que le président Nkuzunziza tente de se maintenir au pouvoir pour un nouveau mandat. Il a condamné cette attitude et a salué le modèle rwandais.

Suite au coup d'Etat avorté au Burundi, Louis Michel estime que la situation est très grave. Le président Pierre Nkurunziza "use et abuse de pouvoir" selon le député européen. "C'est quelqu'un d'assez étrange, il passe beaucoup d'heure à invoquer le seigneur et à prier. Pour le reste du temps, il joue beaucoup au football. Il donne l'impression qu'il veut s'accrocher à tout prix au pouvoir."

Une grande partie de la population burundaise s'oppose à ce que Pierre Nkurunziza se présente pour la troisième fois aux présidentielles. Mais d'après Louis Michel, ce n'est pas une question ethnique. "C'est plutôt son bilan, en tant que gestionnaire du pays qui est en cause. La pauvreté y est énorme. C'est un pays fragile qui est enclavé et qui a beaucoup de mal à vivre sans les aides internationales.Mais si ce conflit dégénère et prend une dimension ethnique, "il peut y avoir une contagion aux pays voisins".

Au Congo, le président Kabila est également tenté de rester au pouvoir. Mais pour le député européen, c'est loin d'être une évidence. "Je pense qu'il ne va pas se représenter".

MR et PS ensemble: "ça peut être efficace"

"Podemos et Syriza montreront vite les limites soit de leurs utopies, soit de leur populisme."
Louis Michel
Député européen

La montée de l'extrême gauche en Europe n'inquiète pas Charles Michel. "Podemos (en Espagne) et Syriza (en Grèce) montreront vite les limites soit de leurs utopies, soit de leur populisme."

En Belgique, "c'est le PTB qui est le projet alternatif" à la majorité, pas le PS. "Je pense que le Parti Socialiste a pris la mesure d'un certain nombre d'erreurs qu'il a commises au lendemain de la mise en place de ce gouvernement." Il estime qu'un certain apaisement est en train de revenir. "Je suis convaincu que tôt ou tard", PS et MR retravailleront ensemble.

Regardez l'interview dans son intégralité

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés