Le projet Your Nature continuera de bourgeonner dans la forêt d'Antoing

François Mary, CEO de Péronnes Invest SA ©Your Nature

Des rumeurs persistantes parlent ces derniers jours de l’abandon d’un important projet d’éco-resort lancé voici deux ans en grandes pompes au cœur de la forêt domaniale des Princes de Ligne, à Antoing (Tournai). Les initiateurs du projet démentent et persistent eux aussi.

Depuis fin 2015 déjà, Péronnes Invest SA (capital privé de 16,4 millions d’euros) propose à la vente sur plan des hébergements de vacances intégrés dans un parc de loisirs d’un nouveau style logé au cœur du domaine forestier millénaire des Princes de Ligne à Antoing (Tournai). Ces éco-cottages qui se veulent particulièrement respectueux de la nature environnante devaient intialement être proposés à la location dès l’été 2017, avec un rendement garanti sur papier de 5% nets. Or ces derniers jours, des rumeurs s’amplifient autour de ce projet immobilier ambitieux qui mobilise pas moins de 37 millions d’euros de fonds publics (SRIW, Wapinvest, fonds européens notamment) et privés. Selon certaines sources, il serait tout simplement abandonné. Selon le nouveau CEO, François Mary, il n’en est rien. Que du contraire: les organismes financiers (BNP Paribas et Belfius) augmenteront même la voilure ; et un courrier personnel rassurant les 110 investisseurs déjà confirmés est sur le point de partir pour leur préciser le rétro-planning des travaux… postposés d’un an. Explications.

Des rumeurs de plus en plus assertives disent que le projet Your Nature a capoté. Quelle est votre réaction à ce propos ?

Deux administrateurs minoritaires sont sortis d’un des quatre pôles d’investissement du projet, mais leurs parts ont directement été rachetées par Paul Bertrand, un entrepreneur bien connu dans le Tournaisis.
François Mary
CEO de Péronnes Invest SA

Je ne suis arrivé qu’il y a sept semaines mais je ne suis pas surpris, même si je réfute bien sûr cette information dans toutes les langues. Deux administrateurs minoritaires – Bernard Van Laethem et James Menneken - sont sortis d’un des quatre pôles d’investissement à la base du projet ; leurs parts ont directement été rachetées par Paul Bertrand (Golden Star SPRL), un entrepreneur bien connu dans le Tournaisis. En fait, ces deux administrateurs étaient également en charge de la gestion journalière, ce qui était une erreur. Dorénavant, il y aura l’actionnariat, d’une part, avec notamment Edouard de Ligne, Patrick Brami (Groupe AME) et l’architecte Anne Fourcade ; et de l’autre, l’exécutif, que je piloterai, avec les équipes déjà en place. Pour le reste, le programme initial reste inchangé.

Comment êtes-vous arrivé à la tête du projet ?

Je ne suis pas connu sur le marché belge, mais je travaille depuis plus de 20 ans déjà dans la gestion hôtelière, en France, en Espagne puis en Tchéquie notamment.
François Mary
CEO de Péronnes Invest SA

C’est Edouard de Ligne qui m’a approché et m’a proposé de reprendre la direction générale du projet et l’ouverture du futur site logé dans un domaine de 280 hectares. Je ne suis pas connu sur le marché belge, mais je travaille depuis plus de 20 ans déjà dans la gestion hôtelière, en France, en Espagne puis en Tchéquie notamment. Jusqu’en février 2015, j’ai piloté un pôle de 9 hôtels en Tchéquie, avec 800 employés et un chiffre d’affaires de 65 millions d’euros. Puis je me suis occupé du chantier et de l’ouverture de Village Nature Paris, le nouveau projet d’éco-resort lancé par Pierre&Vacances à Disneyland Paris, dont l’ouverture est imminente. Le lien avec Edouard de Ligne et Your Nature était donc assez naturel.

Comment, concrètement, répondez-vous aux rumeurs répétées d’abandon du projet ?

Je veux vraiment affiner tous les détails avant de lancer les grandes manœuvres ; mais quand on débutera, on mettra le turbo pendant un an.
François Mary
CEO de Péronnes Invest SA

Nous avons toujours 110 promesses d’achat fermes et nous allons rassurer ces investisseurs dans les jours qui viennent: cela fera définitivement taire les rumeurs. Nous maintenons toujours la construction prévue de 188 unités d’hébergement et des infrastructures communes. Nous avons également déjà une extension d’une cinquantaine d’hébergements dans les cartons, pour atteindre une masse critique commerciale confortable dès l’entame, sans ennuyer les résidents avec de nouveaux chantiers. A ce stade, je souhaite d’abord finaliser les études de programmation car beaucoup de petits détails doivent être revus et corrigés. Par exemple, la taille des piscines, les tracés des chemins verts, les clôtures, les petits bâtiments logistiques. Je veux vraiment affiner tous les détails avant de lancer les grandes manœuvres ; mais quand on débutera, on mettra le turbo pendant un an.

Quand pourra-t-on enfin voir réellement bouger les choses sous la cîme des arbres ?

Dès l’été prochain, les gros-œuvres des 188 premiers hébergements seront prêts à être posés et nous débuterons la construction des parties communes en même temps, avec plus de 200 ouvriers locaux sur le site.
François Mary
CEO de Péronnes Invest SA

Jusqu’en juin prochain, nous allons poursuivre un travail intensif avec les bureaux d’études qui, je vous l’assure, ne chôment pas. Puis on lancera toutes les adjudications pour les travaux de finition. On commencera les grandes manœuvres en août avec les entreprises Colas et Carrières et Terrassements, en charge des voiries et des tranchées. Le deuxième gros volet concernera la construction des hébergements modulaires en bois (100% certifiés), qui seront montés en atelier par la société PréFabois, un consortium rassemblant plusieurs entreprises de construction bois. Dès l’été prochain, les gros-œuvres des 188 premiers hébergements seront prêts à être posés et nous débuterons la construction des parties communes en même temps, avec plus de 200 ouvriers locaux sur le site.

Quatre types de logements proposés aux investisseurs

Pour rappel, quatre types de logements, conçus par Anne Fourcade, l’architecte-conceptrice française du projet, sont proposés sur plan depuis deux ans, à des prix allant de moins de 150.000 à plus de 350.000 euros hors TVA: les Lake Houses (32 unités) dont une est déjà installé sur les rives de l’étang de Fouage et quasi tous vendus ; les Leaf Houses ou Feuilles (76 unités), parfaitement intégrées dans le paysage en bordure de rivière ou du Grand Large, dont la version plus luxueuse et spacieuse, les Feuilles perdues (29), offre spa privé et bain suédois ; les Cabanes Miroir (22), perchées en hauteur ; et enfin, les Lodges, 34 petits lofts de 30 à 40 m² conçus dans l’esprit de bivouacs sur pilotis.

Posés sur les bords du Grand Large eux aussi, ces derniers sont directement reliés, service compris, au resort hôtelier qui constitue l’épicentre de l’Espace Grand Large, avec piscine intérieure et extérieure naturelle, centre de séminaire, lieux de restauration, club lounge, commerces, centre de bien-être, mais aussi une palette d’activités de base centrées sur la nature et l’eau. 65 hectares de loisirs nautiques et une dizaine d’activités terrestres ou même aériennes, dont l’aviron, l’équitation ou l’aviation douce (planeur) sont au menu. 80 kms de pistes cavalières balisées et 200 kms de pistes cyclables sont également programmées.

Pour toutes les bourses?

Le produit d’appel résidentiel, le Lodge, permet déjà à un investisseur privé de devenir propriétaire d’une éco-résidence moyennant apport personnel de quelque 40.000 euros nets, le solde (+-145.000 euros) étant financé via emprunt hypothécaire et rendement locatif garanti. Outre des facilités en matière de prêt (l’hypothèque étant prise sur le bien lui-même), Péronnes Invest Management garantit contractuellement à l’acquéreur une rentabilité annuelle de 5% durant les 20 ans de cession de l’usufruit du bien au gestionnaire du domaine. En outre, la TVA est à 100% prise en charge par le promoteur via ruling fiscal. L’offre Triple A est à ce point alléchante que certains professionnels interrogés ont peine à y croire…

Une fois terminée la période d’usufruit (contrat de gestion locative) durant laquelle Péronnes Invest Management gère la location des logements de vacances et rembourse la créance aux nus-propriétaires, ces derniers peuvent reprendre la pleine propriété de leur bien avec un précompte plancher à la sortie. En résumé, l’acquéreur ne paie pas un euro de précompte immobilier, pas un euro de frais de gestion ni d’entretien de son bien durant toute la durée du contrat et les propriétaires peuvent occuper leur bien jusqu’à quatre semaines au choix par an. Pour cette occupation personnelle, les frais de gestion, qui se révèlent parfois très onéreux, sont ici réduits au minimum, nous assure-t-on.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés