Le rappeur espagnol, réfugié chez nous, ne sera pas extradé

©AFP

Valtonyc, Josep Miguel Arenas Beltran de son vrai nom, avait fui l'Espagne afn d'éviter son incarcération. Il s'était réfugié en Belgique

Le rappeur majorquin Valtonyc ne devra pas être livré aux autorités espagnoles. Telle est la décision de la chambre du conseil de Gand. L'artiste avait été condamné dans son pays à trois ans et demi de prison pour "apologie du terrorisme" et "insultes à la Couronne" dans ses chansons.

"Le juge a décidé qu'il n'y aurait pas d'extradition", a déclaré l'un des conseils, Me Simon Bekaert, à l'issue d'une audience au tribunal de Gand. Les avocats du rappeur expliquent que les incriminations retenues par la justice espagnole n'avaient pas d'équivalent dans le droit belge. Ils ont souligné que le parquet de Gand pouvait toutefois faire appel de ce rejet.

La justice espagnole avait émis le 24 mai dernier un mandat d'arrêt européen à l'encontre de Josep Miquel Arenas, dont le nom de scène est Valtonyc. Celui-ci avait fui le pays pour se réfugier en Belgique au cours du mois de juin.

Dans les paroles de ses chansons, le rappeur évoque le meurtre de membres du gouvernement, de la famille royale et de partis de droite. "Qu'ils aient peur comme un garde civil au Pays Basque" ou "le roi a un rendez-vous sur la place du village une corde autour du cou", rappe-t-il en catalan dans ces textes de 2012 et 2013, qui lui ont valu sa condamnation. Pour Valtonyc, le but est de "choquer la conscience des gens".  Valtonyc s'est toujours défendu d'avoir incité à s'en prendre physiquement à qui que ce soit.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect